Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 14 août |
Saint Maximilien Kolbe
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Avortement : à Madrid, le maire défend la liberté d’expression

gonzalez.jpg

Oscar Gonzalez / NurPhoto via AFP

José Luis Martínez-Almeida, maire de Madrid.

Christine Pellen - Gènéthique - publié le 30/01/22

Malgré les protestations contre une campagne d’affichage dénonçant la réforme envisagée en faveur de l’avortement, le maire de Madrid a refusé de retirer les affiches.

L’Asociación Católica de Propagandistas (ACdP) lançait mardi 18 janvier une campagne d’affichage dans trente-trois villes d’Espagne : « Prier devant les cliniques d’avortement, c’est bien. Ce message pourrait être annulé en raison de la réforme imminente de la loi sur l’avortement ». En effet, les députés envisagent une modification du code pénal visant à inclure dans les délits passibles d’un an de prison maximum l’activité de ceux qui « harcèlent ou restreignent la liberté d’une femme qui entend exercer son droit à l’interruption volontaire de grossesse ». Le ministère de l’Égalité prévoit également de « réglementer l’objection de conscience et de garantir l’accès à l’avortement dans les hôpitaux publics de tout le pays, ainsi que de supprimer l’exigence du consentement parental pour les mineurs de moins de 16 et 17 ans ».

La défense de la liberté d’expression à Madrid

Diffusée et commentée sur les réseaux sociaux, cette campagne a suscité la réaction de la porte-parole du Parti socialiste (PSOE) à Madrid, Mar Espinar. Dans un courrier adressé à José Luis Martínez-Almeida, le maire de la capitale espagnole et porte-parole du Parti populaire (PP), elle demande le retrait des affiches. La réponse ne s’est pas fait attendre : « Madrid est une ville caractérisée par son haut degré de tolérance et de liberté, et cette liberté, comme il ne peut en être autrement, est à double sens », a-t-il tenu à préciser le vendredi suivant. 

« L’exercice de ces droits, poursuit le maire, ne peut être restreint par aucune sorte de censure préalable. Il n’appartient pas à ce conseil municipal de juger si l’opinion défendue par l’annonceur est moralement répréhensible ou souhaitable, mais si les Madrilènes qui défendent une telle position ont le droit de pouvoir l’exprimer en toute liberté, comme la Constitution le leur accorde. »

Autre ville, autre histoire

Cette histoire n’est pas sans rappeler celle de la campagne d’Alliance Vita menée à Paris il y a deux ans. Cette campagne proposait plusieurs affiches autour d’un slogan commun : « La société progressera », y ajoutant, selon les cas, « à condition de respecter la paternité » ou « la maternité », ou encore « la différence ». Les affiches avaient été retirées à la demande du maire de Paris, Anne Hidalgo. La régie publicitaire Mediatransports avait obtempéré le jour même. On fait « comme le progressisme a toujours fait : on censure », dénonçait alors le philosophe Bertrand Vergely. À Paris, oui. Pas à Madrid.

En partenariat avec :

logo genethique
Tags:
Avortementespagneliberté
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement