Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 08 août |
Saint Dominique de Guzman
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Janina Jandulska, tuée pour son amour du rosaire

janinajandulska_national-catholic-register_241017.jpg

Janina Jandulska, via National Catholic Register (Reprodução)

Aliénor Goudet - publié le 30/10/21

Le régime communiste de Staline en URSS persécutait sans merci les croyants. On ne pouvait prier que clandestinement. Janina Jandulska (1907-1937), une catholique handicapée, a ainsi été tuée pour avoir organisé des groupes de prière chez elle.

Ukraine, 1937. Un vent polaire souffle à l’extérieur du commissariat de Wiezboviec. Dans sa chaise roulante au fond d’une cellule sale et mal chauffée, Janina fait tourner son chapelet dans ses mains. 

Son heure n’est pas loin. Elle le sait. Alors il lui faut terminer le rosaire qu’elle n’a pu finir avec ses amis. Au moins, elle est la seule à avoir été emmenée lorsque la police à fait irruption chez elle. Sa mère est sans doute en train de pleurer, songeant qu’elle ne verra plus sa fille. Alors Janina prie pour sa mère, nourrissant l’espoir que ses amis prient pour elle également.  

Un tribunal sans Dieu

Malgré le froid et le sort qui l’attend, la jeune femme n’a pas peur. Le sort que lui réservent ses hommes sans Dieu la mènera directement au Christ. Depuis l’arrestation du prêtre du village et la fermeture de l’église, les habitants ont improvisé pour entretenir leur foi. On a proposé à Janina d’accueillir un groupe pour prier le chapelet. Même en sachant les risques, elle les a accueillis à bras ouverts. Parce que sans messe et sans sacrement, il n’y que la prière pour entretenir les braises de la foi.

Quelques jours plus tard, on emmène Janina au tribunal. Les hommes à qui elle fait face ont le visage durci. Ils reflètent une existence fade sans Dieu et sans vision d’un monde qui dépasse l’entendement des hommes. Ils trouvent leur gloire dans la violence et l’oppression. Janina les plaint. Contrairement à eux, elle trouvera bientôt la paix. Ce procès n’est qu’une formalité pour signer son arrêt de mort.

– Êtes-vous à la tête du groupe de prière ? demande le procureur soviétique, d’un ton accusateur. 

– Oui, je guide le rosaire, répond-elle poliment. Mais ce n’est pas une organisation clandestine. Nous ne faisons que prier. 

Le prix de la foi 

Ce jury a déjà décidé de son sort. Elle sera condamnée sous prétexte de trahison ou de complotisme. Alors autant rester honnête jusqu’au bout. Le procureur paraît perplexe face à la sérénité de l’accusée. Il demande alors combien de personnes font partie du groupe de prière. Janina répond encore sincèrement. 

– Quinze ! s’exclame le procureur. Et vous prétendez qu’il ne s’agit pas d’une organisation clandestine ? Qui vous a recruté ? Qui vous envoie vos livres ? 

Janina répond qu’ils n’ont pas de livres, uniquement leur chapelet pour prier. Mais même sans chapelet, la prière vient du cœur. Le procureur s’empourpre de colère devant ce qu’il juge être de l’insolence. 

– Mais il n’y a pas de dieu! 

– Pour vous, il n’y en a pas. Pour nous, Dieu existe. 

– Mais vous êtes ici maintenant, dit-il alors d’un ton moqueur. Qui donc vous remplacera ? 

– Quelqu’un qui croit en Dieu. 

Cette phrase conclut le procès. Après cet échange, Janina est tuée d’une balle dans la tête. Ses paroles ont-elles provoqué la colère de ses juges sans Dieu ? Ou bien ont-il cru plus clément de l’abattre sachant qu’elle ne survivrait pas longtemps aux goulags ? Nul ne le sait. 

Janina Jandulska a perdu la vie à cause de son amour pour le rosaire. Mais c’est avec une confiance totale en Dieu qu’elle est entrée dans le royaume éternel.

Tags:
chapeletHandicaprosaireUkraine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement