Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 15 avril |
Saint Patern de Vannes
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Comment Notre-Dame de Fatima a évangélisé l’Ukraine

Matka Boża Fatimska na Ukrainie

fot. Aleksander Sawransky | Ukraińska Cerkiew Grekokatolicka

Beata Zajączkowska - publié le 12/05/22

"Pour une prière à Notre-Dame de Fatima, on pouvait être envoyé en prison." Découvrez comment la Vierge Marie a évangélisé l’Ukraine à la fin des années 1980 en dépit de la féroce politique anti-religieuse de l’URSS.

Voici comment Notre-Dame de Fatima a contribué à évangéliser un pays dominé par l’idéologie communiste. La présence en Ukraine d’une Vierge pèlerine de Notre-Dame de Fatima révèle un épisode particulièrement lumineux de l’histoire du pays. Tout commence avec la construction improbable d’un sanctuaire, alors que le pays figure encore parmi les républiques socialistes de l’Union soviétique. Une idée courageuse, mise en œuvre par un Ukrainien enraciné, Aleksander Milewski. Ce dernier avait vécu l’imposition de l’idéologie communiste sur ses terres natales : la politique anti-religieuse des soviétiques consistait en effet à détruire les lieux de culte, et à persécuter les fidèles dans le but de propager l’athéisme. Pour une prière à Notre-Dame de Fatima comme pour toute autre manifestation de dévotion, on pouvait être envoyé en prison.

En 1989, après avoir été ordonné prêtre à Riga (en Lettonie, où se trouvait le seul séminaire catholique à l’époque soviétique qui pouvait envoyer des prêtres dans les paroisses de l’URSS), Aleksander Milewski, 30 ans, devient – grâce aux contacts clandestins avec les prêtres pallottins en Pologne – le premier membre de cette congrégation en Ukraine. Du point de vue religieux, cette période ressemble à un désert. Seules quelques dizaines de paroisses demeurent ouvertes et un petit nombre de prêtres reste présent sur le territoire ukrainien. 

Une ancienne caserne 

D’abord, c’est dans une vieille caserne à Dovbych, village du nord-est de l’Ukraine, que le père Milewski rassemble les fidèles pour une prière commune. Il espère pouvoir un jour célébrer la messe libre dans une église. Contrairement à sa politique habituelle, le pouvoir communiste lui donne la permission de construire un sanctuaire, non pas dans la périphérie du village, mais bel et bien sur la place centrale. C’est un vrai miracle. Avec le soutien de la population locale, le prêtre fait alors ériger l’édifice, symbole de gratitude envers Dieu pour avoir sauvé la foi sur la terre ukrainienne. Il s’agit bien là d’un miracle, au vu du contexte historique dans lequel il se produit.

En regardant les photos qui datent de la construction, on voit les habitants s’employer à dresser les murs du bâtiment, heureux de pouvoir bientôt participer à la messe interdite depuis de si longues années.

Dovbych, une petite ville de quelque 6.000 âmes, était peuplée en 1930 de 50.000 habitants dont 70% de Polonais. En 1926, elle était devenue la capitale de la Marchevshchyna, une région polonaise autonome créée par Staline, au sein même de l’Ukraine, pour y effectuer une bolchevisation “modèle”. Son but consistait à transférer ensuite les personnes imprégnées des idéaux communistes en Pologne. Comme l’expérience s’est avérée contre-productive, la région a été liquidée. Les Polonais, toujours résistants et fidèles au catholicisme, ont été finalement envoyés au Kazakhstan et en Sibérie. Ceux qui habitent Dovbych aujourd’hui sont souvent leurs descendants revenus d’exil. 

Ce sont eux, 150 au total, qui ont aidé le père Milewski à construire le sanctuaire. En regardant les photos de l’époque, on les voit s’employer à dresser les murs du bâtiment. Ils formeront plus tard une première communauté paroissiale heureuse de pouvoir enfin participer à la messe interdite depuis de si longues années.

Une première depuis la révolution

Un an plus tard, le 13 octobre 1990, la statue de Notre-Dame de Fatima arrive en Ukraine. C’est l’année du 73e anniversaire des apparitions de la Vierge à Fatima. Transportée du Portugal dans un bus, les fidèles l’accompagnent pour les treize derniers kilomètres, en formant une longue procession jusqu’au nouveau sanctuaire. Certains habitants sont tellement impressionnés qu’ils pensent assister peut-être de la fin du monde. D’autres ont du mal à croire ce qu’ils voient. Alors, ils se mettent à prier et à chanter à l’improviste. Tous sont bouleversés : il s’agit de la première manifestation religieuse depuis la Révolution d’octobre ! Cet instant même officialise la dévotion à Notre-Dame de Fatima en Ukraine. Le sanctuaire marial de Dovbych devient son centre qui continue toujours de rayonner.

Tags:
FatimaGuerre en UkraineVierge Marie
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement