Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 24 mai |
Saints Donatien et Rogatien
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Économie : le modèle occidental de l’épargne investie

EPARGNE-shutterstock_1915684144.jpg

MEE KO DONG / Shutterstock

Xavier Fontanet - publié le 31/03/22

Le conflit ouvert entre les démocraties occidentales et la Fédération de Russie est aussi celui de deux modèles économiques. Pour l’ancien chef d’entreprise Xavier Fontanet, l’économie de marché des pays de l’Ouest repose sur l’utilité sociale de l’épargne investie.

L’agression caractérisée de l’Ukraine par la Russie nous permet de mettre en évidence une confrontation entre deux visions du monde et doit nous amener à réfléchir aux fondements de notre société, notamment s’agissant de l’économie. L’Europe, les Amériques, le Japon, la Corée, Taïwan, l’Inde font confiance au marché, à la libre concurrence, à l’initiative individuelle et à la détention privée du capital pour faire vivre leurs économies. Ces pays sont des démocraties : elles sont constamment animées par des débats visant à remettre en cause différents aspects de leur fonctionnement. 

La possession du capital

S’agissant de l’économie, les débats les plus fréquents portent sur la légitimité de la possession du capital, sur son utilité sociale et les risques que fait courir à la société une concentration excessive de sa détention. L’activisme de certains contempteurs des inégalités observées en Occident prête aujourd’hui à sourire quand on découvre les fortunes des oligarques russes et leur rapport au PIB du pays (plus de 60 % du PIB russe en 2000 selon une estimation de la Banque mondiale ). Il est très difficile d’avoir les vrais chiffres mais tout porte à penser que les concentrations dans ce pays sont bien plus importantes que ce qui existe dans les économies de marché. Ces fortunes ont d’ailleurs été constituées en majorité par des détournements effectués à la fin des années Eltsine. C’est en outre un bel exemple de rentes, car les connexions politiques auxquelles elles ont été associées empêchent de faire fonctionner le mécanisme régulateur de la concurrence.

Une autre différence essentielle porte sur l’origine de la richesse : en Europe ou en Amérique, c’est la créativité des détenteurs de capitaux qui ont créé de nouveaux métiers ou la justesse de leurs investissements quand il s’est agi de prendre le leadership dans des métiers existants. La richesse est toujours passée par la « case risque » et elle est constamment remise en cause, car le numéro un est toujours concurrencé par l’ensemble de sa profession. Même si tout est loin d’être parfait en Occident, on peut aussi rappeler que son PIB par tête est quintuple de celui des Russes qui sont pourtant détenteurs de matière premières précieuses, ce qui n’est pas le cas de l’Europe. 

L’utilité sociale du capital

Il faut aller plus loin et expliquer la dimension sociale du capital en économie de marché. Pour cela il faut faire œuvre de pédagogie et rappeler certains mécanismes économiques. Une règle peu expliquée est le concept de rotation d’actifs : en clair, si vous voulez produire 1 million de voitures, il vous faut 5 milliards d’euros d’investissement ; pour produire 2 millions de voitures il en faut le double, soit 10. Le rapport entre activité et investissement est une constante ; investissement, activité et emploi sont donc irrémédiablement liés. L’argent ne tombant pas du ciel, il vient forcément d’une épargne qui a permis de constituer le capital initial, le résultat réinvesti l’augmentant par la suite afin de permettre à l’entreprise de grandir et d’embaucher. La rentabilité des entreprises conditionne la santé de toute société plongée dans une économie de marché. Le capital est une épargne accumulée et constamment mise à risque.

Une épargne investie

La vérité est que l’utilité sociale du capital est considérable, ce que les Allemands ont parfaitement compris depuis vingt ans avec la fameuse phrase du chancelier Helmut Schmidt, déjà évoquée ici : « Les profits d’aujourd’hui sont l’investissement de demain et l’emploi d’après-demain. » En France, les capitaux propres des 3 millions d’entreprises portent 22 millions d’emplois et leurs familles ; par le biais de leurs impôts, les entreprises financent la fonction publique, dont la mission est de créer le cadre à l’intérieur duquel l’activité économique peut fonctionner de façon aussi satisfaisante que possible. Nos entreprises sont donc des piliers de la société, on ne le rappellera jamais assez. Dans ce monde concurrentiel, le rôle du capital est central, même s’il est mal accepté, alors qu’il ne peut se comprendre sans référence au concept de destination universelle des biens. Il est regrettable que les mots aient été déformés voire détruits. S’il fallait un vocabulaire plus proche de la réalité, plutôt que d’utiliser le mot « capital » qui a tendance à trop échauffer les esprits, pourquoi ne pas parler d’ « épargne investie » ?

Tags:
EconomieemploientrepriseRussie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement