Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 29 novembre |
Saint Sernin
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

La précarité alimentaire s’aggrave en France

FR-2026-026.jpg

Christophe Hargoues / Secours Catholique

Agnès Pinard Legry - publié le 18/11/21 - mis à jour le 17/11/21

Dans son rapport annuel sur l’état de la pauvreté en France en 2020 publié ce jeudi 18 novembre, le Secours catholique met en lumière une progression de la demande d’aide alimentaire, pourtant en baisse depuis quelques années.

Les files d’attente s’allongeant devant les centres de distribution alimentaire fait partie des images marquantes de la pandémie de Covid-19. Loin d’être anecdotique, cette image traduit une réalité douloureuse : la précarité alimentaire existe en France et pour la première fois depuis plusieurs années, elle progresse. En 2020, en France, entre 5 et 7 millions de personnes ont eu besoin de se rendre dans des centres de distribution alimentaire.

Aucun repas dans la journée

« La demande d’aide alimentaire, légèrement à la baisse ces dernières années, est repartie à la hausse en 2020 pour concerner 54% des ménages rencontrés », souligne le rapport annuel du Secours catholique sur l’état de la pauvreté en France publié ce jeudi 18 novembre. « Sans surprise, les ménages aux plus faibles ressources – notamment quand le niveau de vie mensuel est inférieur à 600 euros – formulent plus fréquemment une demande d’aide alimentaire, souvent couplée à d’autres demandes. »  Avec la crise, les demandes d’aide alimentaire ont augmenté, en particulier dans les familles avec enfants et chez les jeunes de moins de 25 ans (+ 6 points entre 2019 et 2020). La présence d’enfants, la monoparentalité et l’existence d’impayés sont des facteurs de fragilité importants.

Autre fait particulièrement alarmant, 27% des ménages auxquels le Secours catholique a remis des chèques-services subissent une insécurité alimentaire grave. Autrement dit, il leur arrive régulièrement de ne prendre aucun repas de la journée. « Quand les revenus suffisent à peine à régler le loyer, la santé, les dettes, la pension… ou quand il faut faire face à un imprévu (comme l’arrêt des cantines en 2020), on rogne sur la partie variable des dépenses », détaille le Secours catholique. « À commencer par l’alimentation et le chauffage. »

Tags:
Pauvretéprecaritesecours catholique
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement