Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 19 avril |
Saint Expédit
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Syméon, l’ermite qui se faisait passer pour un fou

desert hermit cave Shutterstock

© JITD I Shutterstock

Aliénor Goudet - publié le 20/07/22 - mis à jour le 17/07/23

Après trente ans de solitude dans le désert, Syméon, ermite du VIe siècle, se rend à Emèse en Syrie afin de prendre soin des âmes des hommes. Pour conserver son humilité et se faire proche des plus démunis, il emploie une drôle de méthode : se faire passer pour un fou. L’Église le fête le 21 juillet.

Vers 575, dans les grandes rues marchandes de la ville d’Emèse (aujourd’hui Homs en Syrie), les gens pressent le pas en passant à côté du vieux mendiant vêtu d’un sac qui leur jette des coquilles de noix en criant qu’il les baptise. Voilà quelque temps que la ville connaît Syméon. Sortit d’on ne sait où, le vieux fou erre dans les rues en importunant les braves gens. Il pousse des cris d’animaux, effraie les passants, chante à tue-tête… Même ceux qui le prennent en pitié finissent par le trouver insupportable à force. Pourtant, la seule folie qui frappe Syméon est celle de Dieu.

En effet, dans les quartiers moins fréquentés de la ville, Syméon se rend auprès des pauvres, des prostituées et des malades. Après trente ans dans le désert à chercher la sainteté, le vieil ermite, brûlant du feu de Dieu, a quitté son compagnon Jean et est revenu parmi les hommes, soucieux de leur salut. Il convertit, bénit et guérit les affligés, exorcise les démons, dénonce les crimes des méchants, et sauve les repentants. Mais il se rend agaçant aux yeux de tous en jouant le fou. Il ne faut en aucun cas qu’on le remercie ! Cela pourrait entacher l’humilité nécessaire pour atteindre le royaume de Dieu. Mieux vaut qu’on le croit fou et qu’on le chasse. Saint Paul n’écrivait-il pas :

“Que personne ne s’y trompe, si quelqu’un parmi vous pense être un sage à la manière d’ici-bas, qu’il devienne fou pour devenir sage” (1 Co 3, 18).

Seul le diacre Jean perce à jour la véritable nature de Syméon, après que celui-ci l’ait sauvé d’une calomnie infâme. Jean lui jure de garder son secret. Vers 590, Syméon, qui sent sa fin proche, vient trouver le diacre et lui raconte sa vie. Il meurt deux jour plus tard. Alors qu’on l’enterre sans cérémonie, ceux qu’il a converti entendent une chorale céleste accompagner son humble cortège.

Tags:
humiliteSaints
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement