Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 09 décembre |
Sainte Léocadie
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Personne n’est bon, sinon Dieu seul

The-Rich-Young-Man-Went-Away-Sorrowful-1200.jpg

Brooklyn Museum

Le jeune homme riche s'en alla triste, par James Tissot (1836-1902), Brooklyn Museum.

Martin Charcosset - publié le 10/10/21

L’évangile de ce 28e dimanche ordinaire est celui du jeune homme riche (Mc 10, 17-30). Pour le père Martin Charcosset, curé d’Écully, si la parole de Dieu nous invite depuis des semaines à renoncer à nos biens, c’est moins pour être « bien » que pour suivre Jésus là où Il va, car personne n’est bon, personne n’est bien, sinon Dieu seul.

Il y a dans notre vocabulaire quotidien des petits mots que nous employons sans même nous en rendre compte, en particulier certains termes de politesse. Si je vous dis « Bonjour » alors que l’orage se déchaîne, vous pourrez, selon votre humeur, soit me rendre le bonjour dans l’intention de me saluer, soit me faire remarquer que la météo est horrible et que l’expression est mal choisie… De même, si vous dites à votre grand-mère que vous adorez votre chien, les grandes vacances ou le chocolat, il y a des chances qu’elle vous reprenne gentiment en vous rappelant que l’on n’adore que Dieu. Jésus, lui aussi, fait ce genre de remarque quelque peu déstabilisante, en prenant au premier degré la formule de salutation de l’homme qui vient le voir : « Bon Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ? » – « Pourquoi dire que je suis bon ? Personne n’est bon, sinon Dieu seul » (Mc 10, 17-30).

Dans la réaction de Jésus, on peut voir une manière un peu vive de dire qu’il se méfie de la flatterie : « Bon maître », la formule sonne un peu trop polie pour être honnête. Mais on peut aussi y voir une main tendue pour la suite : si Dieu seul est bon, et que sincèrement l’homme souligne la bonté de Jésus, c’est peut-être parce qu’il est lui-même plus qu’un grand maître : serait-ce lui, le Messie, l’envoyé de Dieu ?

Ce que nous possédons, ce sont des « biens » 

L’insistance de Jésus sur la signification mot « bon » prend encore plus de sens quelques lignes plus loin. Lorsque Jésus voit le grand désir qui habite le cœur de cet homme, il lui propose un choix radical, celui de tout vendre, de donner l’argent aux pauvres et de le suivre ; « Mais lui, à ces mots, devint sombre et s’en alla tout triste, car il avait de grands biens. » Après « bon », voici donc « bien ». Nous n’y pensons pas vraiment, mais nous appelons les choses dont nous sommes propriétaires par ce mot si puissant : ce que nous possédons, ce sont des « biens » !

Le mot révèle qu’au lieu de voir en eux des moyens, des serviteurs, nous les regardons comme un but, une fin, un idéal : il faut les obtenir, et alors ma vie sera vraiment bien. Si nous croyons que nos possessions sont des « biens », c’est, je le crains, le signe que ce sont elles qui nous possèdent. Et quand nous pensons à elles, comme l’homme de l’Évangile, la tristesse à la perspective de les perdre peut être plus forte que la simple joie de pouvoir en profiter ici-bas.

Savoir renoncer

Depuis des semaines, dimanche après dimanche, la Parole de Dieu nous répète qu’il faut savoir couper, quitter, donner, laisser. Retirer de soi la cause du scandale, quitter son père et sa mère, sa maison, ses repères, laisser le glaive à double tranchant agir dans notre vie. La semaine dernière a été terrible, (celui du rapport de la Ciase, Ndlr) : tant de vies brisées par des hommes investis de la mission de porter l’Évangile et qui ont trahi l’évangile en même temps que les enfants qui leur faisaient confiance.

Jésus appelle l’Église à ne pas seulement prêcher la vertu, mais à le suivre là où Il va, quitte à en payer le prix juste.

Comme à l’homme riche qu’il rencontre, Jésus appelle l’Église à ne pas seulement prêcher la vertu, mais à le suivre là où Il va, quitte à en payer le prix juste. Cela signifiera peut-être renoncer à des biens matériels, ce qui n’est jamais confortable ; or le Christ ne nous a pas promis le confort, mais le salut. Il n’y a pas d’autre bien à désirer que lui-même : personne n’est bon, personne n’est bien, sinon Dieu seul. Et si pour gagner ce bien-là il faut perdre quelques biens de ce monde, cela ne doit pas provoquer seulement notre tristesse.

Dieu ne désespère jamais de nous

L’évangile de ce jour, sous les apparences de la dureté, a une espérance à nous offrir, à nous qui en ressentons tant le besoin. Certes, la tristesse semble avoir gagné. C’est sur un sentiment d’échec que nous voyons l’homme riche quitter la scène ; ses grands biens — puisqu’il les appelle ainsi — sont trop forts. Du moins, pour le moment : car qui sait ce qu’il s’est passé ensuite dans sa vie ?

L’appel que le Christ nous lance à nous convertir a besoin de temps pour parvenir au cœur. Nous pouvons désespérer de nous-mêmes, mais Dieu ne désespère pas de nous.

Une vieille tradition relie l’évangile de ce dimanche avec le récit que saint Marc fait plus loin, à la fin du chapitre 14, de l’arrestation de Jésus au Jardin des Oliviers. Tandis que les disciples abandonnent Jésus aux mains des soldats et s’enfuient, un jeune homme le suit, vêtu d’un drap ; et, quand on veut lui mettre la main dessus, il s’enfuit, nu, laissant le drap. En réalité, le terme improprement traduit par « drap » est le même qui désigne le suaire de Jésus : un linge, sans doute fait de lin blanc et donc d’un certain coût. Serait-ce l’homme riche qui, s’étant finalement converti, aurait obéi à l’ordre de tout donner — puisqu’il n’a plus que ce linge, dernier témoin de sa richesse, et sous lequel il est nu — et de suivre le Christ, au moment même de sa plus grande solitude ? Rien ne permet de l’affirmer, mais c’est une lecture très suggestive. Nous ne sommes jamais condamnés à la tristesse sans retour. L’appel que le Christ nous lance à nous convertir a besoin de temps pour parvenir au cœur. Nous pouvons désespérer de nous-mêmes, mais Dieu ne désespère pas de nous : car Lui, Dieu merci, il est vraiment bon !

Tags:
évangilesHomélieJésusmissionrichesse
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement