Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 02 décembre |
Sainte Bibiane
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Sainte Réparate et la légende de la Baie des Anges

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Baie des anges

Kirk Fisher / Shutterstock

Anne Bernet - publié le 07/10/21 - mis à jour le 04/08/22

L’histoire de la sainte patronne de Nice, fêtée le 8 octobre, rejoint celles de ces compagnons du Christ ou de ces mystérieuses reliques qui ont accosté en Provence à bord de navires désemparés mais guidés par des anges…

À une date que l’histoire n’a pas retenue, mais c’était il y a bien longtemps, les habitants de Nice qui observent la mer restent tout étonnés car un merveilleux spectacle se déroule sous leurs yeux : du large, alors qu’aucun vent ne souffle, vient, voiles gonflées, un délicat esquif. Quelques pêcheurs vont y voir de plus près et demeurent sans voix. Le navire, en effet, n’a pas d’équipage, ni de barre et, ce que de la terre ils ont pris pour sa voilure, se révèle en réalité être les immenses et blanches ailes d’anges qui le poussaient doucement vers la plage et l’y firent accoster tout en douceur avant de s’envoler vers les cieux.

Un parfum ineffable

De l’embarcation échouée sur les galets monte un parfum ineffable qu’il faut moins attribuer aux fleurs splendides qui la recouvrent tout entière ainsi qu’à la dépouille à laquelle les roses, les jasmins et les lis servent de linceul. C’est celle d’une toute jeune fille d’une beauté exquise recouverte d’un fin voile blanc. Il est indiqué qu’elle se nommait Reparata et que, chrétienne, cette vierge a subi le martyre à Césarée de Palestine et a succombé après avoir échappé miraculeusement à une longue suite de supplices atroces. Ainsi la sainte accoste-t-elle dans la cité dont elle deviendra la patronne et dont la cathédrale recevra un jour son nom.

La légende de sainte Réparate, ou Réparade, mais l’on dit aussi, curieusement, Liberata, fait sourire les beaux esprits, à l’instar de toutes les trop belles histoires fondatrices de lieux de pèlerinages. La faute en est peut-être à ceux qui voulurent, pour lui donner plus de force, l’entourer de trop de détails, à commencer par la date supposée, l’an 251, et le lieu du martyre de l’adolescente.

Honorer la divine Rome

En 251, l’empereur Dèce règne depuis dix-huit mois. Militaire de carrière, honnête homme, conscient de la terrible crise que traverse Rome, il aspire à sauver un empire qui menace de crouler sous les coups des Barbares mais aussi sous le poids de fléaux divers, famines, dénatalité, épidémies laissant supposer une colère divine. Dèce veut se concilier le Ciel, et associer tous ses sujets à cet acte de piété. Pour cela, il impose à tous les habitants, femmes, enfants et esclaves compris, de se présenter publiquement dans un temple ou devant les autorités compétentes, afin d’y faire symboliquement acte d’attachement à Rome en jetant de l’encens sur l’autel. Honorer ainsi Rome divinisée, pour un chrétien conséquent, équivaut à rendre un culte aux idoles, donc à apostasier la foi dans le Christ. Dèce ne le conçoit pas ainsi et n’y voit qu’un geste purement symbolique et politique, position que partagent d’ailleurs, à tort, de nombreux prêtres et évêques qui iront sacrifier leur foi la conscience tranquille, et emmèneront avec eux leurs fidèles, ce pour quoi tous seront excommuniés, et, s’agissant des clercs, réduits définitivement à l’état laïc.

S’il laisse dans la mémoire de l’Église la réputation d’un abominable persécuteur, ce n’est pas pour avoir envoyé beaucoup de chrétiens au bourreau (…)

Une minorité de chrétiens cohérents refuse d’emblée cet arrangement avec la loi divine et ne se prête pas à cette comédie, ce qui la conduit aussitôt devant les tribunaux mais, en réalité, à de rares exceptions près, là où des magistrats ont fait du zèle en pensant complaire à l’empereur, le nombre de martyrs est très limité, Dèce, qui n’a rien d’une brute, étant horrifié de devoir sévir contre des innocents et tâchant d’empêcher les violences contre les chrétiens. S’il laisse dans la mémoire de l’Église la réputation d’un abominable persécuteur, ce n’est pas pour avoir envoyé beaucoup de chrétiens au bourreau mais pour en avoir égaré en foule, l’apparente bénignité de ses exigences ayant entraîné une vague d’apostasie sans précédent. C’est aussi la raison pour laquelle on rattache au très bref règne de Dèce d’authentiques martyrs morts à une date ultérieure, dans des persécutions de moindre envergure qui n’ont pas eu autant d’écho que la sienne.

Sur des barques sans voiles ni gouvernails

Dater de 250 ou 251 la mort de Réparate est donc probablement erroné. Ce qui est incontestable, en revanche, c’est que la Palestine connaît, à la fin du IIIe siècle et au début du IVe, une série presque ininterrompue de persécutions contre les chrétiens, d’une extrême violence et d’une grande cruauté, qui n’épargnent pas les femmes, bien au contraire. Qu’une vierge chrétienne nommée Reparata, probablement un prénom de baptême faisant allusion à l’effacement du péché originel et à la réparation de l’innocence perdue, succombe au cours de l’une d’elle, c’est tout à fait plausible. Endura-t-elle tous les supplices qu’on lui prête ? Quelques passions, et non des moindres, dont la véracité historique est incontestable, font état de témoins qui traversent les tourments sans en pâtir. 

Il est exact aussi que certains magistrats, en Orient, condamnent des chrétiens à être livrés aux flots sur des barques sans voile ni gouvernail, ce qui revient à les livrer à une mort lente et cruelle si le temps est clément, à la noyade s’il ne l’est pas. C’est ainsi, affirme la Tradition, que Marthe, Marie-Madeleine, Lazare, Marie-Salomé, Marie-Cléophas et d’autres seraient arrivés en Camargue, guidés par les anges. D’autres récits font état des dépouilles de martyrs, de reliques, ou d’images saintes, soustraites aux persécuteurs en les plaçant pareillement sur des navires confiés à la bénévolence divine. Monaco vénère ainsi sa patronne, sainte Dévote, une jeune fille martyrisée en Corse, dont le corps serait venu aborder au pied du Rocher. À Boulogne-sur-mer, c’est une statue de Notre-Dame venue d’Orient que les anges auraient conduite si loin de son pays d’origine.

En la fleur de son âge

Libre à chacun de croire ou pas à l’intervention angélique, qui aurait donné son nom à la Baie des Anges, ou de soutenir plus prosaïquement que les reliques arrivèrent à la suite d’une translation plus banale, mais ce qui est sûr, c’est que sainte Réparate mourut pour le Christ en la fleur de son âge et qu’auréolée de son sacrifice, elle veille sur sa cité niçoise avec tendresse. Si vous passez par Nice, ne manquez pas d’aller la saluer, vous vous en trouverez bien !

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
PersécutionsReliques
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement