Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 16 mai |
Saint Honoré
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Tous politiques… avec justice et tempérance

justice-shutterstock_1571689948.jpg

Altrendo Images I Shutterstock

Jeanne Larghero - publié le 17/04/22

En période électorale, il est bon de revenir à la sagesse des Anciens. Pour les Grecs, rappelle la philosophe Jeanne Larghero, la politique n’était pas l’affaire des experts, mais une affaire de vertu civile. C’est-à-dire l’affaire de tous.

Vous connaissez sûrement le mythe de Prométhée ? Repris par Platon dans le dialogue Protagoras, on y apprend comment Zeus amena à l’existence l’espèce humaine, puis comment il chargea Prométhée de pourvoir les humains de tous les dons et qualités nécessaires pour affronter la dureté de la vie, comment Prométhée confia cette tâche à son frère Épiméthée, et enfin… comment Épiméthée se débrouilla tellement inconsidérément qu’il dota les animaux de toutes sortes de poils, plumes, griffes et crocs bien utiles pour se débrouiller dans la nature, mais oublia les humains qui se trouvèrent peau nue, sans becs ni sabots, à découvert et sans défense : beaucoup de besoins, mais peu de moyens !

Le sens politique

Quelle intelligence que cet esprit grec ! Car c’est bien notre condition humaine… Mais l’histoire ne s’arrête pas là : Prométhée, pour secourir les humains si démunis naturellement, alla voler aux dieux le feu et les arts. Et voilà les humains devenus experts dans des domaines techniques bien utiles, les voilà capables de se fabriquer des outils et des machines. Mais il ne suffit pas de savoir construire des maisons pour les uns, fabriquer du pain, ou recoudre des chaussures pour les autres, si personne n’est capable de s’entendre, et de bénéficier des compétences de chacun. Voyant ces humains habiles au travail mais incapables de s’entendre, en conflits perpétuels, Zeus décida d’intervenir lui-même et de leur donner… le sens politique.

Mais fallait-il le donner à quelques élus, ou l’accorder à tous ? fallait-il en faire la spécialité de quelques-uns, de même que certains sont cordonniers, d’autres architectes, ou d’autres informaticiens ou au contraire le distribuer universellement ? Telle est bien la question qui anime la culture grecque : qui est compétent en matière de justice sociale, de bien commun, de choix portant sur l’avenir d’un peuple ? les sachants ? les experts ? les technocrates ? ou tout un chacun, vous et moi ? Réponse (par la bouche de Zeus !) : 

« Quand il s’agit d’architecture ou de tout autre art professionnel, on pense qu’il n’appartient qu’à un petit nombre de donner des conseils, et si quelque autre, en dehors de ce petit nombre se mêle de donner un avis, on ne le tolère pas, et on a raison selon moi. Mais quand on délibère sur la politique où tout repose sur la justice et la tempérance, les Athéniens ont raison d’admettre tout le monde, parce qu’il faut que tout le monde ait part à la vertu civile ; autrement il n’y a pas de cité. »

Comprendre ce qui est juste et ce qui unit

Et voilà ! Belle et exigeante leçon de démocratie qu’on ne saurait mépriser à la veille des élections, qu’on soit candidat ou électeur. Personne n’est compétent pour juger de la pertinence de tous les points spécifiques d’un programme, reconnaissons-le. Qui peut se prétendre expert en agriculture ? les agriculteurs. En fiscalité ? les fiscalistes. En centrale nucléaire ? les ingénieurs. Les compétences reconnues de tel électeur en matière de chirurgie dentaire, ou d’horticulture par exemple, ne le rendent pas capable de se prononcer pour autant efficacement sur la question de l’administration pénitentiaire, tout simplement parce qu’il n’y connaît pas grand-chose et ne peut pas tout savoir sur tout… En revanche, c’est en vertu d’une autre qualité qu’il pourra le faire : le sens de la justiceet de la tempérance.

Voilà l’intemporelle leçon de vie donnée par la pensée grecque : nous pouvons vivre ensemble, choisir notre destin commun, en délibérer, parce que nous sommes tous en capacité de comprendre ce qui est juste et ce qui ne l’est pas, ce qui divise les hommes ou ce qui les unit. Mais à quelle condition ? Pour autant que nous ne renoncions pas à mettre en pratique cette « vertu de tempérance » sans laquelle la paix sociale est impossible. Ce qui signifie ? Chercher le juste milieu, éviter les extrêmes, tout simplement parce que la satisfaction durable ne peut se trouver dans les excès, quels qu’ils soient… Déterminons-nous non seulement par rapport à notre domaine de compétence, celui qui nous tient le plus à cœur, mais cultivons et exerçons ce sens de la justice, ce sens des autres, ce bon sens du juste milieu, voilà la saine leçon qui a traversé les siècles : « Quand on délibère sur la politique, tout repose sur la justice et la tempérance. »

Tags:
électionsPolitiquePrésidentielle
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement