Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 03 décembre |
Saint François-Xavier
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Comment protéger son enfant de la pornographie ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
MOTHER AND SON TALKING

Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 29/09/22

Un rapport sénatorial sur l'industrie de la pornographie, présenté ce mercredi 28 septembre par la délégation aux droits des femmes, dénonce l’accès trop facile à la pornographie et en souligne les ravages sur les adolescents. Face à ce phénomène, comment protéger son enfant ?

Un rapport choc qui met en lumière une réalité glaçante : de plus en plus de mineurs sont exposés à une pornographie de plus en plus violente, et ce de plus en plus tôt. Deux tiers des enfants de moins de 15 ans et un tiers de ceux de moins de 12 ans ont déjà été exposés à des images pornographiques, volontairement ou involontairement. 2,3 millions de mineurs ont consulté des sites pornographiques en 2021 en France, et l’âge moyen de premier visionnage d’un film porno est 14 ans. Des chiffres qui font frémir lorsqu’on prend conscience de l’ampleur des dégâts de la pornographie sur le psychisme des enfants ou des adolescents, qui n’ont pas ou peu de capacité de distanciation face aux images reçues.

Les conséquences sont nombreuses et inquiétantes : traumatismes, troubles du sommeil, de l’attention et de l’alimentation, vision déformée et violente de la sexualité, difficultés à nouer des relations avec des personnes du sexe opposé, hypersexualisation précoce, développement de conduites à risques ou violentes, etc. Face à ce fléau, comment avertir et protéger son enfant ?

« Aujourd’hui, devant les changements de la société et l’évolution des moyens d’information, ne pas parler à son enfant, c’est le laisser en vrai danger », souligne Inès de Franclieu, spécialiste d’éducation affective et sexuelle et fondatrice de Com’ je t’aime. « Il n’y a pas de temps à perdre pour offrir à son enfant des paroles vraies et rassurantes sur le corps sexué, lui donner des bases solides et saines pour comprendre ce qu’est l’amour. »

1Eduquer à la sexualité

« Si les enfants souhaitent accéder à des contenus pornographiques, c’est d’abord parce qu’ils se posent des questions sur la sexualité », observe Olivier Gérard, responsable du pôle média-usages numériques de l’Union nationale des associations familiales (Unaf), auditionné par les rapporteurs. Une manière de protéger son enfant des images choquantes consiste donc tout d’abord à oser évoquer la sexualité avec son enfant. « Donner à un enfant et à un jeune une éducation affective et sexuelle solide est le meilleur rempart contre la pornographie », affirment Philippe Barbet et Laura Bertail, auteurs du livret 12 questions à se poser pour protéger ses enfants de la pornographie (AFC/Téqui). « S’il a découvert le vrai sens de la sexualité et de l’amour, il saura mieux résister aux mirages de la pornographie ».

Une éducation qui commence tôt, avec des mots appropriés selon l’âge de l’enfant, et qui se poursuit tout au long de sa croissance. « Il est essentiel d’entreprendre l’éducation affective et sexuelle de son enfant dès le plus jeune âge, c’est-à-dire dès 3 ans. Et d’en parler régulièrement. Pas tous les trois ou cinq ans mais tous les ans ! », insistait auprès de Aleteia la psychologue Véronique Lemoine.

2Avertir de l’existence d’images choquantes

Parallèlement à une éducation à la vie affective et sexuelle, il est nécessaire d’avertir son enfant quant aux images qu’il pourrait rencontrer sur Internet. En effet, selon un sondage Ifop de 2017, plus de la moitié des adolescents de 15 à 17 ans sont tombés involontairement sur un extrait vidéo à caractère pornographique, à l’occasion de recherches sur Internet, du téléchargement d’un film ou d’un dessin animé, ou de discussions sur les réseaux sociaux… Pour le docteur Patrice Huerre, pédopsychiatre, qui siège au tribunal de Paris pour les affaires de mineurs, l’exposition des enfants à des contenus pornographiques est inéluctable. Il revient donc aux parents de les avertir pour mieux les protéger : « Les parents doivent éduquer leur enfant à la rencontre inévitable avec des contenus inadaptés sur la toile ».

Quel est le bon âge pour en parler ? Pour les AFC, cela dépend des conditions de vie de l’enfant : a-t-il un téléphone avec Internet ? Prend-il les transports en commun ? A-t-il souvent des recherches à faire sur Internet ? Regarde-t-il des films en streaming ? En tout état de cause, quel que soit son environnement, les auteurs préconisent d’avertir son enfant dès l’âge de 9 ans, en CM1.

Mais que dire ? Les mots ne sont pas faciles à trouver. Il ne s’agit pas de lui faire peur, n’y de lui donner envie de voir par lui-même ! Et comment ne pas craindre d’abîmer son innocence ? Pour Sabine Duflo, il faut avoir des mots simples : « Si un jour tu tombes sur des images choquantes, et elles peuvent surgir n’importe quand sur Internet, tu n’es pas responsable. C’est une grosse industrie qui cible les adolescents pour rapporter de l’argent. Dis-le moi, et éloigne-toi, ne regarde pas, car ces images vont casser ton rêve. Un jour, tu seras grand, tu tomberas amoureux, c’est quelque chose de beau à vivre, et si tu regardes ces images, tu ne pourras pas le vivre ».

Le livret des AFC propose également les formules suivantes : « Sur Internet, tu pourrais voir des images où des hommes et des femmes nus jouent à faire l’amour mais d’une façon qui n’est pas du tout vraie : ces images sont choquantes et parfois violentes ». Ou encore : « Un copain peut t’en montrer. Tu te sentiras mal à l’aise et dégoûté. C’est une bonne réaction. Cela veut dire qu’il faut refuser tout net ».

3Favoriser le dialogue

Un enfant doit pouvoir se confier sur ce sujet, et s’il a été confronté à une vidéo pornographique, doit pouvoir dire ce qui l’a choqué. Cela demande de la part des parents une attitude d’écoute et d’empathie. « S’il a déjà vu des images pornographiques, il est très rare que l’enfant en parle spontanément à ses parents », explique néanmoins Sabine Duflo. « Parce qu’il a honte, et qu’il se sent coupable des images sur lesquelles il est tombé. » Il est donc important de veiller à ne pas apporter de jugement mais de le rassurer en lui disant qu’il n’est pas coupable. Il est bon aussi que l’enfant entende que la pornographie est un trucage, et que, dans la réalité, les amoureux ont des gestes doux et tendres.

Lorsqu’un enfant a déjà vu des images pornographiques, le protéger, c’est l’avertir sur le caractère addictif de la pornographie. « L’attrait de ces images, si on y succombe, devient une vraie drogue. Lorsque l’on commence, il est très difficile de s’arrêter », souligne Inès de Franclieu. D’où l’intérêt de faire comprendre à un enfant qui a déjà vu de la pornographie que ces images le marquent, et qu’il ne pourra s’en débarrasser qu’à force de volonté, et éventuellement grâce à une aide extérieure.

L’attitude de bienveillance et de dialogue n’exclut pas la fermeté et l’autorité. « Il s’agit de protéger les enfants d’un danger grave qui exige alors de poser un interdit ou de sanctionner quand les règles fixées n’ont pas été respectées », avancent les auteurs du livret des AFC. Des règles qui concernent notamment l’usage des écrans et les contrôles parentaux.

4Installer des contrôles parentaux

Outre la prévention, via une éducation à la vie affective et sexuelle solide, et le dialogue, il est également bon de mettre en place des solutions techniques pour limiter l’accès à la pornographie ou l’ouverture intempestive de fenêtres « pop-up ». Il existe des filtres pour ordinateurs, tablettes ou téléphones auprès des fournisseurs d’accès à Internet. Et de nombreuses applications de contrôle parental (Family Link, Qustodio, Xooloo Parents) permettent de restreindre l’accès à Internet, notamment aux sites douteux, ou encore de verrouiller les moteurs de recherche.

« Des parents avaient l’impression que le job était fait à partir du moment où les outils étaient déployés. »

Ceci étant, aucun contrôle parental ne demeure éternellement fiable. Il ne s’agit pas de solutions miracles. Thomas Rohmer, président de l’Open (Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique), regrette que « le contrôle parental ait souvent été présenté à tort comme une sorte de solution miracle. Des parents avaient l’impression que le job était fait à partir du moment où les outils étaient déployés dans la famille », a-t-il souligné auprès des sénateurs.

Mais certains logiciels de contrôle parental disparaissent lors des mises à jour de l’ordinateur, ou ne fonctionnent plus quand l’appareil est en mode « économie d’énergie ». Enfin, bon nombre de jeunes doués en informatique arrivent aisément à contourner les pare-feux. Une étude Ifop de 2021 montre que 40% des jeunes connaissent l’existence de dispositifs de type VPN, dont 9% savent les utiliser. Un VPN (virtual private network) est un logiciel informatique qui permet de chiffrer ses données et de modifier son adresse IP. Il est ainsi possible d’accéder à des contenus qui sont bloqués par un fournisseur d’accès à Internet.

Le caractère imparfait des solutions techniques rend l’enjeu éducatif crucial. L’accompagnement de son enfant dans un monde où la pornographie est à portée de clics suppose d’être disponible et proche de son enfant, de s’intéresser à ce qu’il vit, de se tenir au courant des dernières applis à la mode, d’être attentif à son comportement… C’est sans doute ainsi que viendront les mots pour lui parler de la signification profonde de la sexualité et lui proposer d’emprunter le beau et exigeant chemin de l’amour vrai.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
ÉducationEnfantspornographieSexualité
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement