Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 01 octobre |
Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Messe : où faut-il regarder lors de l’élévation ?

Catholic mass.

Pascal Deloche | Godong

Valdemar de Vaux - publié le 27/08/22

Les gestes les plus courants sont peut-être les moins interrogés. À la messe, lorsque le prêtre élève l’hostie puis le calice tout juste consacrés, comment notre attitude manifeste-t-elle notre foi en la présence réelle ?

Avant le XIIIe siècle, la question ne se posait pas de savoir où regarder lors de l’élévation. Jusqu’à ce que cette pratique – d’abord parisienne – s’étende à l’Église universelle, les fidèles ne voyaient le Corps du Christ que lors de la communion puisque le prêtre était tourné vers l’Orient. Mais la dévotion eucharistique se propageant rapidement, les évêques ont permis et même encouragé l’élévation de l’hostie d’abord, puis du calice, Corps et Sang de Jésus réellement présent, pour permettre l’adoration des fidèles. 

L’actuel missel donne la même raison à l’élévation : « Le prêtre montre au peuple l’hostie consacrée ». Les gestes des fidèles doivent donc convenir à cet objectif d’adoration. Dans l’histoire, il a souvent été indiqué que la présence de Jésus devait être honorée par une profonde révérence tout en restant à genoux, sans regarder l’hostie pourtant présentée.  

Un culte eucharistique renouvelé

Depuis saint Pie X, le culte eucharistique a été renouvelé. Notamment au travers de l’adoration, maintenant très répandue. Le pape du tout début du XXe siècle, qui a promu la communion fréquente et celle des enfants, avait ainsi accordé une indulgence à ceux qui, lors de la messe ou d’une adoration, regardaient avec foi, piété et amour le Saint-Sacrement en reprenant les paroles de saint Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » (Jn 20, 28).

Si la piété inspire des gestes variables selon chacun, il paraît bon, à la suite du Pape, de regarder le Corps et le Sang du Christ en ayant une exclamation (mentale) de foi ou d’action de grâce, ou un silence empreint de dévotion, avant d’incliner la tête au moment où le prêtre fait une génuflexion. Une façon de se laisser regarder et aimer par le Sauveur, d’admirer son corps ressuscité qui nous ouvre à la vie éternelle, tout en reconnaissant que nous n’en sommes pas dignes. 

En revanche, ces deux élévations de l’hostie et du calice ne doivent pas être confondues avec ce que l’on a coutume d’appeler la « petite élévation » : au moment de la doxologie (« Par Lui, avec Lui et en Lui… »), le prêtre offre au Père le sacrifice du Fils en élevant les espèces consacrées vers le ciel. Avec lui, nous pouvons nous tourner vers le ciel, corporellement et spirituellement, en vouant notre vie au Créateur. 

Tags:
eucharistieLiturgieMesse
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement