Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 09 décembre |
Sainte Léocadie
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Ernesto, le narco devenu rappeur de Dieu

TITINO-MEXIQUE.jpg

Gentileza Titino - Ernesto Navarro.

Ernesto Navarro Núñez.

Jesús V. Picón - Cécile Séveirac - publié le 19/10/22

Après avoir vécu l’abandon parental et les ravages des cartels de drogue mexicains, Ernesto Navarro Núñez a entamé un chemin de conversion et témoigne aujourd’hui auprès des jeunes par le rap.

Ernesto Navarro Núñez, surnommé « Titino », a 35 ans et est né à Guadalajara, au Mexique. Alors qu’il ne connaissait déjà pas son père, sa mère l’abandonne à son tour lorsque le petit garçon atteint l’âge de 7 ans, alors même qu’elle lui avait promis de rester à ses côtés. Blessé à vif, Ernesto se laisse submerger par le ressentiment, mêlé d’une profonde tristesse. « Je me sentais vide, il y avait un immense vide. Je me souviens que lors d’une fête des mères toutes les mamans étaient là, et il manquait à la mienne. À tous les moments importants de ma vie, elle n’était pas là », explique t-il à Aleteia. 

En prime, la drogue vient pervertir son quotidien. Le jeune homme se lance dans des trafics de drogue, en ayant pourtant la force de caractère suffisante pour refuser d’en consommer lui-même. Il devient dealer. Le cartel pour lequel il travaille est d’ailleurs devenu l’un des plus puissants du Mexique.

Entre 17 et 18 ans, le vide intérieur ne fait que grandir pour laisser place à la tentation du suicide. Ernesto prévoit tout. Il vend ses vêtements, collecte 5.000 pesos, soit 250 euros, pour son incinération. Pourtant, une rencontre vient bousculer ses idées sombres. Alors qu’il est sur le marché, un homme âgé s’approche, lui demandant s’il a un pantalon à vendre. « J’en ai un, lui répond Ernesto, mais il est “cholo”’, ce qui veut dire “ample” en espagnol. « Tu n’es pas seul, mon garçon. Il y a quelqu’un qui t’aime. Cherche-le. » Ernesto se dit qu’il a au mieux affaire à un sourd — qui aurait entendu « solo » (« seul » en espagnol) —, au pire à un fou. Mais les paroles restent gravées dans son esprit. Il les médite, les retourne dans tous les sens. « Et puis j’ai commencé à chercher Dieu. Je l’ai découvert à travers autrui, dans les personnes bonnes que j’avais pu rencontrer et dans les jeunes et les adolescents esseulés, souffrants. C’est avec eux que je me suis rapproché de Lui et que j’ai compris mon propre vide existentiel. » 

Seul, l’homme ne peut pas pardonner réellement. Avec l’aide de Dieu et par Dieu, il peut.

Sa mère lui envoie une lettre pour se rapprocher de lui, mais Ernesto refuse de la rencontrer, submergé par la colère et la rancune. Pourtant, au fil des années, l’amertume s’efface pour laisser place au pardon. « J’ai retrouvé ma mère, nous entretenons aujourd’hui de très bonnes relations. J’ai attendu plus de 20 ans pour comprendre ce qu’il s’était passé et pour l’accepter », reprend-t-il. « Et j’ai beaucoup demandé à Dieu de me donner la force de pardonner. Seul, l’homme ne peut pas pardonner réellement. Avec l’aide de Dieu et par Dieu, il peut. »

TITINO-5.jpeg
Ernesto (Titino) avec un groupe d’adolescents.

Ernesto cesse ensuite toute activité liée aux cartels de drogue. Sa carrière dans le rap débute, en essayant de parler de Dieu tout en étant réaliste quant à la souffrance éprouvée. Véhiculer un message de foi et d’espérance auprès des jeunes devient sa nouvelle mission. Il intervient dans les écoles et dans les prisons, dans les espaces publics… Chaque semaine, près de 300 enfants et adolescents assistent aux activités qu’il organise la semaine. 

Je suis toujours en conversion car j’apprends toujours de Dieu. Saint Paul le dit : nous sommes faibles et pécheurs, mais le Christ est notre force »

Une véritable conversion que le rappeur considère être toujours en cours : « Je suis toujours en conversion car j’apprends toujours de Dieu », confie-t-il encore. « Saint Paul le dit : nous sommes faibles et pécheurs, mais le Christ est notre force. » 

Tags:
Conversiondroguerap
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement