Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 09 décembre |
Sainte Léocadie
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Les soixante ans du Concile, un anniversaire attendu

Article réservé aux membres Aleteia Premium
ciric_201633.jpg

Archives CIRIC

11 octobre 1962: Procession d'entrée lors de la messe d'ouverture du Concile Vatican II par saint Jean XXIII.

Camille Dalmas - publié le 10/10/22

Il y a 60 ans, le 11 octobre 1962, le pape Jean XXIII ouvrait solennellement le Concile Vatican II. La commémoration de cet anniversaire se présente comme une occasion importante pour François – comme cela a été le cas pour ses prédécesseurs – de se poser comme gardien du Concile, mais aussi de donner un élan nouveau à son interprétation et son intégration dans l’Église universelle.

« Ce fut une journée splendide lorsque, le 11 octobre 1962, avec l’entrée solennelle de plus de deux mille Pères conciliaires dans la basilique Saint-Pierre à Rome, s’ouvrit le Concile Vatican II. » Joseph Ratzinger, alors simple expert pour le cardinal Josef Frings, a vécu ainsi les premières heures de ce qui fut le plus important événement de l’Église catholique au XXe siècle. « Nous étions sûrs qu’un nouveau printemps de l’Église allait arriver », rappelait encore Benoît XVI le 11 octobre 2012 à l’occasion des 50 ans du Concile. Mais l’enthousiasme conciliaire, concédait-il, a été remplacé un demi-siècle plus tard par une « joie sans doute plus sobre », une « joie humble ». Le pape attribuait ce changement aux « tempêtes » qu’a traversées l’Église depuis.

Le Concile, avait aussi expliqué le 265e pontife lors de la messe commémorant son ouverture, « s’est préoccupé de faire en sorte que la même foi continue à être vécue dans l’aujourd’hui, continue à être une foi vivante dans un monde en mutation ». Pour marquer l’anniversaire, le pape allemand avait alors décidé de proclamer une « Année de la foi », qu’il avait décrite comme « un pèlerinage dans les déserts du monde contemporain », tirant du Concile la nécessité de penser une « nouvelle évangélisation » pour le monde qui trouve pour fondation une foi authentique. L’image de la marche, employée par Benoît XVI, peut servir de trait d’union avec les commémorations des 50 ans de la clôture du Concile, célébrées par son successeur le pape François le 8 décembre 2015. Le pontife argentin avait enjoint ce jour-là dans son homélie les catholiques à reprendre le « parcours » du Concile, leur demandant d’aller à la « rencontre de tout homme » de la même façon que le Concile avait été une « rencontre entre l’Église et les hommes ».

Comme Benoît XVI pour l’année de la Foi, le pape François avait choisi l’anniversaire pour ouvrir une année de célébration, en l’occurrence le Jubilé de la Miséricorde. Le pontife argentin avait expliqué ce choix : pour permettre une « poussée missionnaire », il s’agit de faire vivre « l’esprit qui a jailli de Vatican II, celui du Samaritain » — en référence à l’homme qui, dans la parabole du Christ, s’arrête en chemin pour prendre soin d’un homme blessé au bord de la route. La miséricorde est, pour le Pape, la dimension qui a permis au Concile Vatican II de surmonter les « obstacles qui pendant de nombreuses années l’avaient refermée sur elle-même ». 

François a récemment expliqué qu’il faudra “un siècle” à l’Église pour que Vatican II “prenne racine”.

François a récemment expliqué qu’il faudra « un siècle » à l’Église pour que Vatican II « prenne racine ». En 2015, il avait d’ailleurs affirmé que l’Église était « à mi-chemin ». L’anniversaire des 60 ans de l’ouverture du Concile devrait donc lui permettre de poursuivre cette lente intégration du Concile, avec probablement un accent mis sur la dimension « synodale » de l’Église. Le synode, institution épiscopale née du Concile Vatican II mais inspirée des premiers temps de l’Église, signifie étymologiquement « marcher ensemble ». Si ce mot n’avait pas été prononcé dans l’homélie du 8 décembre 2015 par François, il avait en revanche été le cœur d’un des discours les plus importants de son pontificat, celui prononcé quelques semaines plus tôt, le 17 octobre 2015, à l’occasion de la commémoration du 50e anniversaire de l’institution du synode des évêques.

Reprenant le vœu émis par Paul VI de voir le synode « retrouver une nouvelle vigueur », François avait fait de la synodalité non plus l’expression de la seule collégialité épiscopale mais d’une décentralisation de cette « marche commune » en y plaçant au centre le Peuple de Dieu, soit tous les baptisés. Si le terme est difficile à définir, la synodalité devait se découvrir comme « modus vivendi » pour l’Église catholique dans son intégralité. C’est dans cette perspective que le pape a lancé en 2021 un grand « synode sur la synodalité » pour enjoindre tous les catholiques à participer à cette découverte. Alors que le chemin synodal dans les diocèses du monde entier vient de se terminer et que débute une phase inédite au niveau continental, le pape devrait avoir à cœur, à l’occasion de ce 60e anniversaire, de faire revivre cette dimension du concile à l’ensemble des catholiques.

Contre le « restaurationnisme » 

Sur ce chemin, le pape sait qu’il ne compte pas que des alliés : « Le concile dont certains pasteurs se souviennent le mieux est le concile de Trente », déplorait le pape François en juin dernier devant des jésuites. Il condamnait l’existence d’un « restaurationnisme » au sein de l’Église qui vise à « bâillonner le Concile ». Récemment le domaine dans lequel il a exprimé le plus ses craintes est celui de la liturgie. Exhortant à ce qu’elle ne devienne pas un champ de bataille, il n’a cessé de critiquer avec force tous ceux qui utilisent la tradition liturgique pour combattre le Concile. La défense de l’héritage conciliaire était d’ailleurs un des arguments centraux justifiant la proclamation le 16 juillet 2021 de son motu proprio Traditions custodes, qui revenait sur la libéralisation de la messe préconciliaire autorisée par son prédécesseur.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Concile Vatican IIPape François
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement