Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 22 mai |
Sainte Rita (Marguerite) da Cascia
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Élisabeth II, 70 ans de règne et une sacrée personnalité

QUEEN ELIZABETH II

EyePress News | AFP

Cerith Gardiner - publié le 05/02/22 - mis à jour le 05/02/22

Elle règne depuis 70 ans sur le Royaume-Uni, un record absolu dans l'histoire du pays. Âgée de 95 ans, la reine Élisabeth II fête ce dimanche 6 février son jubilé de platine. Retour sur quelques un de ses traits de caractère qui en font une personnalité singulière.

Shakespeare a dit un jour : « Uneasy lies the head that wears a crown » (La tête qui porte une couronne est mal à l’aise), et c’est sans doute ce que doit ressentir la reine Élisabeth II de temps en temps. Non seulement parce que sa couronne pèse presque deux kilos, mais aussi parce qu’être la souveraine britannique et chef de l’Église d’Angleterre signifie remplir de nombreux rôles, tous très médiatisés. Ce dimanche 6 février 2022 marquant le début de l’année de son jubilé de platine, voici un coup d’œil sur les 70 ans de règne de la souveraine du Royaume-Uni et des royaumes du Commonwealth. Sous les différentes parures et les chapeaux qu’elle a portés, Élisabeth II a accompli des missions très variées et souvent méconnues.

1Admiratrice de son père

mpaa320465
La famille royale britannique après le couronnement de George VI, Londres, le 12 mai 1937. De gauche à droite : la reine Elisabeth Bowes Lyon, les princesse Elisabeth et Margaret et le roi George VI.

La reine adorait son père, le roi George VI. Le premier jour de son règne aurait été le plus douloureux de sa jeune vie. Non seulement elle avait perdu son père adoré, mais elle se serait sentie dépassée par une charge aussi importante à assumer, alors qu’elle était une jeune épouse et déjà une mère. Cette relation particulièrement forte avec son père a été bien présente tout au long de ses 70 ans de règne. C’est la raison pour laquelle Élisabeth II a toujours voulu passer la période entre Noël et le jour de la mort de George VI dans son domaine de Sandringham, un lieu rempli des souvenirs de sa famille.

2Colonel en chef

princess Elizabeth II

Alors qu’elle n’était encore qu’une princesse, Élisabeth, âgée de 18 ans, a participé à l’effort de guerre en s’engageant dans le service territorial auxiliaire de l’armée (ATS). Elle y a même suivi une formation de mécanicien. Elle a pu jouer un rôle actif pour aider le pays qu’elle allait un jour gouverner. Ses compétences lui ont été utiles tout au long de sa vie, les anecdotes ne manqueraient pas pour les nombreuses pannes mécaniques qu’elle aurait résolues. La souveraine a également gravi les échelons depuis sa première affectation qui remonte aux années 1940. Aujourd’hui, elle est colonel en chef de seize régiments différents de l’armée britannique – un rôle qu’elle prend très au sérieux. Et bien sûr, on peut encore la voir au volant de sa voiture à l’âge avancé de 95 ans.

3Reine des ondes radio

En tant que princesse, la jeune Élisabeth est passée sur les ondes radio pour la première fois en 1940. Elle avait 14 ans lorsqu’elle s’est adressée aux enfants britanniques contraints de fuir l’Angleterre, au moment où l’Europe entrait dans la Seconde Guerre mondiale. Voici son message qui a été diffusé par la BBC :

« Des milliers d’entre vous dans ce pays ont dû quitter leurs maisons, ils ont été séparés de leurs pères et mères. Ma sœur Margaret Rose et moi-même compatissons beaucoup à votre sort, car nous savons par expérience ce que cela signifie d’être éloigné de ceux que l’on aime le plus. À vous qui vivez dans un nouvel environnement, nous envoyons un message de véritable sympathie et, en même temps, nous tenons à remercier les personnes aimables qui vous ont accueillis dans leurs maisons à la campagne », a-t-elle déclaré.

Élisabeth II a continué à livrer de nombreuses autres allocutions radio au fil des ans : de ses allocutions de Noël à des allocutions occasionnelles pour offrir un soutien aux Britanniques dans les moments difficiles.

4Cavalière passionnée

President_Reagan_and_Queen_Elizabeth_II_1982
La promenade à cheval en compagnie du président américain Ronald Reagan, en juin 1982.

Elle n’est peut-être pas un vrai jockey, mais cette cavalière passionnée par les courses est très impliquée dans les performances de ses chevaux lors des grands événements hippiques. Elle est tellement passionnée qu’elle a longtemps continuer de monter à cheval. Cependant, dans un geste inhabituel pour une souveraine, elle refuse de porter un casque, optant pour un foulard à la place. Ian Balding, dresseur des chevaux, a raconté un jour que lorsqu’il a interrogé la reine sur cette dangereuse habitude, elle lui a juste répondu : « Je n’ai jamais porté de casque – et vous, vous n’avez pas besoin de vous coiffer comme moi !» Heureusement, Sa Majesté monte à cheval à un rythme lent : c’est l’une des rares fois où elle se montre un peu moins téméraire.

5Ambassadrice des femmes

La reine est connue pour l’art d’utiliser son rôle dans le but de faire passer des messages importants. Elle a notamment fait passer un message fort au prince Abdullah d’Arabie saoudite, lors de la visite de ce dernier à Balmoral, propriété de la reine en Écosse. À une époque où les femmes n’étaient pas autorisées à conduire dans ce royaume du Moyen-Orient, Élisabeth II a décidé de montrer au prince héritier ce que les femmes peuvent faire, même celles qui portent une couronne. Elle l’a invité à visiter le domaine à bord de sa Land Rover. Quelle n’a pas été la surprise du prince de voir la reine prendre le volant et l’emmener sur des sentiers difficiles… Au point qu’il aurait eu du mal parfois à cacher sa peur. C’est ce que rapporte sir Sherard Cowper-Coles, l’ambassadeur britannique en Arabie saoudite, à qui la reine s’était confiée juste après l’excursion insolite…

6Actrice

L’un des rôles les plus improbables de la reine est celui d’avoir joué aux côtés de James Bond, lors d’une vidéo parodique pour les Jeux olympiques de Londres 2012. Devant des millions de téléspectateurs la reine donne la réplique à Daniel Craig qui vient la chercher dans son palais, pour la faire monter dans son hélicoptère Élisabeth II saute même en parachute. La comédienne royale a surpris le monde entier lorsqu’elle est apparue sur le grand écran du stade olympique :

7Fashionista

Un rôle improbable pour quelqu’un qui aime tant porter une jupe et un pull en tartan… Pourtant, il est indéniable qu’Élisabeth II a figuré sur des milliers de couvertures de magazines. Elle a inspiré des créateurs de mode du monde entier, surtout dans ses jeunes années. Ce qui est le plus remarquable et le plus apprécié chez elle, c’est peut-être sa capacité à rester fidèle à ce qu’elle aime – son sac et ses chaussures noirs emblématiques, ses mains gantées et ses tenues aux couleurs vives, le tout couronné par un chapeau parfait. Tout cela vaut bien à la reine qu’on la considère comme une « fashionista ».

8Épouse dévouée

BRITAIN-AFGHANISTAN-UNREST-MILITARY-ROYALS
La reine Élisabeth II et le prince Philip quittent la cathédrale Saint-Paul de Londres, le 13 mars 2015.

Si la vie de famille de la reine n’a pas été toujours simple – elle a d’ailleurs été très critiquée pour la façon dont elle a géré certains événements dans le passé – une chose qu’elle a chérit particulièrement a été est son rôle d’épouse du prince Phillip, qu’elle aimait tant. La reine est tombée amoureuse de son prince charmant lorsqu’elle l’a rencontré à l’âge de 13 ans, dans une école navale. À partir de ce moment, la reine a décidé de suivre son cœur et de persuader ses parents que ce mariage improbable fonctionnerait. Et ce fut le cas. Le couple a eu quatre enfants, et le défunt duc d’Édimbourg a été une source constante de soutien pour la reine dès le début de son règne. Elle l’appelait « son roc ». Avec émotion, elle a exprimé son amour profond pour son époux dans son dernier discours de Noël. Elle y a ouvert son cœur, confiant la grande peine qu’elle éprouvait depuis sa mort survenue quelques mois plus tôt.

9Dernière souveraine chrétienne ?

web2-westminster-queen-elizabeth-afp-000_1lf70v.jpg
La reine Élisabeth II fête les 750 ans de l’abbaye de Westminster, le 15 octobre 2019.

Pour des millions de britanniques, le message de Noël de la reine est toujours un événement solennel. Pour la reine, c’est le moment où elle s’adresse à la nation sans consulter le gouvernement. Ces dernières années, son discours annuel a pris une autre dimension plus spirituelle : la reine n’hésite plus en effet à revenir sur l’importance de sa foi chrétienne. Et plus précisément, c’est depuis l’an 2000 que ses messages ont pris ce ton différent. Cette année-là, son discours avait été consacré à un récit de la vie et de l’enseignement du Christ. Celui qui, avait-t-elle dit, « donne le cadre où j’essaie de mener ma vie ». Ce message ouvertement chrétien se répète depuis. Ainsi, en 2014, la reine a expliqué que sa foi personnelle est « l’ancre de sa vie ». En 2016, elle a déclaré :

« Des milliards de personnes suivent aujourd’hui l’enseignement du Christ et trouvent en lui la lumière qui guide leur vie. Je suis l’une d’entre elles parce que l’exemple du Christ m’aide à voir la valeur de faire des petites choses avec beaucoup d’amour, quelle que soit la personne qui les fait et quelle que soit sa propre croyance. »

Selon certains observateurs royaux, c’est à l’occasion du 2000e anniversaire de la naissance du Christ que la reine a décidé de parler ouvertement de sa foi. D’autres y voient la main de George Carey, alors archevêque de Canterbury. Ian Bradley, professeur d’histoire à l’université de Saint Andrews et auteur de God Save the Queen – The Spiritual Heart of the Monarchy, voit l’influence du prince Philip à l’œuvre : « Après son récit très personnel en 2000, la reine a été encouragée à continuer de parler sa foi. On m’a dit qu’elle avait reçu 25 fois plus de lettres que d’habitude, en réponse à ce message de Noël, et qu’elle avait eu un énorme soutien du duc d’Édimbourg pour continuer ainsi dans sa façon de parler aux britanniques de son credo personnel.

À l’aube de son jubilé de platine, à l’âge de 95 ans, la reine Élisabeth II va peut-être se retirer un peu plus en préparant sa succession, même si, avec sa détermination et son sens du devoir, elle ne va très probablement pas manquer de nous surprendre encore.

Tags:
Elisabeth IIgrande bretagneRoyauté
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement