Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 26 septembre |
Saints Côme et Damien
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

La visite du Pape à L’Aquila, un signal vers une renonciation ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
AQUILA-shutterstock_1286904670.jpg

Shutterstock I pio3

Intérieur de la basilique Sainte-Marie de Collemaggio, L'Aquila (Italie).

Cyprien Viet - publié le 27/08/22

Le pape François se rendra ce dimanche 28 août à L’Aquila, ville de 70.000 habitants dévastée par un séisme qui fit plus de 300 morts en 2009. Outre un hommage aux victimes de cette catastrophe, le Pape ouvrira la Porte Sainte du Pardon célestinien, institué au début de son pontificat par le pape Célestin V, qui renonça à sa charge après cinq mois de règne en 1294.

Le Pape du « grand refus » : c’est ainsi que l’Histoire qualifie saint Célestin V, un pape ermite qui ne régna que quelques mois, de juillet à décembre 1294, avant de renoncer à sa charge à l’âge de 85 ans, une longévité rarement atteinte à l’époque.

Canonisé moins de vingt ans plus tard, ce moine bénédictin fait l’objet d’une grande vénération dans les Abruzzes mais fut quelque peu oublié au niveau de l’Église universelle, jusqu’au geste prophétique de Benoît XVI, qui déposa en 2009 sur la châsse de Célestin V son pallium reçu lors de sa propre messe d’installation. Quatre ans plus tard, ce geste fut compris comme une annonce de sa propre renonciation.

L’histoire de Célestin V dénote par rapport aux papes de son temps. Déjà octogénaire et retiré dans une vie contemplative, Pietro de Morrone, un moine reconnu pour sa grande aura spirituelle, fut contraint de sortir de sa retraite en juillet 1294 dans des circonstances de grave crise pour la papauté, les cardinaux s’accordant finalement sur son nom après plus de deux ans de vacance du siège pontifical.

CELESTIN-V-shutterstock_1780757345.jpg
Tombe de Célestin V, L’Alquila.

Informé de cette étonnante élection par une délégation venue le rencontrer dans son ermitage, il l’accepta et se fit couronner le 29 août 1294 à la basilique Santa Maria di Collemaggio à L’Aquila. Cette cérémonie, à l’occasion de laquelle il promulgua une “Bulle du Pardon” promettant l’absolution des péchés, marqua l’origine du Pardon célestinien organisé chaque dernier dimanche d’août dans cette ville. 

Un « bref et douloureux pontificat »

Échouant dans sa tentative d’orienter l’Église vers un esprit de dépouillement inspiré à la fois de la tradition franciscaine et de la tradition bénédictine, Célestin V renonça à sa charge le 13 décembre 1294, et s’éteindra dans sa vieillesse deux ans plus tard, après avoir été mis sous surveillance par son successeur Boniface VIII.

Un an après sa visite à L’Aquila, Benoît XVI rendit hommage au « bref et douloureux pontificat » de ce « chercheur de Dieu » lors d’une messe célébrée à Sulmona, le 4 juillet 2010, à l’occasion du huitième centenaire de sa naissance. 

Signal de renonciation ou appel à une Église plus dépouillée ?

Plus de neuf ans après la renonciation du pontife allemand, de nombreuses rumeurs accompagnent ce déplacement du pape François qui s’inscrit dans un agenda déjà surchargé. Il se situe lendemain du consistoire durant lequel 20 nouveaux cardinaux doivent faire leur entrée dans le Sacré-Collège, et à la veille d’une réunion des cardinaux du monde entier au sujet de la nouvelle Constitution apostolique sur la Curie romaine. Alimentant lui-même les rumeurs, le Pape a dit à plusieurs reprises que son éventuelle renonciation n’est pas un tabou.

« Je crois qu’à mon âge, et avec ces limites, je dois m’économiser un peu pour pouvoir servir l’Église, ou au contraire penser à la possibilité de me mettre de côté », avait reconnu le Pape lors de sa conférence de presse au retour du Canada, en juillet dernier. 

Parmi les journalistes mais aussi parmi les cardinaux eux-mêmes, les interrogations sur une éventuelle renonciation papale se poursuivent, certains s’attendant à une annonce imminente, d’autres pensant qu’une renonciation à court terme serait improbable compte tenu des projets du pape François, notamment ses possibles voyages en Ukraine ou encore au Soudan du Sud.

Célestin fait du pardon l’antichambre de la paix.

Cette frénésie est prise avec distance par l’historien Angelo De Nicola, auteur du livre Les papes et Célestin V. « Je ne crois pas que François ait choisi la visite à L’Aquila le 28 août pour démissionner ou pour faire allusion à son intention », assure-t-il dans un entretien au quotidien Il Messaggero. Considérant que « Célestin fait du pardon l’antichambre de la paix », il considère plutôt ce voyage comme une appel à la réconciliation et à l’humilité pour toute l’Église. 

Le Jubilé du Pardon célestinien rejoint donc la tradition de la miséricorde offerte aux pauvres, chère au pape argentin. Ce rite d’ouverture de la Porte Sainte s’inscrit aussi dans la continuité du Jubilé de la Miséricorde qu’il avait organisé en 2015-2016. Au-delà des spéculations sur son éventuelle renonciation, la visite du pape François, qui sera le premier successeur de Célestin V à venir pour ce Jubilé depuis 728 ans, s’inscrit dans cette volonté de “franscicanisation” d’une Église appelée au dépouillement, à la simplicité et à la liberté face aux pressions politiques.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
AquilaPape FrançoisrenonciationVatican
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement