Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 30 novembre |
Saint André
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Pauline Jaricot, le cardinal et les médecins

Article réservé aux membres Aleteia Premium
PAULINE-JARICOT-HEART-OF-A-MISSIONARY.jpg

Heart of a Missionary / Castletown Media

Henri Quantin - publié le 22/05/22

Entre remède divin et remède humain, quel est le plus efficace pour guérir ? Auteur de "Pauline Jaricot, marmitonne de Dieu" (Cerf), Henri Quantin rapporte cet échange savoureux entre la nouvelle béatifiée et le cardinal secrétaire d’État du pape Grégoire XVI : pour que le médecin soit efficace, l’effort du patient, donc la "vertu de Jésus Christ" est nécessaire…

Quelle place pour la nature, quelle place pour la grâce ? Quelle efficacité de l’action des hommes, quel rôle de l’action de Dieu ? Si, en principe, tous les catholiques s’accordent sur la nécessité de la coexistence des deux, la question du dosage a provoqué bien des querelles dans l’histoire de l’Église et sous-tend encore bien des controverses. Peut-être est-ce même la toile de fond plus ou moins visible de toutes les disputes, qu’on soit adepte d’ »aide-toi le ciel t’aidera » — ce qui masque mal, parfois, un appel à laisser Dieu en dehors de l’affaire — ou  qu’on professe un peu vite que « rien n’est impossible à Dieu », comme un alibi pour ne rien faire soi-même.

Il se peut que les vifs débats qui ont accompagné la privation eucharistique du confinement aient eu leur source en ce même lieu de questionnement : jusqu’où peut-on accepter d’être privé du remède divin par excellence au nom de la prudence humaine ? L’urgence est-elle d’être sauvé de la mort par un vaccin ou du péché par le Christ ? Les deux questions relèvent évidemment de deux ordres différents, mais elles ne peuvent pas être entièrement séparées, puisque la grâce n’abolit pas la nature. En ce sens, il est juste de renvoyer dos à dos deux amputations caricaturales de l’être humain : un matérialisme jugeant qu’il n’a besoin que de pain et de médicaments ; un angélisme estimant qu’il ne vit que de d’hosties et d’absolutions. L’un fait bon marché de l’efficacité sacramentelle ; l’autre tend à oublier que la grâce s’inscrit dans l’incarnation, dont elle est même un prolongement.

Un échange fraternel de Pauline Jaricot et du cardinal Lambruschini, alors secrétaire d’État du pape Grégoire XVI, offre une bonne illustration de cette tension jamais achevée entre guérison divine et remèdes humains. De Rome, juste après avoir été guérie miraculeusement sur la tombe de sainte Philomène à Mugnano, Pauline adresse un mot de soutien à ce cardinal lui-même souffrant : « Les remèdes doivent maintenant céder le pas aux ressources de la foi… De grâce, vénéré Père, employez désormais ces seules puissances si vous voulez être guéri. » À ce conseil dicté par l’enthousiasme de sa guérison miraculeuse, Mgr Lambruschini juge bon d’apporter quelques nuances.

« Une obéissance raisonnable aux médecins est commandée par le Seigneur lui-même. »

Certes, c’est le Seigneur qui guérit, mais, en général, ce Dieu qui passe par les hommes ne néglige pas la médiation médicale : « Le conseil que vous me donnez est bien digne de votre foi. Vous savez cependant, Mademoiselle, que ce ne sont pas les remèdes dont nous faisons usage dans les maladies qui nous guérissent, mais que c’est Dieu seul qui leur donne la vertu pour produire un tel effet quand il veut nous guérir. »

Le cardinal ajoute alors une maxime aussi malicieuse que pétrie de bon sens théologique : « Une obéissance raisonnable aux médecins est commandée par le Seigneur lui-même. » Sans doute Pauline avait-elle besoin qu’on lui rappelât la nécessité du dosage entre la nature et la grâce…

L’effort du patient

À dire vrai, elle ne prônait pas exactement la grâce seule, quand elle prêchait au cardinal « les seules ressources de la foi ». Tout en évacuant la médecine, elle ne négligeait pas une autre action humaine : l’effort du patient. Aussi attendait-elle de Mgr Lambruschini une participation active à l’intervention divine : « J’ai la conviction intime que si votre Éminence est généreuse jusqu’à se refuser un verre d’eau entre les repas, et cela très constamment, Elle aura encore quelques jours de souffrance et de rudes combats à soutenir ; mais après — j’ose lui en donner l’assurance — Elle ne sera plus dominée par la maladie… La vertu de Jésus-Christ peut seule vous guérir. »

S’il est vrai qu’ »une obéissance raisonnable aux médecins est commandée par le Seigneur lui-même », il est tout aussi vrai qu’un médecin raisonnable ne devrait jamais mépriser les remèdes du Seigneur.

Après tout, pourquoi refuser au Christ un régime qu’on suivrait docilement s’il était sur une ordonnance ? Entre la nature et la grâce, on peut bien sûr préférer le dosage prudent du cardinal au dosage plus inattendu de Pauline, mais on s’égare en se privant des ressources d’un des deux remèdes. À propos de sa fille Mayline, guérie miraculeusement par l’intercession de Pauline Jaricot, Emmanuel Tran a rapporté à Aleteia cette phrase qu’il aime répéter aux incrédules : « Je n’ai pas le mode d’emploi, mais voici Mayline. » S’il est vrai qu’ »une obéissance raisonnable aux médecins est commandée par le Seigneur lui-même », il est tout aussi vrai qu’un médecin raisonnable ne devrait jamais mépriser les remèdes du Seigneur.

Découvrez aussi les plus belles pensées de Pauline Jaricot :

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
pauline jaricotSanté
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement