Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 18 mai |
Saint Éric
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Nouvelle grossesse : comment répondre à la question “C’était voulu ?”

femme-enceinte.jpg

Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 10/03/22 - mis à jour le 15/04/24

Médecins, collègues, amis… Certains n’y vont pas par quatre chemins et osent poser la question que d’autres formulent tout bas : "Le troisième en quatre ans ?! C’était voulu ?"

Question révélatrice d’une époque où tout doit être sous contrôle voire parfaitement planifié. Silence. Rougissement. Comment affronter le regard surpris, voire réprobateur, de l’autre ? Si je réponds oui, je passe pour une folle. Si je réponds non, pour une demeurée fort peu au fait des moyens de contraception. Et si vous bottiez en touche en exprimant vos sentiments ? Vous ressentez de la peur ? C’est bien légitime et quiconque peut le comprendre. Confier ses peurs, ses angoisses, permet à son interlocuteur, s’il est un tant soit peu à l’écoute, de rassurer, de consoler, de manifester son soutien. “On a le droit d’être chrétien, ouvert à la vie, et d’être en souffrance quand on est surpris par l’arrivée d’un bébé”, abonde Hélène Perez, conseillère conjugale, qui parle de “sidération” pour qualifier la réaction de bon nombre de parents qui la consultent dans ces circonstances. 

Vous ressentez de la joie ? N’allez pas l’étouffer sous trois tonnes de honte et de culpabilité, exacerbées par les remarques de votre entourage. Saisissez-vous de cette joie, aussi timide soit-elle, laissez-la s’épanouir, protégez-la et exprimez-la, comme y engage le pape François dans Amoris Laetitia :

À toute femme enceinte, je voudrais demander affectueusement : protège ta joie, que rien ne t’enlève la joie intérieure de la maternité. Cet enfant mérite ta joie. Ne permets pas que les peurs, les préoccupations, les commentaires d’autrui ou les problèmes éteignent cette joie d’être un instrument de Dieu pour apporter une nouvelle vie au monde. Occupe-toi de ce qu’il y a à faire ou à préparer, mais sans obsession, et loue comme Marie : “Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur, parce qu’il a jeté les yeux sur l’abaissement de sa servante” (Lc 1, 46-48). Vis cet enthousiasme serein au milieu de tes soucis, et demande au Seigneur de protéger ta joie pour que tu puisses la transmettre à ton enfant.

Tags:
EnfantsGrossesseMaternité
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement