Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 19 septembre |
Saint Janvier de Naples
home iconSpiritualité
line break icon

Attention à une « religiosité des apparences », avertit le Pape

Papież Franciszek

AP/Associated Press/East News

I.Media - Publié le 29/08/21

« Paraître bon à l’extérieur, tout en négligeant de purifier le cœur ». Telle est l’attitude qu’a fermement dénoncée le pape François dans sa catéchèse prononcée à l’occasion de l’Angélus du 29 août 2021.

Dans son enseignement délivré depuis la fenêtre du Palais apostolique, ce dimanche 29 août, le pape François a expliqué pourquoi Jésus se permettait de ne pas observer les rituels juifs avant les repas, au grand dam des scribes et des pharisiens de l’époque. Pour le pape argentin, Jésus n’agit pas pour contester les rituels mais pour remettre la foi en Dieu au centre.

Car en observant surtout les formalités extérieures, on finit par tomber dans une « religiosité des apparences », a ainsi mis en garde l’évêque de Rome. Jésus veut « une foi qui atteint le cœur », a-t-il insisté, rappelant les « paroles révolutionnaires » du Christ : « ce n’est pas ce qui vient de l’extérieur qui est mauvais, mais ce qui naît de l’intérieur ».

Un « moyen infaillible » pour vaincre le mal…

Dès lors, le chef de l’Église catholique a demandé de cesser d’imaginer que le mal viendrait principalement du comportement des autres ou de la société. « C’est toujours la faute des “autres” : des gens, des gouvernants, de la malchance », s’est-il étonné.

Mais pour le pape, passer du temps à adresser ces reproches, « c’est perdre du temps ». Et d’affirmer qu’on « ne peut être vraiment religieux en se plaignant : la colère, le ressentiment et la tristesse ferment les portes de Dieu ».

Ainsi, l’évêque de Rome a invité à demander la grâce ne pas perdre son temps à « polluer le monde avec des plaintes, car ce n’est pas chrétien ». Il a alors donné à la foule rassemblée un « moyen infaillible » pour vaincre le mal : «  commencer par le vaincre en soi ».

Avant de conclure, il a donc improvisé cette question : « Combien parmi nous, dans la journée ou dans la semaine, sommes capables de nous accuser nous-mêmes ? » S’accuser soi-même est « une sagesse » qui fait du bien. Et d’ajouter : « À moi, cela me fait du bien, quand je réussis à le faire ! »

Tags:
angelusconversion

Soutenez Aleteia !

A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Mariage homosexuel, pilule, suicide assisté : un texte inédit de ...
2
Jean-Michel Castaing
Les sept grâces à recueillir des sept douleurs de Notre-Dame
3
La rédaction d'Aleteia
Union européenne, vaccination… ce que François a dit dans l’avion...
4
Raphaëlle Coquebert
« Marguerite-Marie Alacoque était une personnalité hors-norme et ...
5
Erick et Sylvie Pétard
Timothée Dhellemmes
[VIDEO] Attentats du 13 novembre : « Nos filles sont avec Dieu et...
6
Cerith Gardiner
Douze dévotions mariales pour douze circonstances de la vie
7
Matthew McConaughey
Dolors Massot
La rencontre qui a changé la vie du héros d’Interstellar
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement