Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 27 mai |
Saint Augustin de Cantorbéry
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Un bébé ou un travail ? Les femmes sous pression

WEB3-WOMAN-HEADACHE-OFFICE-PREGNANCY-PREGNANT-WORK-shutterstock_497312980-By Syda Productions-AI

Shutterstock-Syda Productions

Christine Pellen - Gènéthique - publié le 15/11/21

Alors que l’avortement est souvent proclamé comme un « droit », les témoignages de femmes contraintes à l’avortement se multiplient.


En Australie, une étude menée par l’université Monash a révélé que « les pertes d’emploi et la pression de l’enseignement à domicile » en raison de la pandémie de Covid-19 ont multiplié par quatre le nombre d’appels de femmes se renseignant pour avorter. Les appels de femmes enceintes de plus de 18 semaines ont triplé entre mars et juillet 2020. « L’insécurité financière » était mentionnée par 2,5 fois plus de femmes comme raison de leur appel. Pour le professeur Danielle Mazza, titulaire de la chaire de médecine générale à l’université Monash, cette recrudescence d’appels montre « l’extrême pression » subie par certaines femmes au début de la pandémie.

Une pression pas seulement en temps de pandémie

La pression qui repose sur les femmes ne date pas de la crise sanitaire. Karen Arikpo est officier de police depuis 24 ans aux États-Unis. Elle raconte qu’en 1997, alors qu’elle était en formation à l’académie de police, son sergent lui a lancé un ultimatum : « Avorter ou perdre son emploi » (Fox News, 24/10/2021). Il l’a envoyée chez un médecin de Washington pour qu’elle subisse l’intervention. Depuis, les regrets ne la quittent pas. Karen a essayé d’avoir un bébé pendant des années. Sans y parvenir. 

L’avortement, un facteur d’égalité ?

Comme le souligne l’organisation New Wave Feminists dans un mémoire amicus curiae qui apporte sa contribution au débat qui fait rage aux États-Unis, « il n’y a pas de relation causale entre la disponibilité de l’avortement et la capacité des femmes à agir dans la société » (Gènéthique, 18/10/21). Au contraire. Car la dépénalisation de l’avortement « sape les efforts visant à adopter et mettre en œuvre des politiques nécessaires pour que les femmes enceintes et les mères participent à la société sur un pied d’égalité avec les hommes ».

En partenariat avec :

logo genethique

Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP-2.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement