Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 16 octobre |
Sainte Hedwige
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

Université d’été de l’ICES : quatre jours pour s’imprégner de l’esprit créateur

Université d'été ICES

ICES

Une centaine de jeunes de 18 à 25 ans ont participé à l'université d'été de l'ICES en 2020.

Timothée Dhellemmes - Publié le 25/06/21 - Mis à jour le 29/06/21

La deuxième édition de l’université d’été de l’ICES, Institut catholique de Vendée, en association avec le Puy du Fou, aura lieu du 24 au 28 août au château de la Flocellière (Vendée). Une vingtaine d’intervenants venus du monde de l’entreprise, des arts ou de l’entreprenariat sont attendus, avec une ambition : transmettre la fibre créatrice aux 18-25 ans.

« Nous sommes tous appelés à devenir créateurs » : telle est l’intuition des organisateurs de l’université d’été de l’ICES, l’Institut catholique de Vendée, qui doit se tenir du 24 au 28 août prochain. Après le thème de « l’élan créateur » abordé l’été dernier, les participants, étudiants ou jeunes professionnels, échangeront cette année autour de la « fécondité créatrice ». Pour les organisateurs, l’objectif est de transmettre un maximum de clés aux jeunes générations afin de les aider à prendre conscience de leurs talents créateurs, dans un monde où les incertitudes contemporaines pourraient aboutir au repli sur soi. 

Comme en 2020, l’historien et essayiste Franck Ferrand est attendu cette année.

Sur la vingtaine d’intervenants, de multiples champs de la création seront représentés : du créateur de mode et artiste Jean-Charles de Castelbajac au metteur en scène Bruno Seillier, du philosophe Emmanuel Tourpe à l’historien Franck Ferrand, sans oublier la journaliste Natacha Polony, les humanitaires Alexandre et Sonia Poussin, ou encore le critique gastronomique Périco Légasse.

La création, ce n’est pas réservé à une élite.

Conçu pour que chacun y trouve son compte, ce programme dense et varié s’appuie sur ce qui fait la marque de fabrique de l’ICES : la pluridisciplinarité. « Il n’y a pas de frein, on n’entre pas dans un moule. La création n’est pas réservée à une élite ou à ceux qui sont dans les bons réseaux », explique à Aleteia Philippe-Henri Forget, coordinateur de l’événement. « Il ne s’agit pas de demander aux intervenants de donner une recette magique, mais de transmettre ce qu’ils ont appris de leurs échecs et réussites », abonde-t-il.

Un programme qui parle à tous

Proposés aux jeunes entre 18 et 25 ans, ces quatre jours doivent permettre à ceux-ci de trouver des réponses à leurs aspirations profondes, notamment pour déterminer leur vocation professionnelle. « L’année dernière, l’université d’été m’a aidé à réfléchir à ce que je voulais faire concrètement. Le thème de la création m’a vraiment interpellé, parce que je sais que j’ai envie de réaliser quelque chose avec mes mains, d’être créatrice dans mon travail », explique Victoire, 19 ans et étudiante en deuxième année de licence d’histoire de l’art à Paris. La diversité des intervenants lui a particulièrement plu et c’est l’une des raisons pour lesquelles elle s’est réinscrite à l’université d’été cette année : « Tous les étudiants ne sont pas forcément manuels, et comme il y a une grande diversité dans les formes de l’art, cela rejoint tout le monde et chacun y trouve son compte », se réjouit-elle.

Dans les coulisses du Puy du Fou

Parmi les temps forts de ces quatre jours, la journée d’immersion Puy du Fou attire particulièrement les jeunes. Prévue après les temps de rencontre avec les divers intervenants créateurs, cette journée dans les coulisses de cette œuvre créatrice est un aboutissement et donne du sens à tout ce qui a été dit et entendu. Un moment attendu : la rencontre avec Philippe de Villiers, mais également avec le président du Puy du Fou et directeur de la création des spectacles, Nicolas de Villiers, ou encore le directeur artistique, Laurent Tard. Une journée est consacrée à la visite du Grand Parc et, en soirée, à la Cinéscenie.

Pour clôturer l’université d’été, Mgr David Macaire, archevêque de Fort-de-France, ancien prieur du couvent dominicain de Bordeaux puis de la Sainte-Baume, donnera une conférence sur la fécondité créatrice. La messe finale sera célébrée par Mgr François Jacolin, évêque de Luçon et chancelier de l’ICES.

Cliquez ici pour découvrir le programme et s’inscrire

En partenariat avec l’ICES

Tags:
créativitéICESjeunesseuniversité
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Wedding dresses collection Laure de Sagazan 2022
Marzena Devoud
Robes de mariée : les tendances de l’année 2022
2
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
3
Agnès Pinard Legry
Mgr de Moulins-Beaufort et Gérald Darmanin, deux lectures du secr...
4
Agnès Pinard Legry
La « démission collective des évêques » est-elle envisageable ?
5
WEB2-SKY-shutterstock_719708074.jpg
Agnès Pinard Legry
De nouvelles preuves de l’existence de Dieu, un livre événement
6
Pope-Francis-Mgr-Giovanni-Ravelli-Antoine-Mekary-Aleteia
Agnès Pinard Legry
La silhouette qui va maintenant accompagner le Pape tous les jour...
7
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement