Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 04 mars |
Saint Casimir
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

La tristesse, un « signal d’alarme » à prendre en compte, alerte le Pape

Pope Francis during his weekly general audience September 28, 2022

Antoine Mekary | ALETEIA

I.Media - publié le 26/10/22

Lors de l’audience générale du 26 octobre 2022, François a donné un enseignement sur la tristesse, qui peut être aussi bien un "feu de signalisation" bénéfique dans la vie spirituelle, qu’une "épreuve" à dépasser.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Poursuivant son cycle de catéchèses sur le discernement ce mercredi 26 octobre, le Pape a médité sur la désolation, que saint Ignace définit comme l’état de l’âme « sans espoir et sans amour, […] molle, tiède, triste ». Mais, a-t-il expliqué, la désolation peut être « un signal d’alarme » qui « éveille notre attention à un danger possible, ou à un bien négligé ».

Pour le pontife de 85 ans, il serait même « grave et dangereux » de ne pas ressentir de tristesse ou d’avoir « une vie toujours joyeuse, légère et épanouie ». La tristesse peut ainsi indiquer un « remords », défini comme « la conscience qui mord, qui ne laisse pas en paix ».

Le Pape a alors cité le dialogue entre le cardinal Federico Borromeo et l’inconnu dans Les fiancés, d’Alessandro Manzoni – un ouvrage qui lui est cher :

« “Vous avez de bonnes nouvelles à me donner, et vous me faites tant soupirer ?” [demanda le cardinal]. “Bonne nouvelle, moi ? J’ai l’enfer dans mon cœur […]. Dites-moi, si vous le savez, quelle est cette bonne nouvelle”. “Que Dieu a touché votre cœur et qu’il veut vous faire sien”, répondit calmement le cardinal ».  

Cependant, la tristesse est aussi « un obstacle avec lequel le tentateur veut nous décourager », a poursuivi le pape François. Dans ce cas, il a conseillé de faire « exactement le contraire » de ce qu’elle suggère, et de « poursuivre » son chemin. Car si l’on capitule « dès que nous ressentons de l’ennui ou de la tristesse, nous n’achèverions jamais rien », a-t-il fait observer. 

Si tu veux aller sur la route du bien, prépare-toi il y aura des obstacles et des tentations.

François s’est attristé que « certaines personnes décident d’abandonner la vie de prière, ou le choix qu’elles ont fait, mariage ou vie religieuse, poussées par la désolation ». Il a recommandé plutôt, lorsqu’on est confronté à la tristesse, de « ne pas faire de changements », et de s’entourer « d’un guide ». Il s’agit d’écouter le « temps » plutôt que « l’humeur du moment ». 

« Si tu veux aller sur la route du bien, prépare-toi il y aura des obstacles et des tentations », a conclu le successeur de Pierre. Mais « aucune épreuve ne sera supérieure à ce que nous pouvons faire », a-t-il affirmé, engageant à « ne pas fuir » et à ne pas rester « vaincus » par un moment de tristesse. « Si nous ne la vainquons pas aujourd’hui, relevons-nous, a-t-il encouragé […]. Nous la vaincrons demain. »

Tags:
Audience généralediscernementPape Françoistristesse
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement