Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 18 octobre |
Saint Luc
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

La « démission collective des évêques » est-elle envisageable ?

M.MIGLIORATO/CPP/CIRIC

Lors du synode sur la famille, au Vatican, en 2015.

Agnès Pinard Legry - Publié le 12/10/21 - Mis à jour le 13/10/21

Après la remise du rapport Sauvé sur les abus sexuels dans l’Église début octobre, trois personnalités ont lancé une pétition appelant à la "démission collective des évêques". Une demande jugée inutile par de nombreux catholiques.

« Nous demandons comme un signe d’espoir et de renouveau, la démission collective de l’ensemble des évêques en exercice. » Lundi 11 octobre, une semaine après la publication de l’accablant rapport sur les abus sexuels commis dans l’Église, la théologienne Anne Soupa, le cofondateur de l’association de victimes la parole libérée François Devaux et la directrice de la rédaction de Témoignage chrétien Christine Pedotti ont lancé un appel à la démission des évêques. « Si tous ne sont pas coupables, tous sont responsables », reprennent-ils. « C’est le seul geste à la mesure de la catastrophe et de la perte de confiance dans laquelle nous sommes. »

Une pétition signée par un peu plus de 3.000 personnes qui a trouvé un certain écho médiatique… mais finalement assez peu chez les catholiques. Et ce d’autant plus que l’initiative a peu de chance d’aboutir.

Seul le Pape peut en décider

Nommés par le souverain pontife, successeur du premier des Apôtres, les évêques ne sont en effet responsables que devant lui. Seul un pape peut accepter la démission d’un évêque. Dans la très grande majorité des cas, cela se fait par courrier, au moment du 75e anniversaire du prélat. Il s’agit en effet de l’âge de retraite canonique, auquel les évêques sont tenus de présenter leur démission. Le chef de l’Église catholique est alors libre de l’accepter ou non. Seul le souverain pontife peut d’ailleurs « exiger » une renonciation collective, comme il l’avait fait avec les évêques chiliens en mai 2018.

Le cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich et Freising (Allemagne), avait présenté quant à lui sa démission au pape François fin mai 2021 pour endosser la responsabilité de la crise des abus en Allemagne. Le pape François, dont il est proche, l’a refusée quelques jours après. Reconnaissant que « toute l’Église est en crise », il avait ainsi insisté sur la nécessité pour « chaque évêque » d’assumer ce moment critique en se demandant ce qu’il peut faire face à cette « catastrophe ». Il lui avait également rappelé que l’apôtre Pierre avait lui aussi présenté sa « démission » au Christ, mais s’était quand même vu confier la mission de mener le Peuple de Dieu.

Pas de démission collective dans les recommandations de la Ciase

Le rapport de la Ciase a été un choc pour l’Église de France, pour les prêtres et religieux comme pour les fidèles. Face à l’ampleur du phénomène, la commission a formulé une série de recommandations adressée à l’épiscopat. Des recommandations fortes qui n’incluent néanmoins pas une quelconque « démission collective ».

Certains fidèles ont eux aussi décidé de faire bouger les lignes en lançant sur Twitter #MyChurchToo (#AussiMonEglise) afin de manifester la volonté de réforme des laïcs après la révélation de l’ampleur des abus sexuels commis au sein de l’Église. Parmi les demandes, certains ont expressément appelé les évêques « ayant couvert des actes pédocriminels ou ayant manqué de vigilance remettent leur charge » au Pape. Mais la différence est énorme entre la renonciation de certains évêques et celle de l’ensemble de l’épiscopat.

Les initiateurs de la pétition ont également suggéré au pape François de nommer comme « légat » sœur Véronique Margron, présidente de la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref). Là encore, la réponse de cette dernière ne s’est pas faite attendre sur Twitter :

Tags:
abus sexuelscefCiaseÉvêque
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
2
Mathilde de Robien
Les questions à se poser pour savoir si on aime vraiment
3
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
4
Agnès Pinard Legry
Le miracle qui va faire de Jean Paul Ier un bienheureux
5
Bracelet Marie-Antoinette
Marzena Devoud
L’émouvante histoire du bracelet de Marie-Antoinette
6
Pope Francis - speech
I.Media
Le pape François plaide pour l’inculturation de l’Évangile
7
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement