Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 28 septembre |
Saints Laurent Ruiz et 15 compagnons
home iconTribunes
line break icon

L’invasion des normes et la culture du mensonge

FEMME MASQUE FENÊTRE

© irem01 - shutterstock

Tugdual Derville - Publié le 02/09/21

L’envahissement des normes ne tend pas seulement à entraver notre liberté : c’est la vérité qui se trouve, de plus en plus, interdite, avec la complicité de tous.

Alors que le « politiquement correct » entend déjà interdire à tous l’expression dans l’espace public de certaines convictions intimes, l’envahissement des mesures coercitives décrétées pour enrayer la pandémie accroît le glissement vers la culture du mensonge. Que se passe-t-il en effet quand nos vies sont saturées de normes ? Normes sanitaires et morales : mots interdits, visites interdites, activités interdites, déplacements contraints… Tout naturellement, l’emprise que l’État prétend étendre sur le citoyen, avec une accélération foudroyante depuis dix-huit mois, déclenche un processus d’évitement, plus ou moins intense selon les tranches d’âge et les mentalités, mais de plus en plus généralisé. 

À l’arrivée, injustice criante

Lors des confinements, quelques-uns ont « forcé » les portes des EPHAD ou des hôpitaux ; la plupart se sont soumis aux règles, mais certains le regrettent amèrement. Le remplissage des formulaires ubuesques permettant de sortir de chez soi quand c’était interdit ne pouvait que rompre avec le réel. Les pouvoirs publics n’avaient-ils pas donné l’exemple, en abusant de paroles insincères ? Nous l’avons tous constaté : le discours gouvernemental, même solennel et publié, peut s’avérer aussi liquide (éphémère et incertain), qu’était autrefois solide (définitive et sécurisante), la tape d’un maquignon, une fois l’affaire conclue, sans contrat, ni écrit.

Précédent délétère ! Désormais, c’est au tour du passe sanitaire, voire des vaccins d’induire le mensonge : on se passe (sic) codes et attestations, comme si tromper les pouvoirs publics et les autres citoyens était anodin. À l’arrivée, l’injustice est criante. Les uns obéissent encore avec docilité, se contraignent, quand d’autres se débrouillent, grugent, falsifient. Hélas, le mensonge est un virus contagieux : bien des sincères — qu’on dira naïfs — sombrent à leur tour, dans le mensonge systématique. Désormais combattues, transgressées ou contournées, les règles deviennent lettre morte. Or, de la culture du mensonge à la malhonnêteté généralisée, il n’y a qu’un pas. Et la confiance, indispensable à la vie économique et sociale, s’éteint.

Deux mondes

Mais que faire ? Respecter la règle officielle, intrusive, changeante, contradictoire, injuste, voire ridicule ? Suivre la doctrine, en réalité douteuse et incertaine, de quelque gourou-rebelle ? Sinon faire semblant de respecter la règle, et s’arranger au fil de ses humeurs voire de son intérêt individualiste ? Dans tous les cas, le mensonge gagne l’espace public. Et l’expédient voire l’absurde est vite atteint, à l’image de cette personne qu’on a vu ramasser au sol un masque usagé pour accéder à un magasin ! 

En famille restreinte ou à quelques-uns seulement, l’on peut encore espérer s’avouer ce que l’on pense…

Du temps de l’URSS, on s’entendait répondre à une requête par la formule : « En principe, non ; en pratique, oui ! » Il y avait deux mondes. Le monde officiel, vitrine virtuelle du régime soviétique, apparence trompeuse, masque dissimulateur, en lequel personne ne croyait plus. Et le monde réel. Chacun jonglait selon sa débrouillardise, ses relations, le degré de risque qu’il était prêt à prendre. C’est finalement « dans la cuisine », selon l’expression russe, qu’on se disait les choses : dernier espace privé, refuge de confiance et de liberté.

Oasis de vérité

Nous y sommes. En famille restreinte ou à quelques-uns seulement, l’on peut encore espérer s’avouer ce que l’on pense — et même ses désaccords — résister ensemble à la culture du mensonge, et faire l’expérience de la liberté. C’est finalement une chance : car, si le poisson pourrit par la tête, c’est par ses « cellule de base » et ses « réseaux de communion » que toute société se régénère. À nous de déjouer le piège de la culture du mensonge, en prenant soin d’oasis de « vie dans la vérité », où la dissimulation n’aura pas le dernier mot.

Tags:
Coronaviruslibertésociété
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Caroline Moulinet
Ce geste tout simple à faire lorsque tout va de travers
2
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
3
184833616
Marzena Devoud
Que dire à un proche en fin de vie ? Sept pistes pour vivre ce te...
4
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
5
Anna Ashkova
Prière à saint Côme et saint Damien pour demander une guérison
6
WEB2-AD LIMINA-VISIT-AFP-000_9MK7MX.jpg
Agnès Pinard Legry
Ce qu’a dit le pape François aux évêques français
7
HOUELLEBECQ
Henri Quantin
La pilule de Benoît XVI et la pilule de Houellebecq
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement