Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 23 septembre |
home iconAu quotidien
line break icon

Elisabeth de France, une princesse au célibat assumé

MADAME ELISABETH

© Domaine Public

Madame Elisabeth par Vigée Le Brun, 1783.

Mathilde de Robien - Publié le 10/05/21

Appelée ni au mariage, ni à la vie religieuse, Elisabeth de France, petite sœur de Louis XVI, s’était donnée pour mission de porter secours aux pauvres, puis de rester auprès de la famille royale, malgré les dangers de la Révolution. Une vie édifiante, une vocation assumée, qui font d’elle un beau modèle pour les personnes célibataires.

Guillotinée le 10 mai 1794 à l’âge de 30 ans, Madame Elisabeth, « l’ange consolateur », a choisi librement de soutenir les siens, jusqu’à partager leur sort tragique. Sa cause en béatification a été réouverte en 2017 et la phase diocésaine du procès est en cours. Son postulateur, l’abbé Xavier Snoëk, curé de Notre-Dame de Lourdes dans le XXe arrondissement, voit en elle un bel exemple pour bon nombre de célibataires qui cherchent à donner un sens à leur vie.

Malgré sa grande piété, Elisabeth sait qu’elle n’a pas la vocation religieuse. « Elle ne supporte pas les lieux clos. Excellente cavalière, elle a besoin de grands espaces », souligne l’abbé Xavier Snoëk, ce qui n’est pas vraiment compatible avec la vie religieuse. « Très tôt, elle sait aussi qu’elle n’est pas appelée au mariage. Mais elle veut faire quelque chose de sa vie. » Son célibat portera du fruit auprès des pauvres, auprès de ses amies et auprès des siens.

Auprès des pauvres

En plus de ses engagements à la Cour, de ses études, notamment de mathématiques, et de ses activités sportives, Elisabeth de France consacre une grande partie de son temps aux œuvres de charité dans son domaine de Montreuil, rattaché à Versailles en 1787. Elle visite et soulage les pauvres du quartier, elle accompagne le médecin et soigne les malades. La renommée de la « Bonne Dame de Montreuil » se répand. Cette vie de charité est soutenue par une vie de prière intense et une foi inébranlable en la miséricorde divine.

Auprès de ses amies

La princesse Elisabeth est aussi un beau modèle de fidélité en amitié. Le roi lui constitue une Maison et Madame Elisabeth garde fidèlement ses amies d’enfance et dames d’honneur. Son amitié pour Angélique de Mackau, devenue marquise de Bombelles, et Marie de Causans, devenue madame de Raigecourt, dure jusqu’à son dernier jour. Elle n’abandonne pas non plus madame de Guéménée, même lorsque celle-ci est mise au ban de la société suite à l’endettement scandaleux de son mari.

Auprès des siens

En pleine tourmente révolutionnaire, Elisabeth comprend que sa vocation de chrétienne consiste à accompagner et soutenir la famille royale. Quoiqu’il arrive. Une vocation qu’elle suit à la lettre, et qui l’entraîne à des actes héroïques. Ainsi, le 20 juin 1792, tandis que des manifestants envahissent les Tuileries et la prennent pour Marie-Antoinette, elle est prête à se faire passer pour elle : « Ne les détrompez pas, dit-elle à son écuyer qui voulait les détromper. S’ils pouvaient me prendre pour la Reine, on aurait le temps de la sauver ». Son abnégation et sa fidélité sont entières et incorruptibles. Elle demeure avec les siens, alors même que se présentent plusieurs fois des occasions de fuite. Elle aurait notamment pu quitter la France lors du départ de ses tantes, lors du voyage à Varennes (21 juin 1791), ou encore lors du retour aux Tuileries. Elle aurait pu profiter du plan d’évasion du Temple, monté par le chevalier de Jarjayes. Mais Marie-Antoinette refuse de partir et Elisabeth reste avec elle et les enfants.

Elle soutient, réconforte, la famille royale, de telle sorte qu’on l’appelle « l’ange consolateur ». Une figure céleste qu’évoque également son médecin, le docteur Dacy, qui la croise alors qu’elle est en route vers l’échafaud : « Je viens de rencontrer un ange allant à l’échafaud », confiera-t-il à son épouse. Puisse Elisabeth de France inspirer et accompagner ceux et celles appelés à être l’ange des plus pauvres, de leurs amis ou de leurs proches.

Voici la prière qu’elle récitait chaque jour, qui lui a permis de vivre dans la paix et de soutenir les siens.

Prière récitée quotidiennement par Madame Elisabeth à la prison du Temple

Que m’arrivera-t-il aujourd’hui, ô mon Dieu, je l’ignore. Tout ce que je sais, c’est qu’il ne m’arrivera rien que Vous ne l’ayez prévu de toute éternité. Cela me suffit, ô mon Dieu, pour être tranquille. J’adore vos Desseins éternels, je m’y soumets de tout mon cœur. Je veux tout, j’accepte tout, je Vous fais un sacrifice de tout ; j’unis ce sacrifice à Celui de votre cher Fils, mon Sauveur, Vous demandant, par son Sacré-Cœur et par ses Mérites infinis, la patience dans mes maux et la parfaite soumission qui Vous est due pour tout ce que Vous voudrez et permettrez. Ainsi soit-il.

Tags:
célibat
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Top 10
1
I.Media
Mariage homosexuel, pilule, suicide assisté : un texte inédit de ...
2
Cerith Gardiner
Douze dévotions mariales pour douze circonstances de la vie
3
Jeanne Larghero
Contraception : si c’est gratuit, c’est toi le produit !
4
SANKTUARIUM W LA SALETTE
Timothée Dhellemmes
Le pape François s’adresse aux pèlerins de Notre-Dame de La Salet...
5
Laurent Ottavi
Guillaume Cuchet : « Le catholicisme aura l’avenir qu’on voudra b...
6
Père Christian Lancrey-Javal
Esquiver, encaisser, répondre. La leçon de bo...
7
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement