Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 08 décembre |
Immaculée Conception
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

La dernière conversation du cardinal Wyszynski avec son ami Jean Paul II

Z-K.Wojtyla-04.jpg

Instytut Prymasowski Stefana kardynała Wyszyńskiego

Marzena Devoud - publié le 12/09/21

Si l'on veut saisir la personnalité intime du cardinal Wyszynski, grande figure du combat pour la liberté religieuse en Pologne, béatifié ce 12 septembre, son amitié avec Jean Paul II la dévoile de façon frappante. Et sa dernière conversation avec le Pape, juste avant sa mort, atteint le sommet de cette relation d’exception.

Pour de nombreux Polonais, la cérémonie de béatification du cardinal Wyszynski, célébrée en même temps que celle de Mère Roza Czacka ce dimanche 12 septembre à Varsovie, est emblématique. Nommé cardinal par le pape Pie XII en 1952, le primat de Pologne est un héros de la lutte pour la liberté religieuse dans son pays du temps du régime communiste. Lors du conclave qui élit Jean Paul II le 16 octobre 1978, il joue également un rôle clé : sans son conseil et son soutien, Karol Wojtyla n’aurait probablement pas accepté de devenir pape.

Une célèbre séquence, au moment de la messe d’inauguration pontificale le 22 octobre 1978, symbolise leur amitié d’exception : il s’agenouille, embrasse la main de Jean Paul II, puis tombe dans ses bras.

JAN PAWEŁ II I KARDYNAŁ WYSZYŃSKI
Jean Paul II embrasse la main du cardinal Wyszynski lors de la messe d’inauguration, le 22 octobre 1978.

« C’était bien sûr un tandem historique de l’Eglise de Pologne : les deux hommes ont lutté côte à côte contre les autorités communistes pendant des décennies. Mais leur relation était extraordinaire pour bien d’autres raisons », explique à Aleteia Marek Zajac, l’auteur de Kwiatki Wyszynskiego, (Les fioretti de Wyszynski, en français, ndlr) livre biographique sur le bienheureux.

Selon lui, les deux hommes avaient des personnalités complètement différentes : le tempérament, la différence de génération et d’origine sociale. Pourtant, leur amitié à la fois spirituelle et humaine était impressionnante. L’un très prince de l’Eglise, l’autre célébrant la messe avec comme autel son canoë…

KARDYNAŁ PRYMAS WYSZYŃSKI
Le primat de Pologne avec le cardinal Karol Wojtyla, dans les années 1970.

« Imaginez ces deux géants avec chacun un charisme hors du commun. D’habitude, dans ce genre de relation, l’un a du mal à coexister avec l’autre. Mais entre Wyszynski et Wojtyla, il n’y avait aucune rivalité. Ils se comprenaient sans mots. Chacun savait parfaitement se concentrer sur ses propres responsabilités et rester dans l’ombre quand il fallait soutenir celles de l’autre. Le lien qui unissait les deux prélats polonais était celui d’une amitié profonde, spirituelle et authentique. Avec toujours un respect mutuel étonnant, caractérisé par un vouvoiement que les deux hommes ont gardé jusqu’à la fin », explique le biographe.

Pour lui, la relation entre le primat de Pologne et Jean Paul II est comparable avec celle entre un père et un fils. Et elle touchera sa quintessence lors de leur dernière conversation téléphonique trois jours avant la mort du cardinal Wyszynski. 

La dernière conversation entre les deux amis

Nous sommes le 25 mai 1981. Jean Paul II est entre la vie et la mort dans la clinique Gemelli à Rome après la tentative d’assassinat du 13 mai 1981. Le cardinal Wyszynski est en train de mourir d’un cancer à Varsovie. La conversation entre les deux amis n’est possible que par téléphone. Mais le primat de Pologne est incapable de se lever de son lit. Il faut alors tirer le câble de l’appareil jusqu’à sa chambre. Il respire difficilement, des mots sortent de sa bouche en rafales, notés par les proches du prélat : 

« Saint-Père, Père, je suis très faible… Merci pour votre rosaire, c’est un réconfort pour moi… Père…. Nous sommes unis par la souffrance… Prions l’un pour l’autre. La Sainte Vierge Marie est entre nous… Tout espoir est en elle… Père, j’embrasse vos pieds… Bénissez-moi… Père, Père, Bénissez-moi encore une fois. Amen. Amen. Amen. »

JAN PAWEŁ II I KARDYNAŁ WYSZYŃSKI
Cardinal Wyszynski aux côtés de Jean Paul II lors du voyage du Pape en Pologne, juin 1979.

Le primat de Pologne sait que sa mort est proche et que cette conversation avec son ami est la dernière. Ce qu’il ne sait pas, c’est que Jean Paul II va survivre à l’attentat. Il meurt trois jours plus tard, le 28 mai 1981. Depuis sa chambre d’hôpital, Jean Paul II s’associe aux funérailles qui ont lieu à Varsovie, place de la Victoire, là où lui-même a célébré la messe historique du 2 juin 1979. Ce fameux jour où, en pleine homélie, le Pape a prononcé cet appel qui devait éveiller l’élan national de Solidarnosc : « N’ayez pas peur ». Son ami, le cardinal Wyszynski était juste à côté de lui. Comme toujours.

Tags:
AmitiéBéatification et canonisationcommunismePape Jean Paul II
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour







Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement