Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 26 février |
Saint Alexandre
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Vers la reconnaissance d’un nom de famille pour les enfants nés sans vie?

shutterstock_1313485841.jpg

LightField Studios I Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 25/11/21

L’Assemblée nationale examine ce vendredi 26 novembre une proposition de loi portée par Anne-Catherine Loisier (Côte-d’Or, Union centriste) et déjà adoptée par le Sénat visant à permettre aux parents d’un enfant né sans vie ou non viable d’inscrire son nom à l’état civil.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Actuellement, le statut des enfants nés sans vie est paradoxal : l’acte d’enfant sans vie établi par l’officier de l’état civil doit énoncer le jour, l’heure, le lieu de l’accouchement, les prénoms et noms, dates et lieux de naissance, professions et domiciles du père et de la mère… Mais le lien de filiation n’est pas reconnu pour autant, faute de personnalité juridique. En outre, une ambiguïté demeure : une circulaire du 19 juin 2009 reconnaît aux parents le droit de pouvoir choisir un ou des prénoms pour leur enfant sans vie. En revanche, selon cette même circulaire, « aucun nom de famille ne peut lui être conféré et aucun lien de filiation ne peut être établi à son égard. En effet, la filiation et le nom de famille constituent des attributs de la personnalité juridique ». Certaines familles ne comprennent pas cet « entre deux » actuel selon lequel on peut choisir un prénom, mais pas un nom.

En permettant de donner un nom de famille aux enfants mort-nés, la proposition de loi viendrait compléter ce dispositif afin d’aider les parents à faire leur deuil. L’article 79-1 du code civil devrait être modifié par la disposition suivante : « Peuvent également y figurer, à la demande des père et mère, le ou les prénoms de l’enfant ainsi qu’un nom qui peut être soit le nom du père, soit le nom de la mère, soit leurs deux noms accolés dans l’ordre choisi par eux dans la limite d’un nom de famille chacun ». Une des motivations du rapporteur était également de « matérialiser symboliquement le lien de filiation du père, qui n’a pas le même rapport charnel avec l’enfant que la mère ».

« Faire reconnaitre socialement l’individualité de leur enfant et de l’inscrire dans l’histoire familiale » en lui attribuant un prénom et un nom « aidera les parents à amorcer le deuil de leur enfant », salue l’association Juristes pour l’Enfance. Une inscription qui demeure symbolique, « mémorielle » selon le terme de la Commission des lois, dans la mesure où selon la proposition de loi elle ne confère pas de personnalité juridique à l’enfant et n’emporte aucun effet juridique, notamment en matière de filiation et de succession.

Tags:
deuilEnfants
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement