Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 22 avril |
Saint Epipode
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Science et santé : le Saint-Siège en quête d’un « langage qui soit compris » par l’homme du XXIe siècle

WEB2-DOSES-VACCIN-AFP-080_HL_FSCHEIBER_1387543.jpg

Frédéric Scheiber / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Doses du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19.

I.Media - publié le 28/09/21

Face aux défis scientifiques et éthiques de son temps – l’avortement, les nouvelles technologies ou la vaccination – l’Église catholique doit « trouver un langage qui soit compris », a reconnu Mgr Vincenzo Paglia, président du Conseil pontifical pour la Vie, le 28 septembre 2021. Il a souligné la nécessité de promouvoir une « culture de la responsabilité » qui enseigne la prise en charge de l’autre.

L’archevêque italien s’exprimait dans le cadre d’une conférence de presse organisée au Vatican pour présenter la semaine de travail de son académie sur le thème : “Santé dans une perspective globale : pandémie, bioéthique et futur”. Interrogé sur les difficultés révélées par la crise sanitaire en matière de communication scientifique, il a mis en garde contre les « inégalités d’attention », à la racine selon lui de toutes les incompréhensions et inégalités.

Antivax et troisième dose

Présente aussi lors de la conférence, l’ancienne ministre italienne de l’Éducation Maria Chiara Carrozza (Parti démocrate, gauche), membre de l’académie, a dénombré trois facteurs expliquant le scepticisme face au vaccin aujourd’hui : l’ignorance, le manque de confiance dans l’autorité et la suspicion qui mène au complotisme. Après avoir insisté sur le rôle bénéfique que pouvaient jouer les nouvelles technologies dans la lutte contre ces phénomènes, elle a plaidé, d’un point de vue scientifique, pour une meilleur écoute : « comprendre la peur fait partie de l’approche clinique ».

Présent lui aussi, le docteur David Barbe, président américain de la World Medical Association, a répondu indirectement à une question sur la nécessité d’envisager l’administration d’une troisième dose de vaccin au pape François. Sans jamais aborder la santé du pontife, il a expliqué que comme le vaccin perdait de son effet après environ une période de « 6 à 8 mois », une troisième dose était souhaitable, en priorité pour les personnes de plus de 65 ans.

Il a néanmoins reconnu que l’administration d’une troisième dose pouvait poser un « problème éthique » du fait du très faible taux de vaccination atteint aujourd’hui dans certains pays dans le monde. Il a néanmoins rappelé qu’il était du devoir de chaque État de protéger sa population. « La santé est globale ou n’est pas », a pour sa part plaidé Mgr Paglia, rappelant l’appel à une santé publique gratuite lancé par le pape François devant 90 membres de l’Académie la veille.

Tags:
Pape FrançoisSantésciences
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement