Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 07 juillet |
Saint Ralph Milner
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Nigeria : les témoignages bouleversants des rescapés de la messe de la Pentecôte

NIGERIA

Aid to the Church in Need

Sunday Vincent, 5 ans, blessé lors de l'attaque de l'église de Ondo au Nigeria, et actuellement hospitalisé.

Bérengère Dommaigné - publié le 23/06/22 - mis à jour le 27/06/22

Après la terrible attaque meurtrière contre l'église Saint-François Xavier à Owo, au Nigeria, le 5 juin dernier, l’ Aide à l’Église en Détresse (AED) a pu interroger des rescapés blessés, encore aujourd'hui à l’hôpital. Partager ces témoignages bouleversants, c'est permettre que le monde entier n’oublie pas ces chrétiens, persécutés pour leur foi.

La terrible nouvelle a beau avoir fait le tour du monde, l’attaque d’une église au Nigeria lors de la messe la Pentecôte, avec ses 39 morts et 80 blessés, est déjà “passée d’actualité”. Pour ne pas oublier ce drame sanglant, l’AED a publié des témoignages de rescapés et de blessés rencontrés à l’hôpital Saint-Louis d’Owo et au Centre médical fédéral. Leur donner la parole, c’est rappeler au monde entier, que derrière les gros titres de l’actualité, se trouvent des vies, des familles entières, des personnes traumatisées qui veulent néanmoins témoigner et raconter.  

NIGERIA

En ce dimanche 5 juin 2022,alors que la congrégation de la paroisse Saint-François-Xavier d’Owo, dans le sud du Nigeria, prononçait les dernières phrases de la messe de Pentecôte, des inconnus armés ont pénétré dans l’église et ont tiré sur les fidèles.

Désirée John, 36 ans, enceinte et mère d’une petite fille de 3 ans raconte la suite : « L’expérience a été terrible et je ne la souhaite même pas à mes ennemis. Le prêtre était sur le point de terminer la messe et moi, j’étais assise dans la rangée du milieu de l’église. Au début, quand j’ai entendu les premiers cris qui se rapprochaient, j’ai cru que c’était la sirène de la police qui passait. Les paroissiens ont commencé à courir vers l’autel afin d’entrer dans la sacristie, mais moi je ne pouvais pas courir si loin, car je suis enceinte de 7 mois. J’ai décidé d’aller dans la chapelle de la Divine Miséricorde, mais il y avait beaucoup de gens qui couraient dans cette direction. Ne sachant pas quoi faire, j’ai décidé de m’allonger sur des paroissiens qui avaient déjà été abattus.

« Père, je suis venue à prier dans ton temple et voilà ce qui s’est produit. Si je péris, je péris, mais s’il vous plaît, Dieu, souvenez-vous de moi et de ma petite fille dans votre Royaume ».

Alors que j’étais allongée là, un des hommes armés a jeté une petite lumière près de moi. J’ai immédiatement compris que cela pouvait être de la dynamite. Ainsi j’ai commencé à m’éloigner en me traînant pour être en sécurité, mais avant d’aller trop loin, la dynamite a explosé brûlant mon dos et ma jambe gauche. À ce moment, je ne pouvais pas pleurer ni ressentir la douleur, tandis que du sang jaillissait de mes blessures. J’ai ouvert la bouche et j’ai dit: ‘Père, je suis venue à prier dans ton temple et voilà ce qui s’est produit. Si je péris, je péris, mais s’il vous plaît, Dieu, souvenez-vous de moi et de ma petite fille dans votre Royaume’. Je suis heureuse d’être en vie aujourd’hui et que mon bébé à naître soit aussi en vie et en bonne santé. On m’a également dit que ma fille de trois ans, que je croyais morte, est aussi en vie, mais qu’elle a été terriblement blessée lors de l’attaque et qu’elle se trouve au Centre médical fédéral. S’il vous plaît, gardez-nous dans vos prières pour qu’on puisse se rétablir rapidement et pour que je puisse retrouver ma fille et ma famille. »

« Je ne veux plus retourner à l’église », Sunday Vincent, 5 ans

A l’hôpital, les équipes de l’AED ont également récolté le témoignage du petit Sunday Vincent, seulement 5 ans… « J’étais à l’église avec mes parents quand l’attaque s’est produite. J’avais peur et j’ai pleuré tout au long de l’attaque. Je pensais que ma maman et mon papa étaient morts, mais quand je me suis retrouvé à l’hôpital, je les ai vus en vie et ça m’a fait tellement plaisir. Je ne veux plus retourner à l’église, car si je le fais, je pourrais être tué. »

Quant à Thaddeus Bade Salau, 52 ans, mis en joue et « seulement » blessé, il nous donne une leçon avec sa foi édifiante. « J’étais allongé sur le sol jusqu’à ce qu’un des hommes armés m’intime de me lever avec neuf autres paroissiens, dont ma magnifique fille. Ils ont tiré sur nous, un à la fois. J’ai été le dernier à être abattu et la balle a touché ma joue. Je suis la seule personne sur les dix à avoir survécu. C’est quelque chose que je ne pourrai jamais oublier. La perte de ma magnifique fille pendant l’attaque est une grande douleur, mais ma foi n’a pas été ébranlée. L’attaque a vraiment renforcé ma foi en Dieu. Je suis heureux d’être encore en vie et j’exhorte la communauté internationale à prier pour notre rétablissement rapide et à nous apporter de l’aide matérielle et financière. »

NIGERIA
Thaddeus Bade Salau, 52 ans, blessé et hospitalisé à Owo.

Quelques heures après le drame, l’évêque d’Ondo, Mgr Jude Arogundade, avait ainsi déclaré « la persécution des chrétiens est bien réelle », « quiconque dit le contraire est malhonnête ». A lire ces témoignages bouleversants, effectivement, le martyr des chrétiens est une réalité aujourd’hui encore.

Tags:
ChrétiensEglise catholiqueFoimassacrenigeria
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement