Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 25 septembre |
Saint Firmin
home iconActualités
line break icon

Le Conseil constitutionnel valide la loi de bioéthique

conseil-constitutionnel.jpg

© Wikimedia Commons / Mbzt

Entrée du Conseil constitutionnel, Paris Ier.

Agnès Pinard Legry - Publié le 29/07/21 - Mis à jour le 29/07/21

Le Conseil constitutionnel a validé, ce jeudi 29 juillet, plusieurs dispositions de la loi de bioéthique qui avaient fait l’objet d’un recours d’une soixantaine de députés.

Les dispositions de la loi bioéthique votée par le Parlement le 29 juin sont conformes à la Constitution, a tranché le Conseil constitutionnel ce jeudi 29 juillet en fin de journée, ouvrant la voie à sa promulgation prochaine par Emmanuel Macron. Un recours avait été déposé par une soixante de députés LR et UDI sur plusieurs dispositions du texte portant notamment sur la recherche sur les embryons humains et les cellules souches embryonnaires et le risque d’eugénisme. Dans son avis, le Conseil constitutionnel indique ainsi que « les dispositions contestées ne dérogent pas à l’interdiction des pratiques eugéniques visant à l’organisation de la sélection des personnes ».

Pas de risque d’eugénisme

Pour mémoire, les auteurs du recours faisaient notamment valoir que le législateur « aurait méconnu l’étendue de sa compétence faute d’avoir défini la finalité nouvelle de la recherche prévue par le texte (« améliorer la connaissance de la biologie humaine », ndlr) ainsi que la notion d’embryon humain ». Ils ont soutenu par ailleurs qu’en ne fixant « aucune limite opératoire » à ces recherches, le législateur n’aurait pas garanti la prohibition de l’eugénisme.

Concernant la suppression de l’interdiction de la création d’embryons transgéniques sans fixer d’objectifs et de limites à ce procédé prévue par la loi de bioéthique, les Sages rappellent « qu’il est à tout moment loisible au législateur, statuant dans le domaine de sa compétence, d’adopter des dispositions nouvelles dont il lui appartient d’apprécier l’opportunité et de modifier des textes antérieurs ou d’abroger ceux-ci en leur substituant, le cas échéant, d’autres dispositions ».

Tags:
Bioéthiqueconseil constitutionnel
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
2
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
3
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
4
Mathilde de Robien
Médecins et intellectuels dénoncent l’idéologie de l’autodétermin...
5
WEB2-COUVENT-MARCASSU-CORSE-Stephanie-Eveilleau.jpg
Raphaëlle Coquebert
Mission Patrimoine : derrière les murs de Marcassu, une communaut...
6
HOUELLEBECQ
Henri Quantin
La pilule de Benoît XVI et la pilule de Houellebecq
7
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement