Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 03 décembre |
Saint François-Xavier
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

L’esprit du temps préfère-t-il la division ?

Giorgia-Meloni-AFP

ELIANO IMPERATO | Controluce via AFP

Giorgia Meloni.

Louis Daufresne - publié le 30/09/22

Le peuple italien a voté, et aussitôt la vague des mots qui tuent déferle sur l’Europe. Est-ce bien raisonnable, se demande le journaliste Louis Daufresne ?

« La guerre ne consiste pas à rentrer des morceaux de fer dans des morceaux de chair, mais aussi des idées dans des esprits », jugeait le politologue François-Bernard Huygue, qui vient de nous quitter. Nos cerveaux sont des cibles que les arquebuses idéologiques et autres arbalètes publicitaires ne se privent pas d’hameçonner via les médias de masse. Sur ce champ de bataille saturé de mots qui s’entrechoquent anarchiquement, les journalistes se mettent parfois en ligne et leur bouche à feu crache alors de gros boulets qui sifflent et fusent. Gare à la tête qui se les prend. 

Le mot « fascisme » en est un, aux deux sens du terme. C’est lourd et ça écrase. Cette arme, à défaut d’être polie, est lustrée par l’usage qu’en font les ingénieurs de l’armement sémantique, ces soldats, souvent des chercheurs en science politique, chargés de poser des mines conceptuelles dans l’espace public, pour le baliser selon le clivage du pur et de l’impur, du fréquentable et de l’infréquentable. Nul pouvoir ne peut se passer de cette fonction consistant à définir symboliquement la réalité à son profit, aux dépens de ce qu’il ressent comme une menace.

Le mot qui tue

Les normes que produisent ainsi les artificiers de l’esprit visent à neutraliser nos rangées de neurones, à inhiber nos facultés, nos émotions, à nous faire peur pour nous empêcher de bouger. Ainsi et seulement s’il fait allégeance, le citoyen se croyant libre et mûr pourra-t-il badger à la porte d’entrée de toutes les gratifications que le système en vigueur pourra lui octroyer en guise de récompense.

Le « fascisme » est une arme toujours létale. Tout journaliste ne l’utilise pas dans une intention de nuire. La plupart le font paresseusement, non délibérément. Les élections italiennes obligent à qualifier Giorgia Meloni. Ses partisans tentent de lui accoler l’étiquette présentable de « conservatrice ». Mais d’autres qualificatifs s’imposent : « postfasciste », « néofasciste », voire « profasciste ». N’ergotons pas ici sur les nuances, même si sa filiation est incontestable. Le seul mot de « fasciste » la précipite dans la géhenne de feu. Le boulet la marque au fer rouge de la damnation morale, même si ses positions — sur la démocratie parlementaire, l’OTAN, l’UE ou l’Ukraine — sont fort éloignées de celles qu’un émule de Mussolini est présumé adopter. Giorgia Meloni eut beau dire que le Duce avait « commis plusieurs erreurs comme les lois raciales, l’entrée en guerre, et que son régime était autoritaire » (entretien au Corriere della Sera, 2006), rien ne peut la réhabiliter.

Ce verbe (dédiaboliser) prouve que si le vote peut faire sortir de l’enfer électoral, le péché originel idéologique ne sera jamais racheté.

Il n’est point question de s’interroger sur ce que le fascisme désigne ni de savoir si la présidente de Fratelli Italia, encore inconnue des Français, désire revenir aux années trente. Ce qui compte, c’est que le langage, cette arme disciplinaire, remplisse son office de taser. Il faut que la connotation l’emporte sur la dénotation, pour parler en linguiste. L’AFP nous dit que « la probable future première ministre de l’Italie […] incarne un mouvement à l’ADN postfasciste qu’elle a réussi à “dédiaboliser” pour arriver au pouvoir ». Ce verbe (dédiaboliser) prouve que si le vote peut faire sortir de l’enfer électoral, le péché originel idéologique ne sera jamais racheté.

Le besoin de communion

Mais au fait, qu’est-ce que le fascisme ? Maints ouvrages explorent le sujet. Ceux de Frédéric Le Moal, par exemple (Histoire du fascisme, Perrin, 2018). Le philosophe Jean-Noël Dumont se pose la question dans un court essai intitulé Qu’est-ce qu’un fasciste ? (Le Centurion, mars 2022). Sa réponse a de quoi surprendre. C’est « le besoin de communion », ose-t-il affirmer. Voilà qui va défriser le chignon de la paroissienne. Elle qui remonte la nef chaque dimanche n’entend point marcher sur Rome mais s’évertue plutôt à lui rester fidèle.

Il n’empêche : prenons cette définition à la lettre et hasardons-nous à un syllogisme : si le fascisme est un besoin de communion et s’il est abominable, est-ce à dire que l’esprit du temps lui préfère la division ? L’éthique de l’autonomie gagne tous les domaines de la vie y compris quand celle-ci s’achève. On la présente comme un progrès, sans jamais renvoyer à son coût social. Le fascisme renvoie à l’ère des masses. On sait le danger qu’il y a chez l’homme de se laisser asservir par le groupe, de s’y fondre, de se résigner à ce que les autres décident pour lui, d’abdiquer sa responsabilité. L’autonomie, cette nouvelle doxa, serait-elle l’antidote au péril fasciste ? Le besoin de communier est vital. Aujourd’hui, il s’épanche dans le stade ou la boîte de nuit. En politique, les mots sont encore là pour faire barrage dans les têtes à cet instinct puissant, alors que les urnes, de la Suède à l’Italie, semblent tomber comme des dominos.

Tags:
ÉlectionsItalie
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement