Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 25 juillet |
Saint Jacques le Majeur
home iconCulture
line break icon

Un chef-d’œuvre de Michel-Ange sauvé par une bactérie

chapelle des médicis

© Leemage via AFP

Chapelle des Médicis dans l'église de San Lorenzo à Florence.

Caroline Becker - Publié le 06/07/21

La célèbre chapelle des Médicis réalisée par Michel-Ange au cœur de la basilique San Lorenzo à Florence vient d'être restaurée. Une sauvegarde que l'on doit à une bactérie !

Les scientifiques vous le diront, toutes les bactéries ne sont pas mauvaises ! Si certaines sont bonnes pour notre corps humain, d’autres le sont aussi pour les œuvres d’art. À commencer par la bactérie « Serratia ficaria SH7 », un petit microbe qui fait la joie des restaurateurs et des scientifiques. Et pour cause, elle absorberait, avec une grande efficacité (et sans abîmer !), les polluants les plus tenaces accrochés sur les statues, les murs, les façades… ! Une véritable petite révolution en matière de restauration qui vient tout juste de faire ses preuves sur l’un des chefs-d’œuvres de Michel-Ange.

La chapelle des Médicis à Florence

Direction Florence, au cœur de la basilique San Lorenzo. C’est ici que l’on peut admirer, dans une chapelle réalisée par Michel-Ange — appelée la Nouvelle Sacristie — plusieurs tombeaux monumentaux commandés par la famille Médicis. Si le temps n’a pas altéré la beauté de ces oeuvres, quelques taches, dont certaines datent de l’époque de l’artiste, se sont multipliées avec le temps. La cause ? L’inhumation hâtive d’Alexandre de Médicis dont le corps avait été enterré à la hâte en 1537 sans préparation. Une inhumation trop rapide qui a favorisé l’apparition de taches dès 1595. À cela s’ajoute les traces de plusieurs siècles de moulages au plâtre destinés à répliquer les sculptures. Les restaurateurs n’avaient, jusqu’à maintenant, jamais réussi à venir à bout de ces taches, jusqu’à l’arrivée miraculeuse de la bactérie SH7.

Une bactérie qui ferait des merveilles pas uniquement sur le marbre, mais aussi sur la colle et l’huile. Cette découverte extraordinaire, on la doit à Anna Rosa Sprocati, biologiste de l’Agence italienne pour les nouvelles technologies, qui est parvenue à isoler la bactérie parmi l’étude de 1000 spécimens. Une nouvelle qui ouvre de belles perspectives dans le monde de la restauration et qui promet d’éclatantes renaissances comme en témoigne la splendeur retrouvée de la chapelle des Médicis.

Tags:
Artschapelleflorencemichel angePatrimoine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
2
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en oeuvre du pass sanitaire dans les lieux de cu...
3
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
4
PASS SANITAIRE
Lauriane Vofo Kana
Pass sanitaire : une jauge de 50 personnes fixée dans les églises...
5
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
6
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
7
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement