Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 21 mai |
Saint Constantin Ier le Grand
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Mgr d’Ornellas : « Nous avons besoin d’entendre la vérité »

Article réservé aux membres Aleteia Premium
TABLICA POŚWIĘCONA PAMIĘCI OFIAR PRZEMOCY SEKSUALNEJ

LOIC VENANCE/AFP/East News

Agnès Pinard Legry - publié le 04/10/21

La Commission indépendante chargée de faire la lumière sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase) depuis 1950 remet ce mardi 5 octobre son rapport. "Il faut accepter la vérité en regardant en face les faits pour comprendre les mécanismes qui ont permis que cela reste enfoui", assure l’archevêque de Rennes, Mgr Pierre d’Ornellas. Entretien.

Combien de victimes ? Quelles omissions ont été commises ? Quels silences ont été observés ? Et pourquoi ? La publication du rapport de la Commission indépendante chargée de faire la lumière sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase) depuis 1950 promet d’être une épreuve de vérité rude mais nécessaire. Ce rapport va présenter un tableau de ces faits terribles de pédophilie depuis 1950, analyser la manière dont l’Eglise les a traités et faire des recommandations. « Nous avons besoin d’entendre la vérité sur ce qui s’est passé dans l’Église en France à partir de 1950 au sujet des abus sexuels sur mineurs », assure Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, à Aleteia.

Aleteia :Les conclusions du rapport de la Ciase s’annoncent effrayantes…
Mgr Pierre d’Ornellas : Je n’ai pas encore lu ce rapport. Il ne nous a pas été remis et j’attends sa publication demain, le 5 octobre. J’en prendrai évidemment connaissance, mais je crois savoir qu’il devrait avoir trois parties. La première à partir des témoignages que la Commission a reçus. Cela devrait être la partie la plus rude à entendre. Mais cela est nécessaire. Nous avons besoin d’entendre la vérité sur ce qui s’est passé dans l’Église en France à partir de 1950 au sujet des abus sexuels sur mineurs. Et qui mieux que les personnes victimes peuvent dire cette vérité ? Je leur sais gré d’avoir eu le courage de parler. Elles ont témoigné devant la Ciase non seulement des faits subis mais aussi des blessures que ces faits ont engendrées en elles et de leurs chemins qu’elles ont pu parcourir depuis le moment où elles ont été abusées, souvent il y a plusieurs dizaines d’années.  Puis, le rapport, dans une seconde partie, est une analyse sur la manière dont ces faits ont été connus et traités dans l’Église. Cela fait partie de la vérité à entendre. Quelles omissions ont été commises ? Quels silences ont été observés ? Et pourquoi ? Enfin, dans une troisième partie, le rapport nous donnera des préconisations. Nous les lirons afin de voir comment nous devons améliorer ou infléchir les décisions que nous, les évêques, nous avons déjà prises pour endiguer ce fléau de la pédophilie dans l’Église. Ayant été auditionné par la Ciase, j’ai perçu le sérieux du travail fait et je remercie ses membres pour la qualité de leurs investigations.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Abus sexuelsCiaseÉgliseFrancePierre d'Ornellasrapport
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement