Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 13 août |
Saint Hippolyte de Rome
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Le bouleversant témoignage de Guy Coponet au procès de Saint-Étienne-du-Rouvray

Article réservé aux membres Aleteia Premium
GUY COPONET

JULIEN DE ROSA / AFP

Guy Coponet.

Agnès Pinard Legry - publié le 17/02/22 - mis à jour le 17/02/22

Aujourd’hui âgé de 92 ans, Guy Coponet était présent lors de l’assassinat du père Jacques Hamel le 26 juillet 2016. Contraint par les terroristes à filmer la scène, il a ensuite été grièvement blessé. Partie civile dans le procès de Saint-Étienne-du-Rouvray, il a livré ce jeudi un témoignage bouleversant devant la cour spéciale d’assises de Paris.

« Je peux vous raconter le déroulé de ma journée du 26 juillet 2016. C’est frais dans ma tête jusqu’à la fin de ma vie. » À 92 ans, devant la cour d’assises spéciale de Paris, Guy Coponet impressionne par son calme, sa simplicité et sa clarté. Témoin direct de l’assassinat du père Jacques Hamel, il a été contraint par les terroristes de filmer son martyre avant d’être à son tour frappé de nombreux coups de couteau. Il s’en sortira finalement in extremis. Son audition ce jeudi 17 février en tant que partie civile ne l’oblige pas à faire une déclaration. Il pourrait simplement répondre aux questions du président de la cour d’assises, des avocats. Mais il choisit néanmoins de le faire. « Et vous me poserez des questions après », lance-t-il. « Je pense à eux [les terroristes, ndlr] tous les matins », raconte-t-il. « Quand je me rase il faut que je fasse attention à ne pas me couper car une zone est devenue insensible. » Cette zone, au niveau du cou, c’est une cicatrice d’une vingtaine de centimètres due à une tentative d’égorgement perpétré par l’un des terroristes. « Dès qu’on rêvaille un peu, les images reviennent. Dans le dos, aussi. Ça reste gravé vous savez. Il n’y a pas de danger que j’oublie. »

Le 26 juillet, jour de son 87e anniversaire, Guy Coponet assiste comme à son habitude avec son épouse Janine à la messe célébrée par le père Jacques Hamel. À la différence de la messe du dimanche, l’entrée pour l’office en semaine ne se fait pas par la grande porte mais par la sacristie. C’était les vacances, il y avait donc moins de monde que d’habitude. « Trois sœurs, mon épouse (Janine, ndlr) et moi », résume-t-il. « Comme d’habitude, il faisait beau, le père Hamel était joyeux car il partait en vacances après ! » L’office commence et au cours de la messe un homme pénètre une première fois à l’intérieur pour un renseignement. L’une des religieuses lui demande de repasser plus tard. Il repart. À la fin de messe, la porte s’ouvre une nouvelle fois. Violemment. Pénètrent alors deux hommes : Adel Kermiche et Abdel-Malik Petitjean.

« Ils m’ont mis sur le premier banc, m’ont déposé dans les mains cet engin photo », reprend-t-il. « Ce que je voyais dans l’appareil était retransmis dans un autre. Je me suis dit qu’il fallait que je vise bien, je me suis bien gardé de déplacer quoi que ce soit. J’ai fait ce qu’on m’a dit de faire. » Le père Jacques était alors toujours sur son banc. « Ils l’ont attrapé, l’ont mis à genoux et lui ont donné des coups de couteau. » Dans la salle d’audience, les secondes s’écoulent tout d’un coup plus lentement. Plus douloureusement. L’émotion étouffe la voix de Guy Coponet. « La souffrance qu’il a pu ressentir à ce moment-là », déclare un sanglot dans la voix le paroissien. « Le Vendredi saint, autour de l’église, les catholiques font le chemin de croix. Désormais je ne peux plus. J’y vais à chaque fois mais les deux dernières stations… C’est le père Jacques, c’est ce qu’il a subi. »

« Ils l’ont massacré comme ça »

« Ils l’ont massacré comme ça. Je ne sais pas si c’est une question de foi, s’ils croyaient qu’ils faisaient ça pour la religion, ces deux lascars. » À quelques mètres de l’estrade, ils le trainent à terre. « Lui s’est défendu comme il a pu, avec le peu de force qui lui restait, avec ses pieds il repoussait le meneur », reprend-t-il. « Pendant que l’autre s’approchait de lui, père Jacques a dit « Satan va-t’en ». Il l’a répété une deuxième fois, en prenant un air autoritaire comme un ordre : « Va-t’en Satan ». Le sang s’est mis à vomir. Et le père n’a plus bougé. C’était terminé pour lui. »

Le père Hamel aura reçu au total neuf plaies par arme blanche sur la partie haute du thorax. La scène déjà insoutenable, ne s’arrête pas là. « Ils m’ont enlevé l’engin des mains et m’ont monté sur l’estrade », reprend Guy Coponet. Les deux terroristes détruisent leurs appareils et l’un d’eux se tourne alors vers lui en lui disant : « C’est à toi maintenant. » « Il arrivait avec quelque chose dans la main et je lui ai dit : « Qu’est-ce que tu vas faire, tu vas tuer ton grand-père ? » », se remémore-t-il.

Surtout ne bouge pas car si tu bouges il va te terminer.

Il reçoit des coups de couteau dans le dos, le bras et puis la gorge. « De l’estrade il m’a balancé sur le côté. Je suis retombé deux-trois marches plus bas ». Guy Coponet a alors le réflexe de se serrer la gorge. « Il m’est venu à l’esprit : « Surtout ne bouge pas car si tu bouges il va te terminer » ». Il reste donc ainsi par terre, à attendre.

Que s’est-il passé dans sa tête ? « Ça a été long, il était temps. Il s’en suffisait de peu pour que ce soit pire. Toute la présence spirituelle qu’on continue à avoir, ça tourne, on rentre en prière perpétuelle. On a l’impression d’être dans une retraite spirituelle, on fait le bilan de ce qu’on a fait, ce vers quoi on peut aller. » C’est aux dernières paroles du « Je vous salue Marie », « Maintenant et à l’heure de notre mort », qu’il voit enfin quelqu’un entrer. « Je sais que les secours et les policiers étaient bien occupés mais il était temps qu’ils arrivent », reprend-t-il.

La cour salue sa résistance et sa résilience

Il est transféré au CHU de Rouen où il subira plusieurs opérations. « Le médecin a souligné hier votre résistance physique exceptionnelle compte tenu des souffrances », lui répond alors Franck Zientara, le président de la cour. « On la mesure à l’occasion de votre récit. La cour salue cette résistance et cette résilience. »

Que ceux qui ont donné des ordres, que ceux qui ont formé ceux qui sont venus, que ces gens-là viennent demander pardon à tous ceux à qui ils ont fait de la peine.

Après ce témoignage bouleversant, dont chaque personne présente dans la salle mesure la profondeur, le président de la cour d’assise lui demande : « Qu’attendez-vous de ce procès en vous constituant partie civile ? ». Il répond sans détours : « Que ceux qui ont donné des ordres, que ceux qui ont formé ceux qui sont venus, que ces gens-là viennent demander pardon à tous ceux à qui ils ont fait de la peine. Ce serait un tel rétablissement de communauté ». Les mots se font plus profonds, plus lumineux. « Quand on ne pardonne pas, cela devient de la haine. C’est invivable. »

L’acte d’abandon résonne dans la salle Voltaire

Sur un autre ton, plus léger, il se confie à la suite d’une autre question sur son passage à l’hôpital et l’appel de François Hollande, alors président de la République, qu’il a reçu. « Je lui ai peut-être remonté le moral, j’étais tellement heureux d’être en vie », lance-t-il. « Et puis j’aimais mieux être à ma place qu’à la sienne ». Un autre avocat l’interroge sur son quotidien aujourd’hui, va-t-il toujours à la messe etc ? Son épouse étant décédée l’année dernière, c’est seul qu’il se rend à la messe. Enfin pas tout à fait seul. « Dans une messe, on reçoit la présence, une présence, c’est le Seigneur qui est là. J’y vais toutes les semaines, comme auparavant avec mon épouse, et le Seigneur est là », raconte-t-il. « En revenant à la maison, je passe par le cimetière et je la retrouve. Et le Seigneur est là. Je reste en présence avec elle. Ça me donne une liberté. C’est l’amour. »

Seigneur fait de moi ce qu’il te plaira. Quoi que tu fasses de moi je t’en remercie, je suis prêt à tout, j’accepte tout pourvu que ta volonté soit faite en moi et en toutes tes créatures. »

Alors que son audition se termine, l’une des avocates générales de ce procès a tenu à lui redire à quel point sa déposition l’a touchée et le courage qu’il a eu de venir. À la dernière question de savoir s’il avait quelque chose à ajouter, sa réponse se fait une nouvelle fois, bouleversante. « Dans tout ce qui s’est passé, je n’y suis pour rien. Seigneur, fais de moi ce qu’il te plaira. Quoi que tu fasses de moi, je t’en remercie, je suis prêt à tout, j’accepte tout pourvu que ta volonté soit faite en moi et en toutes tes créatures. » Ses mots, ceux de la fameuse prière d’abandon de Charles de Foucauld, s’envolent dans la salle Voltaire dans un silence solennel, respectueux. « C’est un besoin de donner, par amour. C’est ça le moteur, la force. Je n’y suis pour rien. »

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Jacques HamelJusticeprocèsSaint Etienne Du Rouvray
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement