Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 23 septembre |
Saint Pio de Pietrelcina
home iconBelles Histoires
line break icon

Au Pakistan, le père Emmanuel fait du foot un instrument de paix

© SOS Chrétiens d'Orient

Père Parvez

Lauriane Vofo Kana - Publié le 15/09/21

Que ce soit auprès des plus marginalisés ou sur un terrain de football, le père Emmanuel Parvez s'est donné pour mission de bâtir un Pakistan meilleur.

Le père Emmanuel Parvez consacre sa vie à son pays. Ou plutôt à la cohabitation pacifique des communautés religieuses du Pakistan. Pour voir l’avènement d’une société qui intègre toutes les minorités religieuses, ce prêtre catholique ne ménage pas sa peine. En quelques années, il est devenu bâtisseur de villages et organisateur de rencontres sportives. Et c’est à Faisalabad, une ville dans la province du Penjab où il exerce son ministère, que tout a commencé.

Dans un reportage disponible en ligne, Arte donne un coup de projecteur sur son œuvre depuis les briqueteries où le prêtre rembourse les dettes de travailleurs chrétiens jusqu’aux terrains de football de la région.

Bâtisseur de paix

C’est au début des années 2000 qu’il a l’idée de proposer un tournoi sportif interreligieux afin que jeunes musulmans et chrétiens se côtoient. Alors que l’intolérance religieuse gagne le pays, le ballon rond représente alors un outils fédérateur. Vingt ans plus tard, une quarantaine d’équipes composées de chrétiens, de musulmans, de sikhs et d’indus se retrouvent chaque année pour le tournoi Don Bosco : « Nous jouons pour la paix et le dialogue interreligieux. La paix est la clé du progrès », souligne volontiers le père Emmanuel en préambule des matchs.

En quittant le terrain de football, le prêtre ne cesse pas de se dépenser pour autant. Il parcourt les usines à la rencontre des plus marginalisés. De nombreux chrétiens pakistanais exercent des métiers déconsidérés et sous payés. Pour les libérer de cet esclavage économique, le père Emmanuel a remboursé les dettes de centaines de briquetiers. Il a ainsi permis à leur famille de regagner leur indépendance. Une fois soulagées de ce joug qui pesait sur elles, elles sont nombreuses à trouver refuge dans un des villages que le père Emmanuel a fait construire. Là, musulmans et chrétiens peuvent démarrer une nouvelle vie au-delà des préjugés qui font perdurer discriminations et intolérance dans ce pays à majorité musulmane.

Tags:
fraternitepakistan
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
2
I.Media
Mariage homosexuel, pilule, suicide assisté : un texte inédit de ...
3
SANKTUARIUM W LA SALETTE
Timothée Dhellemmes
Le pape François s’adresse aux pèlerins de Notre-Dame de La Salet...
4
Laurent Ottavi
Guillaume Cuchet : « Le catholicisme aura l’avenir qu’on voudra b...
5
Père Christian Lancrey-Javal
Esquiver, encaisser, répondre. La leçon de bo...
6
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
7
WEB2-FAMILLE-LEFEVRE-YOUTUBE.jpg
Agnès Pinard Legry
Le premier single de la famille Lefèvre enfin disponible
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement