Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 26 septembre |
home iconCulture
line break icon

Cinéma : « France », une critique féroce du monde des médias

Film France

© IMDB

Léa Seydoux dans le rôle de la journaliste France.

Louise Alméras - Publié le 25/08/21

Dans le dernier film de Bruno Dumont, "France", Léa Seydoux incarne France de Meurs, une journaliste et star de télévision en proie à une série d’événements qui vont entraîner sa chute. Philosophie de l’existence prise en étau entre le réel et la fiction, satire d’un certain journalisme et plaidoyer pour l’humanité, ce film est un mélange des trois.

Le nouveau film du réalisateur Bruno Dumont ne ressemble en rien à ses précédents, comme de coutume. Il devait initialement s’inspirer de l’ouvrage de Charles Péguy Par ce demi-clair matin, mais sans doute a-t-il voulu poursuivre à sa manièrela réflexion de l’écrivain. À travers France, Bruno Dumont s’empare de l’actualité dans ce qu’elle a de plus clinquant et de plus perturbant. Son héroïne, France de Meurs — interprétée par Léa Seydoux — est l’archétype d’une frange de la population française bercée par les réseaux sociaux, bombardée par l’information et déconnectée de sa vie privée ; son nom, le symbole de ce phénomène grandissant. L’on pense tout de suite à Molière pour l’aspect satirique et à La vie est un songe de Calderon pour la mise en regard du réel et de l’illusion.

La vie comme théâtre, où l’âme se cherche éperdument

Journaliste adulée et brillante pour une chaîne d’information en continu, France mise tout sur l’apparence de son personnage, la mise en scène de ses reportages et à ses tenues toujours sophistiquées. Qu’elle se trouve en conférence de presse d’Emmanuel Macron ou à bord d’une barque pleine de migrants, son image seule importe. Son acolyte et assistante, à la grossièreté assumée, n’est autre que l’humoriste Blanche Gardin. Elle veille à ce que chaque mot, chaque action et chaque événement de la vie de la journaliste soit l’occasion d’un buzz ou d’être toujours plus aimée du public. Toujours un mot à la bouche pour faire basculer plus avant la bulle des médias et des réseaux sociaux dans le cynisme.

La vie publique  de France — fondée sur le jeu — semble plus réelle que sa vie quotidienne : son appartement ressemble à un musée, sa vie de famille est quasi inexistante, avec un mari et un fils avec lesquels ses liens sont très distants, elle n’a pas de véritables amis mais uniquement des relations professionnelles. Et si l’on ne croit pas à son bonheur, on ne croit pas non plus au bienfait du psychanalyste qu’elle consulte mécaniquement chaque semaine. Peu à peu, elle prend conscience de la représentation superficielle de son métier. Elle pleure facilement, sans jamais chercher à comprendre pourquoi. C’est un événement très anodin qui va faire basculer l’héroïne : elle renverse un scooter en voiture. Dès lors, elle ne cessera d’offrir des cadeaux au jeune homme (assez peu reconnaissant), et de l’argent à ses parents, en guise de réparation. Comme si cela lui faisait du bien de devenir humaine. Elle n’a pourtant pas le dixième de cette attention envers ses proches. C’est en tout cas cet accident qui la précipite en cure d’un mois en Suisse, là où les célébrités viennent soigner leur déprime.

Léa Seydoux, insaisissable et touchante

La progression du personnage de France nous perd et la rend tout à la fois insaisissable et touchante. On la croyait insensible et détestable, elle devient vulnérable, même amoureuse. On la croyait tout à son métier, on la découvre un peu perdue. Ne sachant plus si elle doit continuer à présenter son émission, elle ne parvient pourtant pas à laisser son costume de côté. Quitter la scène pour le réel serait bien trop brutal. C’est sans doute la violence de la contiguïté de deux scènes, à la fin du film, qui force à comprendre ce que le cœur de France de Meurs est devenu. On ne sait pas s’il est vide ou meurtri, habitué à jouer ou à côté. Quand elle débarque dans un coin du Nord de la France, perdu en pleine campagne, chez la femme d’un monstre violeur et meurtrier, elle recommence d’être humaine. Et pourtant, on ne peut s’empêcher de penser à elle quand la femme déclare : « Je n’aurais jamais cru avoir vécu avec un monstre toutes ces années ». Qui est-elle donc vraiment? « Qui voulez-vous être vraiment ? », nous demande le réalisateur. Un être entier qui met son coeur dans sa vie, ou bien ne le garde que pour les événements, les gros titres  tragiques ? Le spectateur est le seul à avoir la clé de la résolution de l’histoire, avec toutes ses contradictions et ses leurres. Du moins doit-il s’efforcer de la trouver pour ne pas avoir envie de crier, seul face à l’absence de dénouement et au gouffre abyssal qu’il laisse. 

France, de Bruno Dumont, avec Léa Seydoux, Blanche Gardin et Benjamin Biolay, 2h13, au cinéma le 25 août.

Tags:
CinémaFilm
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Top 10
1
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
2
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
3
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
4
Mathilde de Robien
Médecins et intellectuels dénoncent l’idéologie de l’autodétermin...
5
WEB2-COUVENT-MARCASSU-CORSE-Stephanie-Eveilleau.jpg
Raphaëlle Coquebert
Mission Patrimoine : derrière les murs de Marcassu, une communaut...
6
HOUELLEBECQ
Henri Quantin
La pilule de Benoît XVI et la pilule de Houellebecq
7
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement