Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 23 février |
Saint Alexandre l'Acémète
Aleteia logo
For Her
separateurCreated with Sketch.

Dépistage prénatal non-invasif : un consentement réel des femmes ?

dépistage pré-natal

SAndrey_Popov / hutterstock

Christine Pellen - Gènéthique - publié le 13/06/21

Une étude publiée en mai dernier révèle que les parents accordent une valeur différente à leur consentement : accord de confiance pour les uns, « protection juridique » pour les autres. Mais un consentement réel n’est pas nécessairement « éclairé ».

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour que Aleteia reste gratuit et faire rayonner l’espérance qui est en vous,
Faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec réduction fiscale)

Avec le développement du dépistage prénatal non-invasif (DPNI) il y a une dizaine d’années, la question du consentement éclairé a évolué. Non-invasif, comme son nom l’indique, le test consiste à séquencer l’ADN fœtal circulant dans le sang de la mère. Non-invasif, sans risque donc ni pour le fœtus ni la mère, il est présenté par les médecins comme une prise de sang de routine. Mais dans les faits, il met en péril le consentement réel des patientes : pourquoi consacrer du temps à expliquer les tenants et aboutissants d’un test prétendument anodin ?

Un consentement peu éclairé

Une étude publiée en mai dernier par des chercheurs québécois s’est penchée sur cette question en interrogeant des femmes enceintes et leurs partenaires au Liban et au Québec, des pays choisis pour leurs contextes socioculturels contrastés. L’étude a révélé que les patientes québécoises considèrent le consentement écrit « comme une “protection juridique”, tant pour les femmes enceintes que pour les professionnels de santé ». Alors qu’au Liban, les patientes ne voient pas l’utilité d’un document écrit. S’agissant de dépistage, « c’est une question de confiance entre eux et leur médecin ». Mais qu’il soit verbal ou écrit, le consentement éclairé oblige le médecin à communiquer des informations pertinentes sur le test, et à s’assurer qu’elles ont été comprises par les intéressés. 

En matière de DPNI, dont la cible principale est la trisomie 21, on peut s’interroger. Le médecin explique sans aucun doute à sa patiente la non-dangerosité du test et lui fournit probablement des statistiques sur sa fiabilité. Mais cela suffit-il à éclairer son consentement ? Le médecin prendra-t-il le temps de lui expliquer ses conséquences ? Et l’a-t-il fait auparavant, au moment du dosage des marqueurs sériques qui, combinés à la mesure de la clarté nucale, lui feront recommander ou pas de procéder au DPNI ?

Des réserves sur la vérité

Récemment en Belgique, le comité de bioéthique s’est dit réservé quant à l’opportunité de communiquer les aneuploïdies des chromosomes sexuels (la perte d’un chromosome, Ndlr) découvertes au détour d’un DPNI. Ces anomalies dépistées puisque le génome du fœtus est entièrement séquencé, sont à l’origine de différents syndromes non mortels. La trisomie 21, pourtant motif d’interruption médicale de grossesse, ne l’est pas non plus.

Tags:
Maternité
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement