Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 17 mai |
Saint Pascal Baylon
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Ukraine : les gréco-catholiques, une cible pour les Russes ?

UKRAINE

Aid to the Church in Need

John Burger - Agnès Pinard Legry - publié le 25/02/22 - mis à jour le 25/02/22

Tandis que l’étau se resserre autour de Kiev, un prêtre de l’Église gréco-catholique ukrainienne s’inquiète d’être, après la prise de la capitale ukrainienne, une cible potentielle de l’armée russe.

Alors que l’avancée de l’armée russe en Ukraine se poursuit, l’inquiétude n’a jamais été aussi forte. « Notre armée est la cible numéro un, puis tous ceux qui ne soutiendront pas l’invasion [par la Russie] », y compris l’Église, seront visés », a déclaré à Aleteia le père Volodymyr Malchyn, qui travaille en étroite collaboration avec le chef de l’Église gréco-catholique ukrainienne à Kiev. « Au regard de l’histoire de notre Église en Ukraine, nous ne nous faisons aucune illusion là-dessus. »

Une histoire marquée par de nombreuses persécutions religieuses. L’Ukraine, plus exactement la république socialiste soviétique d’Ukraine, a fait partie de l’URSS de 1922 à 1991. Tout au long de cette période, sous l’ère communiste, les catholiques ont été largement persécutés. Dès les premières années Staline s’emploie à remplir les goulags de fidèles et de représentants du clergé. Les autorités ont rapidement décidé de supprimer l’Église gréco-catholique ukrainienne, tuant ou emprisonnant ses évêques et forçant les croyants à faire partie de l’Église orthodoxe russe. En 1946, à Lvov, il intime l’ordre au clergé de renoncer à sa fidélité à Rome : seuls 204 prêtres rallient l’église orthodoxe. Les autres prennent à leur tour le chemin de la déportation.

Certes, la déstalinisation améliore le sort des catholiques mais l’Église ne retrouve sa liberté qu’en 1991, lorsque le cardinal Lubachivsky rentre en Ukraine et prend possession de la cathédrale de Lvov. L’Église gréco-catholique a vécu quant à elle une existence clandestine jusqu’à la fin des années 1980 et son chef, le cardinal Josyf Slipyj, est mort en exil à Rome. Le retour des Russes dans le pays ravive donc cette menace dans les esprits des fidèles. Une menace d’autant plus prégnante que les responsables religieux ont appelé à laisser ouvert les monastères et les églises pour accueillir les personnes fuyant le conflit.

Tags:
ÉgliseRussieUkraine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement