Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 15 août |
Saint Maximilien Kolbe
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

À quand le retour du geste de paix pendant la messe ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
FRATERNITÉ

© P Deliss / GODONG

Mathilde de Robien - publié le 17/11/21

Après 18 mois de crise sanitaire, il semble qu’on ait presque oublié en quoi consistait le geste de paix. L’épidémie de Covid-19 pourrait-elle mettre fin au baiser de paix ?

Depuis bientôt deux ans, les « gestes barrières » se sont bien implantés dans les mœurs. Il n’est plus aussi évident qu’auparavant d’embrasser un ami croisé dans la rue ni même de câliner ses petits-enfants. Qui n’a pas fait l’expérience de ce moment de flottement lorsque deux personnes se rencontrent : on s’embrasse ou pas ?

Des gestes barrières qui trouvent également une application lors des assemblées de fidèles. Depuis que les célébrations ont été à nouveau autorisées, la pratique liturgique a été adaptée : communion exclusivement à la main (et pas à la bouche), et suppression de la poignée de main au moment du geste de paix. Si certaines paroisses ont continué à inviter les fidèles à échanger un signe de paix à distance à travers un hochement de tête ou un échange de regards par-dessus le masque, d’autres se sont tues. En effet, le rite de la paix n’est pas obligatoire dans la liturgie de la messe. La Présentation générale du Missel romain rappelle que le prêtre ou le diacre invitent à la paix « si cela est opportun » (154 et 181). Une expression utilisée pour éviter que la routine ou la banalisation n’affaiblisse le sens du geste de paix.

Une signification que certains fidèles en viennent à oublier tellement sa pratique devient lointaine. La tradition du baiser de paix remonte aux premiers temps du christianisme. Saint Paul en fait mention dans ses Lettres lorsqu’ils invitent les Romains (Rm16, 16), les Thessaloniciens (1Th5, 26) et les Corinthiens à se saluer « par un baiser de paix » : « Saluez-vous les uns les autres par un baiser de paix » (2Co13, 12). Un geste fort, une manière de se relier à son prochain, d’exprimer l’unité de la communauté et de vivre pleinement le commandement ultime de Jésus : « Aimez-vous les uns les autres ».

Situé entre le Notre Père et la communion, le geste de paix est la conséquence immédiate de la prière qui l’a précédé. Grâce au Christ, nous sommes les fils d’un même Père, membres d’une même famille. Dans l’invitatoire, le prêtre dit : « Dans la charité du Christ, donnez-vous la paix ». Il ne s’agit pas de saluer ses voisins mais de se transmettre le Christ, Prince de la paix. « L’Eglise implore la paix et l’unité pour elle-même et toute la famille humaine, et les fidèles expriment leur communion dans l’Eglise ainsi que leur amour mutuel avant de communier au sacrement », précise la Présentation générale du Missel romain (82).

La question est : combien de temps encore avant de retrouver ce geste si expressif et sa belle signification ? En attendant, on peut trouver un geste qui ne soit ni banal, ni habituel, comme un signe de tête, un salut avec les mains jointes ou un sourire amical, et accompagner ce geste des mots qui en donnent le sens : « La paix du Christ ».

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
CovidLiturgieMessepaix
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement