Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 21 février |
Saint Pierre Damien
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Les Canadiens autochtones accueillent le Pape à Edmonton

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Pope-Francis-meets-members-of-an-indigenous-tribe-during-his-welcoming-ceremony-at-Edmonton-International-Airport-AFP

Photo by Vincenzo PINTO / AFP

Anna Kurian - publié le 24/07/22

Le pape François est arrivé au Canada, dans la province de l’Alberta, dimanche 24 juillet pour y effectuer un “pèlerinage pénitentiel”. Lors de son arrivée, François s’est spécialement arrêté pour baiser la main d’une femme âgée, Emma Desjarlais, ancienne élève de pensionnat catholique.

Tenues traditionnelles et tambours autochtones ont salué l’arrivée du pape François à l’aéroport d’Edmonton, dans la province canadienne de l’Alberta, dimanche 24 juillet. Durant ces premiers instants sur le tarmac, un geste a retenu l’attention des caméras : le 266e pape, venu au Canada en « pèlerinage pénitentiel« , a spontanément baisé la main d’une « survivante », ancienne élève des écoles résidentielles pour autochtones. 

Le Pape, qui a entamé dimanche son 37e voyage apostolique, a atterri au Pays de l’Érable aux alentours de 11h20 heure locale, après plus de 10h de voyage. En fauteuil roulant, descendu d’avion par un monte-charge, il a été accueilli par le Premier ministre Justin Trudeau ainsi que la Gouverneure générale du Canada Mary Simon, sous les flashs des photographes se pressant autour d’eux. 

Puis, conduit dans un entrepôt de l’aéroport, le Pape a été salué par quatre joueurs de tambours, lors d’une cérémonie à la simplicité émouvante. Il a ensuite rencontré des représentants d’autochtones. Échangeant avec eux à l’aide d’une traductrice, le Pape s’est spécialement arrêté pour baiser la main d’une femme âgée, Emma Desjarlais, ancienne élève de pensionnat catholique. 

Son arrivée – dans une humble Fiat 500 XL blanche, comme le souhaite le pape lors de ses déplacements – est restée assez discrète dans la ville d’Edmonton, à une trentaine de kilomètres de l’aéroport. On n’y trouvait pas trace d’attente dans les rues, ni de publicité pour la visite du chef de l’Église catholique, ni de drapeaux du Vatican ornant les façades. 

En rencontrant la presse dans l’avion, lui-même a rappelé qu’il s’agissait d’un voyage « pénitentiel ». C’est pour les peuples autochtones, blessés par les maltraitances subies au sein des établissements scolaires tenus par des congrégations catholiques, que le pontife argentin a tenu à faire ce long déplacement malgré ses douleurs persistantes au genou. 

Après un temps de repos, le Pape doit, ce lundi 25 juillet, se rendre à Maskwacis , là où se trouvait jadis un pensionnat, pour y donner son premier discours officiel auprès de chefs autochtones.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
CanadaPape FrançoisVoyage
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement