Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 26 novembre |
Saint Innocent d'Irkoutsk
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Sant’Egidio, l’interlocuteur catholique privilégié d’Emmanuel Macron

Article réservé aux membres Aleteia Premium
WEB2-ANDREA-RICCARDI-AFP-068_AA_15092019_1013578-e1643045080452.jpg

BURAK AKBULUT / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

Andrea Riccardi, fondateur de la communaté Sant'Egidio.

Camille Dalmas - publié le 22/10/22

Emmanuel Macron va assister ce dimanche 23 octobre à un sommet pour la paix à Rome en tant qu’invité de l’organisateur, la communauté Sant’Egidio. Une communauté que le président de la République connaît particulièrement bien.

Le président de la République française Emmanuel Macron va participer ce dimanche à Rome à un sommet pour la paix, en tant qu’invité de l’organisateur, la communauté de Sant’Egidio. Et ce avant même de rencontrer le pape François le lendemain : un signe de l’importance qu’accorde le chef d’État français à l’association catholique italienne, qu’on surnomme « petite ONU du Trastevere » – le quartier de Rome où elle a vu le jour.

Dans les ambassades auprès du Saint-Siège à Rome, nul n’ignore son nom. En quelques années, Sant’Egidio, une petite association fondée en 1968 autour de la paroisse du même nom par l’historien Andrea Riccardi, est devenue incontournable. Nombre de ses représentants occupent des fonctions prestigieuses à la Curie, et l’un d’entre eux, l’évêque de Bologne Matteo Maria Zuppi, est même cardinal et donc susceptible de devenir un jour Pape. 

Le credo de cette association : la promotion du multilatéralisme, du dialogue interreligieux et de la paix. Pour cela, elle peut s’appuyer sur une expérience réussie dans les années 1990 au Mozambique – même si la médiation opérée par l’alors père Matteo Maria Zuppi n’a pas pu empêcher que l’ancienne colonie portugaise retombe dans le chaos depuis lors – puis plusieurs actions en Algérie, au Guatemala, en Côte d’Ivoire, au Tchad, en Centrafrique ou encore au Kosovo. 

À Paris, on apprécie tout particulièrement le profil de l’association catholique du Trastevere. « C’est un acteur crédible, transparent et sain », confie une source diplomatique. San’Egidio, qui s’est fait une spécialité d’une forme de diplomatie informelle, est perçue avant tout comme « une instance de dialogue » plus que comme un « médiateur » – rôle qu’elle avait assumé à ses débuts au Mozambique. « Ils n’ont pas d’agenda caché et savent se mettre à leur place », estime encore la source diplomatique. 

Une organisation très ouverte sur la société civile, sur le monde intellectuel et sur le dialogue entre les religions.

À l’Élysée, on décrit encore Sant’Egidio comme une organisation « très ouverte sur la société civile, sur le monde intellectuel et sur le dialogue entre les religions ». La participation d’Emmanuel Macron à l’inauguration de la grande conférence de trois jours organisée dans un centre des congrès ultramoderne du quartier EUR de Rome, en même temps que le président italien Sergio Matarella et le président du Niger Mohamed Bazoum, sera suivie d’une réception organisée autour du président français. Ce dernier marche d’ailleurs dans les pas de l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel, venue l’année précédente au même événement peu de temps avant de prendre sa retraite.

Un diplomate à Rome note qu’une forme de « rivalité » s’est instaurée ces dernières années entre la diplomatie du Saint-Siège et Sant’Egidio, qui semble avoir les faveurs du pape François. « Ils font de l’ombre au réseau des nonces », assure-t-il, affirmant que le fait que le président se rende d’abord chez eux avant d’aller voir la diplomatie pontificale est significatif.

Une rencontre en juin autour de l’Ukraine

En juin dernier, Emmanuel Macron a pris le temps de rencontrer le fondateur Andrea Riccardi et une délégation de Sant’Egidio pour évoquer la guerre en Ukraine. Ils avaient aussi évoqué la question africaine, pour laquelle la France voit l’association comme un « partenaire stratégique » dans un cadre où l’Hexagone jouit parfois d’une « mauvaise image » – par exemple actuellement avec le Mali, qui ne cesse de dénoncer l’action française sur la scène internationale. Des responsables de Sant’Egidio échangent régulièrement avec des responsables du quai d’Orsay. 

Sant’Egidio, pour sa part, semble apprécier collaborer avec la France, notamment sur les questions africaines, mais aussi sur les solutions à la crise migratoire. Lors d’une conférence organisée le 11 octobre dernier, le président de l’association Marco Impagliazzo n’a pas été avare d’éloges vis-à-vis du chef d’État français, rappelant l’importance de son discours aux Bernardins ou soutenant sa proposition de saisir l’opportunité des migrations pour régler la question du dépeuplement des zones rurales en France. 

Un autre point de concordance semble être la question de la guerre en Ukraine. Marco Impagliazzo souligne « le rôle que le président français a recouvert en cette période » et la « pertinence » de sa posture diplomatique à l’intérieur de l’Union européenne. Il salue le fait qu’Emmanuel Macron soit un de ceux qui parlent avec Poutine et considèrent qu’un « dialogue ouvert » soit nécessaire pour mettre fin au conflit.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Emmanuel MacronPaixSant'Egidio
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement