Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 06 octobre |
Saint Bruno
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Et maintenant, des promos spéciales sur les FIV !

web2-artificial-insemination-in-vitro-fertilization-in-a-laboratory-shutterstock_785015977.jpg

Martchan I Shutterstock

Christine Pellen - Gènéthique - publié le 16/09/22 - mis à jour le 16/09/22

La fertilité est devenue un marché, aux profits potentiels considérables. Demain, la procréation naturelle sera-t-elle disqualifiée ?

Dans le cadre de la « Journée nationale du client », la société indonésienne Morula IVF a annoncé des « promotions spéciales » (Djakarta Post, 6/9/2022). Ainsi, la promotion SAVEtember, valable du 1er septembre au 31 octobre, comprend « un programme de FIV avec 30% de réduction, incluant des médicaments, du lait GoodWay et des aliments Morula pendant quatorze jours ». La société qui se vante d’avoir « aidé » 125.000 couples en Indonésie, entend ainsi « remercier » ses « clients fidèles ». Elle affiche un « taux de réussite de 72% ». L’entreprise annonce aussi une promotion sur leur « forfait de base de diagnostic de fertilité ». Cette fois-ci à l’occasion de la « Journée nationale du shopping en ligne ». En Ukraine, la société BioTexCom avait de son côté osé faire l’an dernier des promotions sur des GPA à l’occasion du « Black Friday ».

Un marché en croissance

Car la fertilité est bel et bien devenue un marché. Vente de gamètes, fécondation in vitro, dépistages en tous genres, voire location de mère porteuse, les profits potentiels sont considérables. Une étude a estimé que le marché mondial du sperme humain avait généré 4,74 milliards de dollars en 2019. La zone Asie-Pacifique en tête, représentant « près de la moitié du marché ».

« La production technologique de l’humain est un vaste marché, qui fait des individus à la fois la matière première et les consommateurs de ce business », explique Aude Mirkovic, juriste et porte-parole de l’association Juristes pour l’enfance. Un marché dont l’objectif est « à moyen terme, c’est-à-dire dans 20 ou 30 ans, de disqualifier la procréation naturelle au bénéfice de la procréation artificielle », précise Olivia Sarton, juriste et directrice scientifique de l’association. Alors que la France vient de lever l’anonymat des donneurs de gamètes et que l’accès à la PMA est désormais autorisé à toutes les femmes, en dehors de toute considération médicale, les obstacles au développement du marché de la fertilité en France semblent bien minces.

En partenariat avec

Et maintenant, des promos spéciales sur les FIV !
Tags:
BioéthiquefertilitePMA
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement