Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 13 août |
Saint Hippolyte de Rome
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Pourquoi la mortalité infantile augmente en France ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
NEWBORN

Eleonora_os | Shutterstock

Blanche Streb - publié le 09/05/22

Les causes de la mortalité infantile disent beaucoup de l’évolution de notre société. Alors que les interruptions médicales de grossesse ne sont pas comptabilisées, Blanche Streb relève que de plus en plus de femmes choisissent aujourd’hui de mener à terme leur grossesse alors que leur bébé est porteur d’une maladie grave.

Je dois bien avouer que cette information m’a étonnée. La mortalité des nouveau-nés augmente dans notre pays ? Pourquoi, après des décennies, pour ne pas dire des siècles, de baisse, observe-t-on, depuis dix ans, une inversion de cette tendance ? Ce phénomène, peu exploré et relativement incompris, est alarmant dès lors que ce taux est considéré comme un « révélateur », voire comme un marqueur de développement. D’après l’Insee, 3,6 décès d’enfants de moins d’un an pour 1.000 enfants nés vivants sont à déplorer en 2021. Ce qui renvoie la France à la vingt-cinquième place en Europe, loin derrière d’autres pays comme l’Islande (1,1) ou l’Estonie (1,6). Pour mieux comprendre, si on compare la France avec la Suède ou la Finlande, ce sont 1.200 décès par an de plus qui adviennent lors de la première année de vie. 

Des grossesses plus tardives

Que se passe-t-il ? Au-delà des difficultés à récolter des données fiables, il est probable que ce phénomène soit multifactoriel, et quelques éléments prédominent, comme le révèle une étude récemment publiée dans The Lancet. La première cause reste celle de la mort inattendue du nourrisson (MIN), un drame qui frappe 350 familles chaque année dans notre pays où le taux de mort subite — c’est-à-dire dont la cause reste méconnue — est le plus élevé d’Europe. Triste constat, alors même que nous sommes l’un des rares pays à s’être doté d’un observatoire ayant pour vocation de mieux suivre, comprendre et donc prévenir ces tragédies.

Une autre cause, liée à des changements culturels et socio-économique notables, est celle des grossesses plus tardives. Dans les pays développés, en effet, on a ses enfants de plus en plus tard. Or, les risques pour la mère et l’enfant augmentent de manière sensible avec l’âge des femmes. Et avec lui, augmentent aussi l’infertilité et le recours à la procréation assistée. L’obésité et le tabagisme sont aussi pointés du doigt, ainsi que la précarité qui s’aggrave et qui touche particulièrement les femmes immigrées. Enfin, la fermeture de nombreuses maternités, les difficultés croissantes d’accès aux soins et l’affaiblissement des services de protection maternelle et infantile (PMI) font aussi partie des raisons expliquant cette regrettable augmentation. 

Un chemin de vie

Mais dans cette enquête une donnée mérite d’être relevée. Les femmes qui choisissent de poursuivre leur grossesse, alors même que leur bébé serait porteur d’une pathologie grave qui pourrait les conduire à subir une interruption médicale de grossesse, sont en nette augmentation. Elles étaient 1.189 en 2014, elles sont 1.587 en 2018. Cette évolution joue sur les chiffres de la mortalité infantile, car les IMG ne sont pas comptabilisées, mais les bébés qui sont accueillis au terme de la grossesse et sont accompagnés vers leur mort naturelle dans les premières heures ou jours de leurs vies, en revanche, le sont. Rien ne permet pour l’instant d’expliquer avec certitude cette évolution. Serait-ce lié à un meilleur accompagnement de ces situations difficiles, à un changement de regard des équipes soignantes, après quelques années de pratique, ou encore aux témoignages de couples ayant traversé ce deuil périnatal particulier ? 

Je pense par exemple à celui d’Aurélie Guyon et de son mari (La Petite Vie d’Azélie, Éd. Emmanuel). Lorsqu’ils découvrent que le troisième enfant qu’ils attendent est porteur de trisomie 18, dans ce chemin long et difficile, ils ne se résignent pas à l’avortement, mais choisissent d’aller au bout de la grossesse et d’accompagner au mieux leur enfant dans la toute petite vie qu’on lui prédit, pour qu’il vive ce qu’il a à vivre. Au fond, à laisser la vie être la vie et la mort être la mort, tout en offrant à leur deuil une précieuse force : celle de la paix. Pour que se réalise, malgré la souffrance, ce dont se rendra compte la sage-femme qui les accompagne, que « ce n’est pas un chemin de mort que vous allez vivre, mais un chemin de vie ». Il reste que la mortalité infantile est un révélateur de la santé de notre société, espérons qu’elle devienne une priorité de santé publique dans les années à venir. 

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
bébématernitéSanté
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement