Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 12 août |
Sainte Jeanne-Françoise de Chantal
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Ce tout petit geste qui peut transformer votre couple

web-candle-couple-pray-light-pavel-l-photo-and-video-shutterstock

© Pavel L Photo and Video / Shutterstock

© Pavel L Photo and Video / Shutterstock

Caroline Moulinet - publié le 20/07/22

Discret, facile et pourtant si précieux et si porteur de sens, la bénédiction de son époux peut transformer sa vie, son couple, sa famille. Un trésor dont témoigne Marie-Anne Lucas, exégète et auteur de "L'aventure de la prière en couple".

Chez Marie-Anne et son mari Vincent, le couple a toujours été un point d’attention premier. Dès le début de leur mariage, ils se voyaient trois : elle, lui, et leur couple. Ce couple, comme une entité à part entière dont il faut prendre soin, leur permet d’approfondir chaque jour une unité particulière grâce à un tout petit geste fait avec foi et amour. 

Aleteia : Dans votre livre, vous partagez les merveilles de la prière en couple. Quel est ce geste si simple qui vous nourrit tant ?
Marie-Anne Lucas : La bénédiction de l’autre, quand on marque son époux avec le signe de la croix. C’est très beau car on devient acteur de quelque chose qui nous est donné dans le nom de Jésus. Mon époux est mon meilleur allié, donc je lui veux du bien. Comment faire ? En demandant à Jésus de lui faire du bien, en laissant Jésus agir en mon époux. C’est toujours très fort aussi de recevoir la bénédiction de Vincent : je reçois Jésus parce que Vincent y croit et demande sa bénédiction sur moi. Ce geste est tout petit mais en fait il est grand parce qu’il est efficace ! Cette croix est efficace. La croix est notre salut. En bénissant mon époux, je dis du bien, plus encore : je permets au bien, à l’Amour, de circuler en l’autre. Ce tout petit geste est très dynamique ! C’est une salutation, une visitation de deux personnes. Ça nous dépasse. 

Au cours des nombreuses retraites que vous avez animées, les couples n’ont-ils pas partagé leur appréhension pour offrir ce geste ?
Si, tout à fait ! En couple c’est parfois difficile, alors les époux peuvent commencer avec les enfants. En général, c’est plus naturel. Ensuite, poser ce geste, sur l’oreiller, discrètement, dans la pénombre de la nuit, devient un peu plus facile. Puis ce geste devient spontané même devant d’autres ! À tous les baptisés il est donné de contribuer au passage de Dieu.

Avez-vous toujours eu la grâce de prier ainsi en couple avec facilité ?
Nous avons toujours eu le désir de prier ensemble car nous sentions que notre couple était précieux. Chacun avait personnellement ce désir pour notre couple, cette entité commune, mais il a fallu nous ajuster l’un à l’autre. De mon côté, je suis allée très rapidement. Je vais très vite. Trop vite. Je suis tombée dans l’excès de zèle. J’avais envie de mettre en œuvre tout ce que j’apprenais : lecture de la Parole, louange, prière orale. Je construisais ma propre prière pour notre couple, et cela ne correspondait plus du tout à Vincent. J’ai vu que cela ne faisait plus de bien alors je suis revenue à mon désir, j’ai relu le chemin de ces balbutiements de prière.

Ces premiers clashs ont été très bénéfiques. J’ai pris patience pour attendre que Vincent trouve son rythme à lui. J’ai appris à le respecter. Mon zèle donnait à Vincent le sentiment de ne pas savoir prier ! Je n’étais pas plus avancée que lui, pas du tout ! J’avais construit un château fort avec toutes mes connaissances. À ce moment de notre histoire se jouait l’harmonie commune à trouver, notre désir de nous accorder.

Dès ces débuts bénissiez-vous votre époux en traçant sur lui la croix de Jésus ?
Au début nous priions avec les moyens du bord. Il a fallu braver notre pudeur mutuelle, alors nous avons commencé par juste un Notre Père ensemble. Avec le recul je me rends compte comme cela a été fondateur. Tout était déjà gagné, même si c’était si dur d’ouvrir la bouche pour prier ensemble. Nous gardions chacun notre désir commun de prier, pour entretenir la flamme, notre souhait d’ouvrir notre cœur et de nous tourner vers Dieu le Père pour le laisser nous rejoindre vers ce désir. Et là nous avons rencontré ce désir de Dieu pour nous. C’était archi simple et archi dur au début, tout en étant une si grande promesse. 

De même que je me parfume pour mon époux, notre prière de couple parfume nos journées.

Alors toute l’aventure de la prière est née de ce désir de prendre soin de votre couple ?
Oui, nous arrivions bien faibles, comme la femme courbée qui s’approche de Jésus, pour laisser Jésus se pencher à son tour vers nous. Nous nous sommes mis à l’école ignatienne, à l’école de la petite Thérèse aussi. Tout ceci a permis de colorer notre prière en couple pour avoir des pistes selon les circonstances de la vie. C’est pour cela que le livre est écrit comme une boîte à outils. Un jour dans une retraite, un homme a témoigné qu’il voyait cet ouvrage plutôt comme une boîte de bonbons, chaque prière étant dévoilée comme on ouvre le papier d’un bonbon, chaque piste ayant une saveur unique, une douceur particulière. Dieu a du goût ! De même que je me parfume pour mon époux, notre prière de couple parfume nos journées, la note du matin est différente de celle du soir, chaque senteur se prolongeant au fil des heures.

La prière et la croix, vos deux trésors pour l’aventure du couple ?
La prière pour apprendre à se reconnaître dépendant de Dieu. Je ne prie pas pour Dieu, je prie pour laisser Dieu agir et prier en moi. Cette prise de conscience a été une étape dans notre vie, qui a d’ailleurs eu tout de suite des conséquences magnifiques pour nos enfants. Plutôt que d’ouvrir la porte vers l’extérieur comme pour aller chercher le Seigneur, la prière c’est ouvrir la porte vers l’intérieur, chercher en soi Jésus présent. Cela a été un déclic.

Alors nous avons réalisé que le sacrement, c’est Jésus. Donc notre mariage n’est pas de mon fait, il vient de la Bonté de Dieu ! Il faut donc absolument rendre grâce tous les jours ! C’est une tentation récurrente de toute créature de rester centrée sur elle-même. La prière, c’est laisser Dieu respirer en nous. La croix, c’est laisser Jésus nous transformer à travers notre quotidien, nos paroles de la journée, nos manquements, etc. Quand le couple peut s’offrir ça, c’est un grand cadeau.

Pratique

L’aventure de la prière en couple, Itinéraire de joie, Marie-Anne Lucas, Ed. de l’Emmanuel, 2021, 14 euros.
Tags:
BénédictionCoupleMariage
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement