Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 25 septembre |
Saint Firmin
home iconActualités
line break icon

Salon « Désir d’enfant » : le gouvernement reste sourd aux nombreuses alertes

PREGNANT, WOWAN, HOSPITAL

vectorfusionart | Shutterstock

Agnès Pinard Legry - Publié le 03/09/21 - Mis à jour le 03/09/21

Le salon "Désir d’enfant" revient pour une deuxième édition, le week-end du 4 et 5 septembre, à Paris. Un événement maintenu en dépit de nombreuses alertes lancées quant à la promotion ainsi faite de la GPA, une pratique interdite en France.

La gestation pour autrui (GPA) est-elle vraiment interdite en France ? Ce week-end, samedi 4 et dimanche 5 septembre, se tient la deuxième édition du salon « Désir d’enfant » à Paris, Porte de Champerret. « Véritable lieu d’échange et de partage, Désir d’Enfant vous offre l’opportunité de rencontrer personnellement, dans un environnement discret et sécurisé, les principaux acteurs mondiaux de la fertilité », peut-on lire sur le site de l’événement. Parmi ces acteurs on retrouve des cliniques qui promeuvent des PMA sans limite d’âge, d’autres qui ont recours à la méthode ROPA (pourtant interdite en France)… ainsi que des entreprises de GPA, une pratique également interdite en France.

Aucune réponse du gouvernement

En 2020, en amont de la première édition du salon, plusieurs organismes dont La manif pour tous avait déjà écrit au ministre de la Justice afin de demander l’interdiction de cet événement. Des courriers qui se sont multipliés ces derniers mois et qui sont restés lettre morte. « Nous avons eu une réponse du Premier ministre le 13 août nous indiquant que le ministre de la Santé examinait la possibilité de nous recevoir à ce sujet », explique à Aleteia la présidente de La manif pour tous. Mais, depuis, plus rien.

Député LR de Meurthe-et-Moselle, Thibault Bazin, a lui aussi écrit fin juillet au ministre de la Justice, Éric Dupont-Moretti, à ce sujet. « Comment la tenue d’un pareil salon peut-elle être autorisée ? », y interpellait le député dans ce courrier qu’Aleteia a pu consulter. « Vous ne pouvez ignorer que, l’an dernier, les plaquettes publicitaires des agences, cliniques et intermédiaires ont proposé des « tarifs » des « prestations » et « services » proposés à la « clientèle » pour ses « projet bébé »… », reprenait-il. Un courrier resté, là encore, sans réponse.

Tags:
GPAjustice
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
2
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
3
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
4
Mathilde de Robien
Médecins et intellectuels dénoncent l’idéologie de l’autodétermin...
5
WEB2-COUVENT-MARCASSU-CORSE-Stephanie-Eveilleau.jpg
Raphaëlle Coquebert
Mission Patrimoine : derrière les murs de Marcassu, une communaut...
6
HOUELLEBECQ
Henri Quantin
La pilule de Benoît XVI et la pilule de Houellebecq
7
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement