Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 06 octobre |
Saint Bruno
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Snizhana et Anton, un couple russo-ukrainien à l’épreuve de la guerre

Article réservé aux membres Aleteia Premium
WEB2-Anton-et-Snizhana-DR.jpg

©A.G

Anton et Snizhana

Anna Ashkova - publié le 14/03/22

Snizhana est ukrainienne, Anton est russe, né en Belarus. Si leurs pays respectifs sont en guerre depuis le 24 février 2022, les deux époux restent unis et observent avec terreur le drame qui se déroule en Ukraine.

Le 24 février, il est 7h du matin quand Anton, en déplacement professionnel à l’étranger, apprend en se réveillant que la Russie a lancé une attaque sur l’Ukraine. « J’ai reçu un message d’un de mes amis qui disait que Kiev était bombardé. J’ai tout de suite allumé la télé et j’ai vu des images choquantes », raconte à Aleteia ce Bélarusse de 37 ans, dont les parents habitent en Russie.

À plusieurs centaines de kilomètres de là où il se trouve, son épouse, Snizhana, dort paisiblement sans savoir que sa ville natale est sous les bombes. « Mon père m’avait appelée à 5h59 du matin. J’étais très fatiguée, je me suis dit que j’allais lui répondre plus tard. Et quand je me suis réveillée une heure après, j’ai vu des dizaines d’appels de ma famille et surtout le message de mon mari : ‘’Mon Dieu, je n’arrive pas à croire ce qui se passe’’ », confie la jeune femme. « Depuis, nous avons l’impression de vivre un enfer ! », glisse Anton. 

Leur histoire d’amour commence en 2012, en Grèce. Les deux jeunes gens y étaient partis étudier le grec durant leurs vacances d’été. Rapidement, leur relation évolue et ils la vivent d’abord à distance. Anton habite en France, où il étudie à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, à Paris. Snizhana termine ses études en droit à Kiev. Lorsqu’un conflit éclate en 2014 entre la Russie et l’Ukraine, le couple aborde le sujet d’une potentielle guerre entre les deux pays, leurs deux pays. « Nous avions une vision similaire sur ce conflit. Je ne pense pas que nous serions ensemble à l’heure actuelle si à l’époque nous avions des avis très différents sur le sujet. Et puis, j’ai toujours vu Anton comme un Bélarusse et non comme un Russe, même s’il a le passeport de ce pays », explique à Aleteia Snizhana. 

Jamais je n’aurais cru qu’un jour des missiles seraient lancés de la banlieue de ma ville natale en Bélarus sur Kiev.

« Quand en 2014, je suis venu rendre visite à Snizhana à Kiev, j’ai assisté à Maïdan. Je parlais le russe à Kiev, sans que personne me dise quoi que ce soit à ce sujet. Je regardais aussi mes émissions russes à la télé. C’est à ce moment-là, que j’ai commencé à me rendre compte que ce que je voyais à Kiev et ce que je voyais dans les médias russes étaient totalement différent. J’ai alors commencé à me poser des questions », précise Anton. Mais le couple, marié depuis 2016 et vivant actuellement à Paris, était loin d’imaginer que huit ans plus tard, une guerre sanglante éclatera entre les deux pays.

« J’ai tout de suite ressenti une honte pour ce qui se passe », confie Anton. « J’ai grandi en Bélarus et j’ai toujours vu l’Ukraine et la Russie comme des voisins, des voisins proches mais un peu différents de moi. Jamais je n’aurais cru qu’un jour des missiles seraient lancés de la banlieue de ma ville natale en Bélarus sur Kiev ». 

Ardent désir d’aider

Aujourd’hui, le couple se dit plus soudé que jamais et s’inquiète pour ses proches en Ukraine mais également en Russie. « Mon papa n’a pas voulu quitter Kiev, même s’il est en âge de le faire. Il veut se battre pour la patrie. Ma maman est à Lviv avec ma grand-mère. Elle non plus n’entend pas quitter l’Ukraine », raconte à Aleteia Snizhana.

Quant à Anton, qui a peur pour sa belle-famille, il se fait également du souci pour ses parents qui habitent à Tver et subissent déjà des sanctions internationales prises à l’encontre de la Russie : « Je ne sais pas quoi faire ni comment les aider. Ils ne pensent pas quitter le pays car c’est leur maison. J’ai vraiment peur pour eux ». Malgré ça, il se dit « pour les sanctions ». « Je pense, peut-être naïvement, que c’est l’une des choses qui peut aider à faire reculer Vladimir Poutine. Il faut bien comprendre que tout le problème réside en lui. Il ne représente pas toute la Russie. Aujourd’hui, le peuple ukrainien se bat entre autres aussi pour la future liberté de la Russie », note Anton. 

« Une page de l’histoire qui restera à jamais gravée dans les mémoires »

Il y a encore deux semaines, Anton et Snizhana planifiaient leur déménagement et les travaux dans leur nouvel appartement. Aujourd’hui, alors qu’ils voient comment les gens souffrent sous les bombes, ces questions quotidiennes leur paraissent très futiles. Même s’ils participent activement aux différentes collectes pour l’Ukraine et prient le Seigneur pour la fin de la guerre, cela leur paraît « insuffisant ». « Nous avons envie de faire plus, de partir là-bas et aider la population », affirment-ils. 

Si à la maison, ils continuent à parler chacun leur langue respective, Snizhana s’adresse à Anton en ukrainien et Anton lui répond en russe, les deux savent qu’une fois la guerre terminée il faudra beaucoup de temps aux deux peuples pour reconstruire une nouvelle relation. « Ce qui est sûr c’est que cette page de l’histoire restera à jamais gravée dans les mémoires », conclut Snizhana. 

[En images] Dans l’horreur du conflit en Ukraine, des fragments d’espérance :

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
conflitCoupleRussieUkraine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement