Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 19 septembre |
Saint Janvier de Naples
home iconSpiritualité
line break icon

Pourquoi les bébés peuvent communier dans les Églises orientales

EUCHARIST

wideonet | Shutterstock

Philip Kosloski - La rédaction d'Aleteia - Publié le 09/09/21

Durant plusieurs siècles, les catholiques romains pratiquaient aussi la communion infantile. S'ils ne l'exercent plus pour diverses raisons, cette tradition demeure dans les Églises orientales.

Les catholiques occidentaux ont l’habitude de voir les enfants de 7 ans faire leur première communion. Pourtant, cette pratique est relativement récente dans l’Église catholique. Jusqu’au XIIIe siècle, en Occident comme en Orient, on distribuait la communion aux bébés. Saint Augustin justifie cette pratique ainsi dans ses sermons.

Ce sont des enfants, il est vrai, mais ils deviennent ses membres; ce sont des enfants, mais ils reçoivent ses sacrements; ce sont des enfants, mais ils partagent sa table pour avoir en eux le vie. Sermon 174, 7

L’Encyclopédie catholique de l’abbé Jean-Baptiste Glaire (1798-1879) affirme également qu’à l’aube de la chrétienté, il était courant de donner la communion aux nourrissons immédiatement après leur baptême. On en retrouve également des traces dans les écrits de saint Cyprien, De Lapsis. Elle était pratiquement universelle en Orient.

Le concile de Trente a finalement coupé court à cette pratique, en insistant sur le besoin pour les enfants de comprendre la différence entre le pain ordinaire et les espèces consacrées.

Ils sont incapables en effet de discerner la sainte eucharistie d’un pain ordinaire et profane, et par suite de la recevoir avec les sentiments de religion et de piété qu’elle demande. Il semble même qu’il serait absolument contraire à l’institution de ce Sacrement d’agir d’une autre manière ; Notre-Seigneur Jésus-Christ ayant dit, en l’instituant : « Prenez et mangez », paraît avoir exclu les enfants qui ne peuvent d’eux-mêmes ni prendre ni manger. Catéchisme du concile de Trente

Les sacrements de l’initiation chrétienne

Mais si l’Église romaine a écarté cette tradition, c’est pour des raisons pastorales et non théologiques. Pendant longtemps, l’eucharistie a été le dernier sacrement dans l’initiation chrétienne. C’est ainsi que l’explique le Catéchisme de l’Église catholique.

La Sainte Eucharistie achève l’initiation chrétienne. Ceux qui ont été élevés à la dignité du sacerdoce royal par le baptême et configurés plus profondément au Christ par la confirmation, ceux-là, par le moyen de l’Eucharistie, participent avec toute la communauté au sacrifice même du Seigneur. CEC 1322

Dans l’Église orientale, les sacrements de l’initiation (baptême, confirmation et communion) sont célébrés en même temps à l’âge auquel la personne entre dans la chrétienté. Pour la plupart, cela se passe rapidement après la naissance. Il est à noter que dans l’Église orientale, les croyants communient du Sang (le vin bénit) et du Corps (le pain bénit) du Christ, mélangés dans le saint Calice. Le prêtre verse les saints dons dans la bouche des croyants à l’aide d’une cuillère. Mais pour des raisons de sécurité, les bébés ne reçoivent que le Sang du Christ. Mais le code des Canons de l’Église Orientale permet bien aux bébés de recevoir la communion.

L’initiation sacramentelle au mystère du salut est accomplie par la réception de la Divine Eucharistie ; c’est pourquoi, après le baptême et la chrismation du saint myron, la Divine Eucharistie sera administrée au fidèle chrétien au plus tôt conformément au droit particulier de son Église de droit propre. Canon N° 697

Donner la communion aux bébés est donc une pratique commune dans les églises orientales. Elle permet de préserver les sacrements de l’initiation et prodiguer aux jeunes enfants les grâces dont ils ont besoin. La pratique a été abandonnée dans l’Église romaine par souci de conscience éclairée pour ceux qui demandent la communion. Quoiqu’il en soit, les deux pratiques sont valides et font partie de la riche tradition de l’Église catholique.

Tags:
bébéCommunionEglise catholiqueoccidentorient

Soutenez Aleteia !

A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Mariage homosexuel, pilule, suicide assisté : un texte inédit de ...
2
Jean-Michel Castaing
Les sept grâces à recueillir des sept douleurs de Notre-Dame
3
La rédaction d'Aleteia
Union européenne, vaccination… ce que François a dit dans l’avion...
4
Raphaëlle Coquebert
« Marguerite-Marie Alacoque était une personnalité hors-norme et ...
5
Erick et Sylvie Pétard
Timothée Dhellemmes
[VIDEO] Attentats du 13 novembre : « Nos filles sont avec Dieu et...
6
Cerith Gardiner
Douze dévotions mariales pour douze circonstances de la vie
7
Matthew McConaughey
Dolors Massot
La rencontre qui a changé la vie du héros d’Interstellar
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement