Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 21 juin |
Saint Louis de Gonzague
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

À l’école, les élèves peuvent désormais choisir de se faire appeler différemment

EDUCATION

Shutterstock | Gorodenkoff

Bérengère Dommaigné - publié le 30/09/22

Le Conseil d’État a rendu une surprenante décision ce mercredi 28 septembre estimant que, même s'ils n'ont pas encore changé de prénom à l'état civil, les élèves peuvent se faire appeler par le prénom de leur choix à l’école.

Ce mercredi 28 septembre, le Conseil d’État a rendu un arrêt affirmant que la communauté éducative peut utiliser les prénoms choisis par les élèves qui souhaitent changer de genre. Le Conseil d’État se penchait ainsi sur un recours pour “excès de pouvoir” contre la circulaire du 29 septembre 2021, intitulée “Pour une meilleure prise en compte des questions relatives à l’identité de genre en milieu scolaire”.

Cette circulaire appelle les établissements à veiller à ce que le prénom de choix de l’élève soit respecté par l’ensemble de l’équipe éducative, mais également que les choix vestimentaires des élèves et la manière dont ils expriment leur genre soient respectés, tout en insistant sur la nécessité de mettre en place des mesures visant à lutter contre les discriminations, le harcèlement et les violences. Le recours portait seulement sur la partie concernant le libre choix du prénom. Il s’appuyait sur une loi de 1794 stipulant notamment qu’“aucun citoyen ne pourra porter de nom ni prénom autres que ceux exprimés dans son acte de naissance”.

Vie interne à l’établissement

Pour le Conseil d’État, l’usage d’un autre prénom par les élèves ne concerne que la “vie interne de l’établissement”, rappelant que seul le prénom inscrit à l’état civil reste utilisé pour les épreuves des diplômes nationaux. Il estime donc que cette circulaire, qui appelle la communauté éducative à utiliser les prénoms choisis par les élèves dans le cadre scolaire, ne méconnaît pas les dispositions législatives (Conseil d’État, 4è et 1ère chambres réunies, 28 septembre 2022).

L’association Juristes pour l’enfance a réagit dans la foulée avec“stupéfaction” devant la légèreté et l’inconséquence avec lesquelles le Conseil d’État valide le contournement de la loi française et, concrètement, la procédure de changement de prénom.“En validant le choix d’un prénom d’usage par l’enfant, le Conseil d’État le prive de la protection et des garanties que la procédure doit lui assurer”, dénonce l’association.

Tags:
conseil d'étatFranceGenre
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-POP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement