Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 18 mai |
Saint Eric de Suède
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

JO de Pékin : Tess Ledeux, au nom du père

ledeux.jpg

MILLEREAU Philippe / KMSP via AFP

Tess Ledeux

Louis du Bosnet - publié le 08/02/22

Quand la disparition d’un proche devient une énergie interne pour soi-même. La Française Tess Ledeux, médaillée d’argent en ski big air à seulement 20 ans aux JO 2022 de Pékin, a eu la douleur de perdre son père il y a un an. Désormais, elle skie pour celui qui lui a transmis sa « passion de la montagne et des grands espaces ».

Cet épisode tragique de sa vie, la native de Bourg-en-Bresse l’a abordé sans détour face aux médias français, à l’issue de sa prestation majuscule livrée en Chine. « J’ai encore mon deuil à faire, mais je pense que c’est devenu une force supplémentaire. J’ai une petite étoile qui me porte tous les jours », confie-t-elle.

Deux mois après la disparition de son père et une coupure nécessaire à l’écart des compétitions, Ledeux a signé un retour tonitruant, s’adjugeant les deux premiers globes de cristal de sa jeune carrière : le « petit » du slopestyle et le « gros » du classement général « park and pipet ». « Avec l’année qu’elle a vécue l’an dernier, elle a des hauts et des bas forcément. Mais elle a vraiment été super forte pour passer à autre chose. Elle a repris goût au ski, à la vie », témoigne, admiratif, son entraîneur Grégory Guenet. 

« J’ai une petite étoile qui me porte tous les jours »

Une nouvelle preuve de solidité mentale de cette championne dont le parcours sportif fut émaillé de joies et de déceptions. En 2018, aux Jeux d’hiver de Pyeongchang, Ledeux, alors championne du monde en titre à seulement 16 ans, était complètement passée au travers, achevant son parcours à une triste 15e place. « On l’a récupérée à la petite cuillère », atteste sa mère à nos confrères de France Info. « En rentrant, elle ne voulait plus skier. On ne la reconnaissait plus », confirme sa sœur cadette.

Dans ces moments de doute, la Tricolore peut compter sur le soutien de son cousin, un certain Kevin Rolland, bien connu des amateurs de sports de glisse puisqu’il avait décroché la médaille de bronze en ski half-pipe aux JO 2014 et est le porte-drapeau de la délégation française à Pékin. « Il m’a tout simplement montré que c’était possible d’y arriver, que le haut niveau n’était pas inaccessible. Du coup, je n’ai jamais pris mon rêve comme quelque chose d’inaccessible », lui a-t-elle rendu hommage.

Vers une nouvelle médaille au JO ?

Dans le viseur de la Plagnarde, première femme à avoir réussi en compétition le « double cork 1620″ (une rotation de quatre tours et demi), figure désormais le slopestyle disputé à Zhangjiakou. La finale est prévue le 14 février. En espérant pour Tess Ledeux que la petite étoile qui la porte tous les jours, lui montre, une nouvelle fois, le chemin du podium.

Tags:
deuiljeux olympiques
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement