Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 30 novembre |
Saint André
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Le sauvetage de la Grande Barrière de corail et le temps des communs

Great_Barrier_Reef_-_shutterstock_593865266.jpg

Tunatura I Shutterstock

Tugdual Derville - publié le 16/09/21

Quand l’équilibre de la nature est rompu, à cause de l’homme ou non, l’homme lui-même peut redresser la situation. Notre chroniqueur Tugdual Derville nous raconte l’histoire d’une mobilisation humaine réussie pour sauver l’un de nos "communs" : la Grande Barrière de corail.

Une des réalités les plus fascinantes du monde vivant est la complexité des chaînes de prédation. Pour en rester au règne animal, regardons le corail : il est menacé dans le Pacifique par un prédateur vorace, une grosse étoile de mer bardée de piquants venimeux nommée acanthaster pourpre (Acanthaster planci) ou couronne d’épines. Cette dernière peut toutefois être dévorée, entre autres, par un petit crustacé, la crevette Arlequin, que déguste à son tour le célèbre poulpe, lui-même au menu de certains types de requin… Nous n’évoquons ici que quelques espèces emblématiques d’un écosystème foisonnant. Dans le meilleur des cas, tout cela s’équilibre : chacun joue son rôle.

Le danger de la pullulation

Hélas, si une seule espèce se met à pulluler, c’est la catastrophe. L’infestation par l’acanthastermenace ainsi depuis des dizaines d’années les récifs de corail : Japon, Indonésie, Nouvelle-Calédonie, Australie, dont un quart de la Grande Barrière est déjà détruite ! Atteignant un mètre de diamètre, ces étoiles de mer peuvent fondre sur un lagon — comme un nuage de sauterelles — et anéantir en quelques mois ses récifs coralliens. Le phénomène de pullulation est cyclique, mais il tend à s’aggraver pour des raisons encore mal connues. Où est la responsabilité de l’homme ? On a d’abord pensé à la surpêche d’un grand coquillage prisé des touristes : le triton géant. C’est l’un des rares prédateurs de la couronne d’épine. Mais cette hypothèse a été écartée car il était déjà rare. On penche désormais pour la pollution de l’eau combinée à des changements climatiques favorables à la survie des larves de l’étoile destructrice.

À mesure que nous découvrons notre puissance, nous réalisons qu’elle nous rend vulnérables mais aussi responsables.

Malheureusement — ou peut-être heureusement — les habitants de ces côtes et des multiples îles concernées sont dépendants d’un tourisme centré sur la plongée sous-marine. Une coalition des communautés locales, unies dans l’adversité, s’est dressée contre l’invasion de l’étoile de mer. Chacun a joué son rôle : les naturalistes pour tester les moyens de vaincre l’ennemi, les innombrables plongeurs pour signaler les zones contaminées, grâce à des sites Internet participatifs, et des équipes spécialisées pour effectuer, au bon moment, les gestes appropriés : ramassage, injection sous-marine d’acide, réintroduction de prédateurs…

Une mobilisation réfléchie

Ces interventions coordonnées ont fait l’objet de débats préalables : en principe l’Acanthaster fait partie intégrante de l’écosystème corallien ; il favorise même sa biodiversité en limitant les coraux à croissance rapide au profit des coraux à croissance lente. Est-il légitime que l’homme prenne la main sur le récif pour lui « imposer » un rééquilibrage, au détriment d’une espèce ? D’autres écosystèmes ne connaissent-ils pas des phénomènes cycliques d’expansion d’un être vivant ? En général, son prédateur principal suit et régule sa démographie. Dans la situation évoquée, la destruction durable du récif corallien a fait tomber les réticences. Il faut avouer que l’intérêt économique des récifs a pesé lourd dans la décision d’intervenir. Tout le monde s’y est donc mis. Là où les communautés autochtones se sont organisées, l’étoile prédatrice a été repérée à temps ; son expansion est maîtrisée : le corail est sauvé.

Et si cette mobilisation générale réfléchie, à l’échelon local et régional, montrait l’état d’esprit qui devrait animer les relations de l’humanité avec le reste du vivant, mais aussi entre les êtres humains ? Notre état de développement est tel que trois constats s’imposent : puissance, vulnérabilité et responsabilité. À mesure que nous découvrons notre puissance, nous réalisons qu’elle nous rend vulnérables mais aussi responsables. Aux antipodes de l’individualisme, la complexité des défis nécessite une coopération coordonnée de multiples acteurs : le temps est aux communs.

Tags:
biodiversitéÉcologieenvironnement
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement