Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 03 mars |
Saint Guénolé
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Comment va se passer la consultation citoyenne sur la fin de vie ?

EMMANUEL-MACRON-000_9VL4RP-e1704908882703.jpg

AFP

La rédaction d'Aleteia - publié le 13/09/22

À la suite de la publication de l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) sur la fin de vie, Emmanuel Macron a annoncé mardi 13 septembre le lancement d’une consultation citoyenne sur la fin de vie. Il envisage un changement de "cadre légal" d’ici à la fin 2023.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

La fin de vie à marche forcée. À peine l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) sur la fin de vie rendu (favorable à une éventuelle légalisation du suicide assistée sous de « strictes » conditions, ndlr), Emmanuel Macron a annoncé ce mardi 13 septembre le lancement d’une consultation citoyenne. Cette convention citoyenne, organisée par le Conseil économique, social et environnemental (CESE), sera « constituée dès octobre » et rendra ses conclusions en « mars 2023 », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

Des débats seront aussi organisés par les espaces éthiques régionaux dans les territoires « afin d’aller vers tous les citoyens et de leur permettre de s’informer et de mesurer les enjeux qui s’attachent à la fin de vie », a ajouté la présidence. Des consultations seront menées également avec les équipes de soins palliatifs qui sont régulièrement confrontées à la fin de vie, a-t-elle précisé. Le gouvernement engagera parallèlement un « travail concerté et transpartisan » avec les députés et sénateurs, a également souligné la présidence.

Craintes d’un simulacre de débat

Le chef de l’État n’exclut ni une issue par la voie parlementaire, ni un référendum, qui serait le premier depuis son arrivée à l’Élysée en 2017. Le débat doit « donner à chacun de nos concitoyens l’opportunité de se pencher sur ce sujet, de s’informer, de s’approprier la réflexion commune et de chercher à l’enrichir », précise encore l’Élysée. « Le temps nécessaire sera pris, et toutes garanties doivent être données pour assurer les conditions d’un débat ordonné, serein et éclairé. »

Échaudés par le simulacre des États généraux de la bioéthique qui ont précédé les débats et le vote de la loi de bioéthique, de nombreux observateurs et professionnels du milieu s’inquiètent de ce à quoi va ressembler, dans les faits, cette convention citoyenne sur la fin de vie. « C’est à se demander si Emmanuel Macron ne verrait pas les conventions citoyennes comme un moyen perlimpinpin pour « construire un consensus », selon son expression », s’interrogeait ainsi Blanche Streb, docteur en pharmacie, sur Aleteia. Pour Erwan Le Morhedec, auteur de Fin de vie en République (Cerf, 2022), « ce ne sont que des habiletés politiques ». Elle inspire aussi de la méfiance à Henri de Soos, auteur de L’Impasse de l’euthanasie (Salvator, 2022) : « Si elle doit avoir lieu, il faudra être extrêmement vigilant, d’une part sur le recrutement des participants, d’autre part sur la façon dont elle fonctionnera. »

Tags:
EuthanasieFin de viePolitique
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement